Darfour : l’ONU intensifie son aide humanitaire aux personnes déplacées

29 janvier 2021

Les agences des Nations Unies amplifient leur aide humanitaire dans la région soudanaise du Darfour, où plus de 100.000 personnes ont été déplacées par les violences intercommunautaires qui ont commencé mi-janvier.

Un convoi humanitaire du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) est arrivé, mercredi, dans la ville de Geneina, la capitale de l’Etat soudanais du Darfour occidental. Il s’agit du premier convoi humanitaire à avoir atteint Geneina depuis le début des violences intercommunautaires au Darfour. L’aéroport de la ville a interrompu ses vols depuis le 25 janvier.

Le PAM estime que 70.000 personnes déplacées vivent actuellement dans plus de 70 centres d’accueil à Geneina, dont 35 écoles et autres bâtiments publics de la ville. D’autres sites de rassemblement ont été identifiés au fur et à mesure que les personnes déplacées continuent d’arriver.

L’agence onusienne a commencé à distribuer une aide alimentaire d’urgence aux personnes actuellement à Geneina. L’aide comprend des denrées de base, notamment du sorgho et des légumineuses. Elle inclut aussi de biscuits à haute teneur énergétique qui fournissent une alimentation immédiate aux enfants et aux adultes, sans avoir besoin d’eau ni de cuisiner.

« Ces opérations ont permis jusqu’à présent d’assister 40.000 personnes dans 30 des 70 centres hébergeant des déplacés », a déclaré vendredi le porte-parole du PAM, Tomson Phiri, lors d’un point de presse à Genève.

D’autres distributions de vivres destinées au reste de la population touchée par les déplacements sont actuellement en cours dans la ville. Des évaluations conjointes des besoins sont prévues par l’agence onusienne et la Commission d’aide humanitaire du Soudan (HAC). « On craint que le nombre total de personnes déplacées dépasse les 100.000 », a ajouté M. Phiri.

Geneina est un centre névralgique pour la distribution de l’aide humanitaire dans la région. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), des négociations sont en cours pour permettre d’acheminer l’aide à 40.000 personnes déplacées qui se trouvent actuellement dans les zones en dehors de la ville. Les distributions de nourriture à l’extérieur de Geneina commenceront dès que les travailleurs humanitaires auront terminé leur vérification des zones à déservir, a précisé le porte-parole du PAM.

Une période de plantation ou de récolte manquée ne peut être rattrapée

Plus largement, l’ONU est profondément préoccupée par la poursuite des violences au Darfour et leurs conséquences sur les civils.

« Des forces de sécurités ont été déployées à travers le Darfour pour rétablir l’ordre, cependant la situation sécuritaire reste volatile et imprévisible dans plusieurs zones », a déclaré OCHA dans son dernier bulletin publié jeudi.

Ces violences ont un impact négatif sur l’agriculture et les moyens de subsistance des populations de la région. De novembre et janvier, les agriculteurs s’occupent normalement des semailles d’hiver. La période hivernale est également la saison principale pour la récolte de céréales comme le mil et le sorgho.

« Même une explosion momentanée de violence perturbant les activités de subsistance peut avoir un impact durable », a mis en garde M. Phiri, précisant que « si une période de plantation ou de récolte est manquée, elle ne peut être rattrapée ».

« Si le bétail ne peut pas être déplacé vers les pâturages ou l’eau, il risque de ne pas survivre », a-t-il ajouté.

Pour le PAM, le plus grand perdant de ces violences sont les ménages pauvres dont la situation de sécurité alimentaire est encore plus compromise.

Plus de 117.000 déplacés internes et plus de 3.500 réfugiés au Tchad

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a recensé 97.800 personnes déplacées dans l’Etat du Darfour occidental et 19.300 autres dans celui du Sud-Darfour. L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a, de son côté, dénombré plus de 3.500 personnes réfugiées au Tchad voisin.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) est préoccupée par les possibles réouvertures tardives des écoles de la région, nombre d’entre elles étant actuellement utilisés comme refuges pour les personnes déplacées. Leur réouverture a été programmée pour le 31 janvier.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.