Covid-19 : le variant britannique présent dans 94 pays, le sud-africain dans 46 (OMS)

17 février 2021

Alors que le nombre de contaminations hebdomadaires dans le monde a baissé de 16% par rapport à la semaine dernière, les variants du nouveau coronavirus continuent d’essaimer dans la planète.

 

Le variant britannique (COV 202012/01), beaucoup plus contagieux que la Covid-19 (SARS-CoV-2), n’était présent que dans 50 pays au 12 janvier dernier. Depuis la semaine dernière, il est désormais localisé dans au moins 94 pays, soit huit de plus en une semaine.

A la date du mardi 16 février, ces 94 pays sont localisés dans les six régions de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui ont signalé soit des cas importés, soit une transmission communautaire de cette variante. Une transmission locale du variant britannique a été d’ailleurs signalée dans au moins 47 pays dans les six régions de l’OMS.

Une transmission communautaire des variants

Parmi les échantillons testés en Europe (dépistage par PCR et séquençage du génome entier), la proportion de cas infectés par le variant britannique a augmenté au cours des dernières semaines. Selon l’OMS, cela indique « une transmission communautaire dans un certain nombre de pays ».

Si plusieurs pays européens ont signalé une baisse globale des nouvelles infections, probablement due à une combinaison importante de mesures de santé publique et de mesures sociales, « la majorité des pays européens continuent de connaître des taux de notification élevés ou en augmentation parmi les groupes d’âge plus âgés et/ou des taux de mortalité élevés ».

S’agissant du variant sud-africain, il a été enregistré dans 46 pays, dans les six régions de l’OMS. Il s’agit de deux pays de plus par rapport à la semaine dernière. Une transmission locale a été signalée dans au moins 12 pays dans quatre régions de l’agence onusienne. 

Quant au variant brésilien, il a été détecté dans 21 pays, dans cinq des six régions de l’OMS, soit six pays de plus en une semaine. Une transmission locale a été signalée dans au moins deux pays d’une région de l’agence onusienne.

Plus de 450.000 séquençages dont 70% proviennent du Danemark, du Royaume-Uni et des Etats-Unis

Face à l’émergence des variants « préoccupants » de la Covid-19, l’OMS rappelle l’importance d’une couverture géographique du séquençage génétique, ainsi que l’opportunité de partager les données relatives aux séquences génétiques dans des bases de données accessibles au public. 

A la date du 10 février 2021, plus de 450.000 séquences du génome entier du nouveau coronavirus provenant de 131 pays avaient été partagées, avec l’Initiative mondiale sur le partage des données relatives à la grippe aviaire (GISAID). Cependant, la grande majorité (environ 70%) provient de trois pays seulement : le Danemark, le Royaume-Uni et les États-Unis. 

Au moins 60% des laboratoires du système mondial de surveillance de la grippe ont partagé des séquences de génome entier avec la GISAID.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.