Covid-19 : l’OMS fustige l’accaparement du vaccin par certains pays riches et prône le devoir d’équité

27 janvier 2021

Alors que le cap des 100 millions de cas est sur le point d’être franchi, le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fustigé, mercredi, les inégalités d’accès aux vaccins contre la Covid-19 et les égoïsmes de certains pays face au dispositif multilatéral COVAX.

« La promesse d’un accès équitable est sérieusement menacée », a une nouvelle fois mis en garde le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

« Nous sommes maintenant confrontés au danger réel que, même si les vaccins apportent de l’espoir aux habitants des pays riches, une grande partie du monde pourrait être laissée pour compte », a-t-il ajouté.

Une grande partie du monde pourrait être laissée pour compte - Dr Tedros, Directeur général de l'OMS

L’agence sanitaire mondiale de l’ONU a ainsi dénoncé ces accords bilatéraux signés par certains pays et l’industrie pharmaceutique pour contourner le mécanisme multilatéral COVAX, l’initiative mondiale visant à assurer un accès rapide et équitable aux vaccins anti-Covid-19. Une telle situation fait « grimper les prix ».

Le résultat est sans appel : les vaccins sont maintenant administrés « dans 50 pays du monde entier, presque tous des pays riches ». Or, « 75% des doses ont été déployées dans dix pays seulement », a dénoncé le Dr Tedros, reprochant à de nombreux pays d’avoir acheté « plus de vaccins qu’ils n’en avaient besoin ».

« Des vies en dépendent » - Dr Tedros

« Il est essentiel que le dispositif COVAX reçoive ces doses supplémentaires rapidement, et non des restes dans plusieurs mois », a-t-il insisté.

Une façon de rappeler son incompréhension sur le fait que des jeunes, des adultes en meilleure santé originaires de pays riches soient vaccinés avant le personnel soignant et les personnes âgées des pays en développement. « Nous devons travailler ensemble pour donner la priorité à ceux qui sont le plus exposés aux maladies graves et aux décès, dans tous les pays », a-t-il dit aux parlementaires européens.

A ce sujet, l’agence onusienne reproche à la plupart des fabricants de donner la priorité à l’approbation réglementaire dans les pays riches, plutôt que de lui soumettre des dossiers complets pour l’inscription sur la liste des médicaments à usage d’urgence. Pour l’OMS, un partage rapide et équitable des doses est essentiel si nous voulons vaincre cette pandémie.

« Des vies en dépendent », a fait valoir le Dr Tedros, invitant les gouvernements, les fabricants de de vaccins et la communauté internationale « d’agir de toute urgence pour mettre en œuvre l’équité en matière de vaccins ».

A ce sujet, l’agence onusienne estime que les parlementaires ont un rôle essentiel à jouer, à la fois dans la défense des intérêts et dans l’engagement communautaire. Ces derniers peuvent tenir le gouvernement responsable, mais aussi en allouant des budgets adéquats aux priorités politiques.

Une professionnelle de la santé se préparant à administrer un vaccin contre la Covid-19
© UNICEF/Ruhani Kaur
Une professionnelle de la santé se préparant à administrer un vaccin contre la Covid-19

Partager équitablement et veiller à ce qu’aucune dose ne soit « gaspillée »

Pour éviter une prolongation de ces égoïsmes nationaux, l’OMS rappelle certains fondamentaux, notamment un meilleur appui du dispositif COVAX et veiller à ce qu’il puisse fonctionner comme prévu. A cet égard, l’agence onusienne aimerait recevoir « les données sur les vaccins en même temps que les autres organismes de réglementation, afin d’accélérer la fourniture des vaccins à tous les pays »

Le chef de l’OMS a également insisté sur le devoir d’équité. « Les doses excédentaires devraient être partagées, ou les pays devraient suspendre leurs droits d’accès aux doses de COVAX, une fois qu’ils ont vacciné leurs agents de santé et les personnes âgées, afin de permettre aux autres pays de faire de même », a affirmé le Dr Tedros.

Dans le même temps, tous les partenaires doivent faire tout leur possible pour augmenter les volumes de vaccins approuvés, notamment par une production accrue, un transfert de technologie et l’octroi de licences.

Plus globalement, tous les pays doivent être prêts et « veiller à ce qu’aucune dose ne soit gaspillée ».

Plus de 99,6 millions de cas et plus de 2,1 millions de morts dans le monde

A noter que les fonds nécessaires pour conclure l’achat des deux milliards de doses ciblées sont encore nécessaires. Le dispositif COVAX a maintenant obtenu deux milliards de doses de cinq fabricants, avec des options sur plus d’un milliard de doses supplémentaires cette année et début 2022.

« Nous prévoyons que le COVAX effectuera ses premières livraisons le mois prochain », a précisé le Dr Tedros, ajoutant que « l’équité en matière de vaccins n’est pas seulement un impératif moral ».

L'équité en matière de vaccins n’est pas seulement un impératif moral - Dr Tedros, Directeur général de l'OMS

« La fin de cette pandémie en dépend ». « 2021 peut et doit être une année d’espoir renouvelé, lorsque nous aurons surmonté la phase aiguë de la pandémie », a-t-il fait remarquer, invitant la communauté internationale à « veiller à ce que la vaccination du personnel soignant et des seniors soit en cours dans tous les pays au cours des 100 premiers jours de cette année ».

Il reste 74 jours pour atteindre cet objectif. « Le temps presse, et les enjeux ne pourraient être plus importants. Chaque instant compte », a conclu le Dr Tedros.

Plus de 99,6 millions de cas du nouveau coronavirus ont été officiellement recensés dans le monde depuis le début de la pandémie, selon un comptage établi mercredi par l’OMS. Le virus a tué dans le même temps 2.141.468 personnes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.