Un atlas pour mieux comprendre les récifs coralliens grâce à l’imagerie satellite

9 janvier 2021

Pour mieux comprendre les mystères des océans du monde, une équipe de scientifiques utilise l'imagerie satellite pour cartographier, avec un niveau de détail sans précédent, l'un des écosystèmes sous-marins les plus emblématiques de la planète : le récif corallien peu profond.

Les chercheurs font partie du projet Allen Coral Atlas, dirigé par Vulcan, une organisation philanthropique créée par le co-fondateur défunt de Microsoft, Paul Allen. Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) travaille en collaboration avec Vulcan pour renforcer les capacités des praticiens, des gestionnaires et des décideurs des récifs coralliens du monde entier, en particulier dans les pays en développement, sur la manière d'utiliser le nouvel Atlas.

« L'atlas a pour but d'améliorer notre compréhension des systèmes de nos récifs coralliens et à conduire de meilleures politiques fondées sur des preuves pour protéger les coraux », explique Chuck Cooper, Directeur général des relations gouvernementales et communautaires chez Vulcan.

Les coraux menacés

Les récifs coralliens abritent un quart de toutes les espèces marines et fournissent de la nourriture, des moyens de subsistance, de la sécurité et des loisirs à au moins un milliard de personnes. Mais la pollution, la surpêche et les vagues de chaleur dues au changement climatique menacent leur existence.

La plupart des récifs coralliens ne sont pas encore cartographiés. Les scientifiques s'efforcent de surveiller en temps réel la biodiversité de ces mondes sous-marins afin de les protéger et de les restaurer. En outre, ils veulent identifier les parcelles de corail qui sont naturellement plus résistantes au changement climatique. Ces « refuges » pourraient avoir des secrets pour apprendre comment atténuer l'impact du réchauffement des mers sur les récifs coralliens.

L'atlas, accessible au public, utilise la technologie des satellites pour créer des images à haute résolution des coraux qui sont ensuite traitées pour obtenir des cartes détaillées. Ces cartes présentent des caractéristiques qui permettront aux scientifiques et à la communauté de la conservation de comparer la santé des récifs coralliens au fil du temps et de comprendre les pressions auxquelles ils sont soumis.

L'atlas fournira des données de base pour surveiller les événements de blanchiment des récifs coralliens et d'autres changements à court terme, des preuves pour informer l'élaboration des politiques et des données scientifiques probantes pour capter l'intérêt du public sur la situation critique des coraux.

Le blanchiment se produit lorsque de minuscules animaux qui sécrètent du carbonate de calcium pour se protéger - sont stressés par des facteurs tels que l'eau chaude ou la pollution. En conséquence, ils expulsent les algues symbiotiques microscopiques appelées zooxanthelles, qui résident dans leurs tissus. Les coraux deviennent alors d'un blanc fantomatique ; ils sont ‘blanchis’.

« Notre objectif est de rendre la restauration et la protection de la conservation beaucoup plus facile, abordable et rapide pour tous les défenseurs de la nature dans le monde », explique Paulina Gerstner, responsable du programme Allen Coral Atlas.

« Face à l'inaction, les récifs coralliens vont bientôt disparaître », affirme Leticia Carvalho, Coordinatrice de la branche "Eau douce et marine" du PNUE. « L'humanité doit agir avec une urgence fondée sur des preuves pour une gestion et une protection efficaces des écosystèmes afin de changer la trajectoire ».

Le PNUE forme les fonctionnaires des États côtiers à l'utilisation de l'atlas et soutient les efforts visant à élaborer des politiques de sauvegarde des récifs coralliens. Outre Vulcan, qui finance le projet, les autres partenaires sont l'université du Queensland, Planet Inc, l'université d'État de l'Arizona et la National Geographic Society.

The Ocean Agency/WL Catlin Seavi
Avant et après le blanchissement des coraux dans la Grande Barrière de corail.

Un outil instrumental

En mai 2020, un partenaire de longue date du PNUE, l'Initiative internationale pour les récifs coralliens (ICRI), a appelé ses 44 États membres, qui abritent 75% des récifs coralliens du monde, à intensifier leurs efforts de conservation. Francis Staub, le coordinateur du secrétariat de l'ICRI, affirme que l'atlas jouera un rôle essentiel dans ce processus, en aidant les pays à comprendre « où se trouvent les récifs coralliens et la zone qu'ils couvrent ».

L'atlas utilise des images de Planet Labs, qui exploite la plus grande flotte de satellites d'observation de la Terre au monde. Chaque jour, les satellites de Planet Labs photographient la totalité de la surface de la Terre dans les moindres détails. Les chercheurs analysent les images satellites et produisent des cartes qui répertorient les profondeurs des récifs et leur emplacement, tout en les différenciant des autres phénomènes sous-marins, notamment les herbiers marins, les rochers et le sable.

L'atlas coïncide avec le lancement de deux grandes campagnes environnementales : la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable et la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes.

Parmi les récifs coralliens importants cartographiés, on trouve la Grande Barrière de Corail en Australie, et des systèmes aux Fidji, aux Bahamas et à Hawaï. Le projet vise à cartographier 100% des récifs du monde d'ici l'été 2021.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Les récifs coralliens pourraient disparaître d'ici la fin du siècle, prévient l'ONU

Les récifs coralliens du monde entier pourraient tous blanchir d’ici la fin du siècle, à moins d’une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre, a averti le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) dans un nouveau rapport.