Covid-19 dans le monde : l’OMS constate une baisse des nouveaux cas depuis trois semaines

1 février 2021

L’Organisation mondiale de la santé (OMS a constaté, lundi, un léger ralentissement des nouveaux cas d’infection du coronavirus dans le monde. Selon l’agence sanitaire mondiale de l’ONU, le nombre de nouveaux cas de Covid-19 signalés dans le monde a diminué la semaine dernière, et pour la troisième semaine consécutive.

Même s’il y a « encore de nombreux pays où le nombre de cas augmente, mais au niveau mondial, c’est une nouvelle encourageante », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS lors d’une conférence de presse virtuelle depuis Genève. Pour le chef de l’OMS, le résultat est là et cela montre que « ce virus peut être contrôlé, même avec les nouveaux variants en circulation ».

« Et cela montre que si nous continuons à appliquer les mêmes mesures de santé publique éprouvées, nous pouvons prévenir les infections et sauver des vies », a-t-il fait valoir.

Mais derrière ces chiffres encourageants, l’agence onusienne rappelle que de telles tendances avaient été déjà observées avant de voir l’épidémie prendre une nouvelle direction.

« Nous sommes déjà passés par là. Au cours de l’année écoulée, il y a eu des moments dans presque tous les pays où les cas de Covid-19 ont diminué », a rappelé le Dr Tedros. Du coup, certains gouvernements se sont ouverts trop rapidement et les individus ont baissé leur garde, pour ensuite voir le virus revenir en force », a regretté le chef de l’OMS, exhortant les pays à la vigilance.

L’OMS appelle à davantage de vigilance

Alors que les vaccins sont mis en place dans certains pays riches, l’OMS estime qu’il est « fondamental » que chacun d’entre nous continue à prendre les précautions nécessaires pour assurer sa propre sécurité et celle des autres.

« Soyez un modèle », a-t-il dit, relevant qu’il est vital que les gouvernements permettent aux gens de faire les bons choix, qu’il s’agisse de faciliter le respect des quarantaines ou de rendre les lieux de travail plus sûrs.

Car contrôler la propagation du virus permet de sauver des vies aujourd’hui et plus tard en réduisant les risques d’apparition de nouveaux variants. « Et cela contribue à garantir que les vaccins restent efficaces », a insisté le Dr Tedros.

Sur le dossier de la vaccination et du Mécanisme COVAX, l’agence onusienne attend toujours que les entreprises pharmaceutiques disent combien de doses de vaccin seront mises à disposition en février et mars. « Et il se peut qu’il y en ait moins » pour le dispositif COVAX.

A ce sujet, l’OMS rappelle que les projections dépendent des producteurs. « COVAX a deux milliards de doses engagées d’ici à fin 2021. Les calculs de mois en mois sont des projections et nous nous attendons à ce qu’elles soient réalisées », a déclaré Kate O’Brien, Directrice du département immunisation et vaccins à l’OMS.

Photo OMS
Le Directeur général de l'OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, et le Président de la FIFA, Gianni Infantino, lors de la signature d'un accord au siège de l'OMS à Genève en octobre 2019.

La FIFA et l’OMS unissent leurs forces pour combattre la Covid-19

Après avoir dénoncé ces dernières semaines le « nationalisme vaccinal », le Dr Tedros a une nouvelle fait le plaidoyer de la coopération internationale et de ne pas exclure les pays en développement dans les campagnes de vaccination.

« S’il y a une chose que nous avons tous appris au cours de l’année écoulée, c’est que lorsque nous agissons seuls, nous sommes vulnérables, mais que lorsque nous agissons ensemble, nous pouvons sauver des vies », a-t-il dit.

Et dans ce combat contre le « nationalisme vaccinal », le chef de l’OMS pourra compter sur les stars du football, qui feront la promotion de l’accès mondial équitable aux vaccins, aux traitements et aux produits de diagnostic. 

L’OMS s’est ainsi associée à la Fédération internationale de foot (FIFA) pour promouvoir la nécessité d’un accès équitable aux vaccins. Dès jeudi à la Coupe du monde des clubs, qui se tiendra au Qatar du 4 au 11 février 2021, des vidéos de soutien à des vaccins équitables seront dévoilées.

La FIFA ne considère pas les sportifs comme un groupe prioritaire pour la vaccination

« Nous devons tous jouer le rôle qui est le nôtre dans la lutte contre le coronavirus. Nous appelons également la communauté internationale à garantir l’équité en matière d’accès aux vaccins, aux traitements et aux tests diagnostiques dans le monde entier », a déclaré le Président de la FIFA, Gianni Infantino, lors d’une vidéoconférence avant le coup d’envoi de la Coupe du monde des clubs de la FIFA.

« Le principe d’équité constitue le fondement du football et de tous les autres sports, et il doit en être de même en ce qui concerne la santé », a affirmé de son côté le Dr Tedros, relevant que toutes les personnes exposées à un risque, dans tous les pays, doivent avoir un accès équitable aux vaccins, aux traitements et aux produits de diagnostic vitaux.

« En seulement neuf mois, le monde a mis en place ces trois lignes de défense efficaces contre la Covid-19. Mais notre objectif consiste désormais à assurer un accès équitable et à continuer à améliorer ces outils », a-t-il ajouté.

A la question d’un journaliste si les sportifs devant aller aux Jeux olympiques ou les footballeurs doivent se faire vacciner, le patron de l’instance mondiale du foot a rappelé les ordres de priorités édictés par l’OMS. Pour le Président de la FIFA, les joueurs ne doivent pas être vaccinés avant les plus vulnérables et le personnel de santé.

« Nous ne considérons pas les joueurs de football comme un groupe prioritaire pour la vaccination contre la Covid-19 », a indiqué M. Infantino.

Certes, les athlètes devront peut-être être vaccinés dans quelques mois pour participer à des compétitions internationales. Mais « cela se fera dans l’ordre de distribution prévu », a ensuite développé Gianni Infantino, tout en émettant le vœux que la pandémie du coronavirus « aura été battue » d’ici novembre de l’année prochaine. Gianno Infantino garantit d’ailleurs que les stades de football « seront pleins » à la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Les experts de l’OMS ont des « discussions productives » en Chine

La pandémie a fait au moins 2,21 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi lundi par l’OMS. Plus de 102,39 millions de cas d’infection ont été diagnostiqués.

La question de la mission de l’équipe d’experts de l’OMS à Wuhan a été abordée lors du point de presse. Selon la responsable technique pour la Covid-19 au sein de l’OMS, l’équipe internationale chargée d’enquêter en Chine sur les origines du coronavirus a « des discussions très productives » avec ses interlocuteurs chinois.

« Ils visitent différents hôpitaux (et ont effectué) une très bonne visite sur un marché de Wuhan », a déclaré Maria Van Kerkhove. « L’équipe internationale nous a fait comprendre l’importance d’avoir pu y aller », a-t-elle indiqué, ajoutant que les experts « visiteront l’Institut de virologie ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Covid-19 : l’OMS dénonce une nouvelle fois le « nationalisme vaccinal »

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a encore fustigé le « nationalisme vaccinal », qui se traduit par d’importantes disparités entre États concernant l’approvisionnement en doses de vaccin contre le nouveau coronavirus.