RCA : le chef de l’ONU appelle les autorités à entamer un véritable dialogue inclusif

3 février 2021

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a pris note, mercredi, des résultats définitifs du premier tour des élections législatives proclamés le 1er février 2021 par la Cour constitutionnelle de la République centrafricaine (RCA) et a appelé les autorités à entamer un véritable dialogue inclusif avec l’opposition.

Des violences ont éclaté en RCA dans le cadre des élections qui ont eu lieu le 27 décembre dernier. La Cour constitutionnelle a validé le 18 janvier la réélection du Président sortant, Faustin Archange Touadéra.

Face à la menace de certains groupes armés, les autorités centrafricaines ont décrété, jeudi 21 janvier, l’état d’urgence pour 15 jours sur l’ensemble du territoire. Devant le Conseil de sécurité ce jour-là, le Représentant spécial du Secrétaire général dans ce pays, Mankeur Ndiaye, a prévenu que la RCA était confrontée à un grave risque de recul en matière de sécurité. Il a demandé 3.000 Casques bleus supplémentaires pour permettre à la Mission de paix des Nations Unies (MINUSCA) qu’il dirige de disposer d’un outil robuste et adapté à la menace.

« Le Secrétaire général reste très préoccupé par les récents affrontements armés et les menaces contre les populations civiles en République centrafricaine », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée mercredi. « Il regrette profondément les pertes en vies humaines, la détérioration de la situation humanitaire, le déplacement forcé de plus de 200.000 personnes et l’augmentation de la souffrance de la population ». 

Le chef de l’ONU « condamne fermement la violence, réitère son appel à un cessez-le-feu mondial dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et exhorte toutes les parties à cesser immédiatement les hostilités ». 

Les auteurs de violations des droits humains doivent répondre de leurs actes

M. Guterres a réaffirmé que les auteurs de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, ainsi que de crimes graves, y compris le meurtre de civils et de Casques bleus des Nations Unies, devaient « répondre de leurs actes ». 

« Le Secrétaire général exhorte les autorités centrafricaines à entamer un véritable dialogue politique inclusif avec l’opposition politique et les groupes armés qui ont renoncé à la violence dans le but de désamorcer les tensions et revitaliser le processus de paix », a encore dit son porte-parole. 

Le chef de l’ONU a réitéré que la MINUSCA maintiendrait une posture robuste dans la mise en œuvre de son mandat, y compris la protection des civils.

Il a tenu à rassurer le peuple centrafricain du « soutien indéfectible » des Nations Unies dans ses efforts pour consolider la paix et la démocratie, en étroite coopération avec d’autres partenaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RCA : le Conseil de sécurité condamne les violations de l’accord de paix et les violences perpétrées par des groupes armés

Le Conseil de sécurité a condamné vendredi dans les termes les plus vifs les violations de l'accord de paix en République centrafricaine, ainsi que les violences perpétrées par certains groupes armés avec le soutien de l'ancien Président François Bozizé, « visant à saper le processus électoral ».