António Guterres brigue un second mandat de cinq ans à la tête du Secrétariat de l’ONU

16 janvier 2021

António Guterres a confirmé lundi qu'il briguera un nouveau mandat de cinq ans en tant que Secrétaire général des Nations Unies, qui débuterait en janvier 2022.

Son porte-parole, Stéphane Dujarric, a indiqué que le président de l'Assemblée générale avait écrit au chef de l'ONU pour lui demander s'il avait l'intention de se présenter à nouveau à ce poste.

Conformément à l'article 97 de la Charte des Nations Unies, la nomination est faite par l'Assemblée générale, sur recommandation du Conseil de sécurité, ce qui signifie en fait que n'importe lequel des cinq membres permanents (P5) peut opposer son veto au candidat. Chaque Secrétaire général a la possibilité d'exercer un second mandat, à condition qu'il puisse obtenir un soutien suffisant de la part des États membres.

M. Guterres a été désigné pour le poste en 2016, en passant par un processus de sélection réformé qui comprenait une session de dialogue public informel à l'Assemblée générale, impliquant des représentants de la société civile, où chacun des 13 candidats a présenté son programme, ses ambitions pour l'Organisation et a répondu aux questions.

« En réponse au Président de l'Assemblée générale, qui s'était enquis vendredi dernier des intentions du Secrétaire général concernant un second mandat », a déclaré M. Dujarric aux journalistes, « le Secrétaire général lui a fait savoir aujourd'hui qu'il était disponible pour un second mandat en tant que Secrétaire général des Nations Unies, si telle était la volonté des États membres ».

Le porte-parole a également précisé qu’au cours de récentes vacances, António Guterres a parlé de cette décision à sa famille au Portugal, et que ce week-end il a appelé les chefs des groupes régionaux à l'ONU pour en parler.

Photo : ONU
Le Secrétaire général, António Guterres, s'entretient avec de jeunes élèves dans une école gérée par l'UNRWA au camp de Baqa'a en Jord

Le Secrétaire général lui a fait savoir (...) qu'il était disponible pour un second mandat en tant que Secrétaire général des Nations Unies, si telle était la volonté des États membres - Stéphane Dujarric, porte-parole d'António Guterres

Stéphane Dujarric a déclaré que le chef de l'ONU avait informé le Conseil de sécurité et les chefs des groupes régionaux de sa décision, et qu'il était trop tôt pour évaluer la réaction des États membres à ce stade, ou pour spéculer sur d'autres candidats potentiels.

De son côté, Brenden Varma, porte-parole de Volkan Bozkir, président de l'Assemblée générale, a confirmé que les présidents de l'Assemblée et du Conseil de sécurité, devaient discuter du processus de sélection du Secrétaire général, au cours des prochaines heures.

L’étape suivante pour lancer officiellement le processus se résume à une lettre conjointe des deux présidents, envoyée aux États membres.

En réponse à des questions, Brenden Varma, a indiqué que dans le cadre du nouveau processus de sélection « inclusif et transparent » lancé en 2016, « c'est la première fois que nous voyons un candidat en place » se présenter pour une réélection, et que plus de détails seraient fournis au cours des prochains jours.

Le mandat actuel du Secrétaire général, António Guterres, expire le 31 décembre 2021. S’il était reconduit par les États Membres, l’ancien Premier Ministre portugais et ancien Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, resterait à la tête du Secrétariat de l’ONU jusqu’au 31 décembre 2026.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

António Guterres prône la création d’une coalition mondiale pour la neutralité carbone d’ici 2050

Lors d’une table ronde virtuelle sur la transition vers des formes d'énergie propre, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a fait valoir lundi que l’objectif central de l’Organisation est de créer une coalition mondiale pour la neutralité carbone d’ici le milieu du siècle.