Syrie : l’ONU condamne les attentats meurtriers au nord du pays

6 janvier 2021

De hauts responsables de l’ONU ont condamné fermement, mercredi, deux événements distincts dans le nord de la Syrie, qui, par l’utilisation aveugle d’engins explosifs improvisés, ont fait des victimes civiles et blessé gravement d’autres personnes.

Le 2 janvier, une voiture piégée a explosé à Ras al-Ain, dans un marché situé sur une route principale. Selon les informations rapportées, l’explosion a tué deux enfants et blessé leur mère. Au moins trois magasins ont été endommagés par l’explosion, et plusieurs autres civils ont été blessés. Le même jour, une autre voiture piégée a également explosé à Jinderis, au nord-ouest de la zone rurale d’Alep. Cette explosion près d’une boulangerie aurait tué un civil et en aurait blessé plusieurs autres, dont deux enfants.

« Ces deux attaques, si tôt dans l’année, nous rappellent tragiquement le prix que les civils continuent de payer dans tout le pays », ont déclaré le Coordinateur humanitaire pour la Syrie, Imran Riza, et le Coordinateur humanitaire régional pour la crise syrienne, Muhannad Hadi, dans un communiqué conjoint.

Cette année, les civils en Syrie auront enduré dix ans de crise. MM. Riza et Hadi rappellent à cet égard, à toutes les parties au conflit syrien de respecter leurs obligations et de prendre toutes les précautions possibles pour protéger les civils, conformément au droit international humanitaire et au droit des droits de l’homme. Ils ont exprimé leurs profondes condoléances aux familles des victimes civiles et aux personnes touchées par ces attaques.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En Syrie, des « lacunes et incohérences » suscitent des interrogations sur l’élimination des armes chimiques

La cheffe du désarmement de l’ONU a déclaré, mardi, devant le Conseil de sécurité que plusieurs « problèmes en suspens » concernant le programme d’armes chimiques en Syrie ne permettent pas, à ce jour, de confirmer l’élimination complète de ce dernier.