António Guterres : le rapport de l'ONU sur le climat est une « alerte rouge » pour la planète

26 février 2021

Les nations sont « loin d'être au niveau » de l'action nécessaire pour lutter contre le réchauffement climatique, souligne ce vendredi un rapport des Nations Unies sur l'action climatique, exhortant les pays à adopter des plans plus solides et plus ambitieux pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris, et limiter la hausse des températures à 1,5 degré Celsius, d'ici la fin du siècle.

Le rapport de synthèse initial sur les Contributions nationales déterminées (CDN) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) mesure les progrès des plans d'action nationaux sur le climat, à quelque mois de la 26ème session de la Conférence des parties (COP26) qui se tiendra en novembre à Glasgow.

Le document a constaté que même avec des efforts accrus de la part de certains pays, l'impact combiné est loin d'être suffisant.

« Le rapport intérimaire de la CCNUCC publié aujourd'hui est une alerte rouge pour notre planète. Il montre que les gouvernements sont loin d'avoir atteint le niveau d'ambition nécessaire pour limiter le changement climatique à 1,5 degré et atteindre les objectifs de l'Accord de Paris », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à propos des conclusions du rapport.

2021, une année charnière

Le chef de l’ONU a estimé que 2021 est une année charnière pour faire face à l'urgence climatique mondiale.

« La science est claire, pour limiter l'augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius, nous devons réduire les émissions mondiales de 45 % d'ici 2030, par rapport aux niveaux de 2010 », a-t-il souligné.

Photo PNUD
Au Libéria, une meilleure gestion des terres protège les communautés côtières vulnérables au changement climatique.

Le Secrétaire général a appelé les principaux émetteurs à « accélérer les objectifs de réduction des émissions » pour 2030 dans leurs CDN, soulignant que les plans de relance de la Covid-19 offraient la possibilité de « reconstruire plus vert et plus propre ».

« Les décideurs doivent joindre le geste à la parole. Les engagements à long terme doivent s'accompagner d'actions immédiates pour lancer la décennie de transformation dont les gens et la planète ont si désespérément besoin », a insisté M. Guterres.

Le rapport, un « instantané, pas une image complète »

Le rapport de la CCNUCC couvrait les soumissions des pays jusqu'au 31 décembre 2020, montrant que 75 parties à la convention-cadre ont communiqué un nouveau CDN ou une mise à jour, représentant environ 30 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la CCNUCC, a déclaré que le rapport est un « instantané, pas une image complète » des CDN, car la Covid-19 a posé des défis importants à de nombreux pays pour compléter leurs soumissions en 2020.

Elle a ajouté qu'un deuxième rapport sera publié avant la COP26, et a appelé tous les pays, en particulier les grands émetteurs qui ne l'ont pas encore fait, à présenter leurs soumissions dès que possible, afin que leurs informations puissent être incluses dans le rapport actualisé.

« Nous félicitons les Parties qui ont relevé les défis posés par la Covid-19 en 2020, ont respecté leurs engagements au titre de l'Accord de Paris et ont soumis leur CDN dans les délais ... mais il est temps que toutes les autres Parties se mobilisent, tiennent leurs promesses et soumettent leur CDN dès que possible », a déclaré Mme Espinosa.

« Si cette tâche était urgente auparavant, elle est cruciale maintenant », a-t-elle conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le rôle essentiel des sites marins du Patrimoine mondial dans la lutte contre le changement climatique

L’UNESCO a publié ce jeudi la première évaluation scientifique des écosystèmes de carbone bleu présents dans les sites marins du Patrimoine mondial qui met en évidence la valeur essentielle de ces habitats. En effet, si leur étendue ne représente pas même 1% des océans de la planète, ces sites abritent toutefois au moins 21% de la surface totale des écosystèmes de carbone bleu et 15% de l’ensemble des ressources de carbone bleu dans le monde.