Soudan du Sud : l'ONU s'alarme de l'aggravation de la faim causée par les conflits, les inondations et la Covid-19

18 décembre 2020

Trois organisations des Nations Unies demandent un accès humanitaire immédiat à certaines parties du comté de Pibor, dans l'État de Jonglei, au Soudan du Sud, où les populations sont à court de nourriture et font face à des niveaux catastrophiques de faim, selon un rapport publié ce vendredi.

Les niveaux élevés de la faim sont dus à l'insécurité, aux effets de la Covid-19, à la crise économique et à l'impact des inondations sur les moyens de subsistance, selon le rapport sur la sécurité alimentaire. L'aide humanitaire est nécessaire pour sauver des vies et éviter un effondrement total des moyens de subsistance dans les zones difficiles à atteindre.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM) intensifient leur intervention, de concert avec d'autres organisations d'aide humanitaire.

« Nous appelons toutes les parties à mettre fin à la violence et à assurer un accès humanitaire sûr afin d'éviter qu'une situation déjà désastreuse ne se transforme en une véritable catastrophe », a déclaré le Représentant de la FAO au Soudan du Sud, Meshack Malo.

Ces enfants ont besoin d'un traitement d'urgence pour éviter qu'ils ne meurent - Mohamed Ayoya, Représentant de l'UNICEF au Soudan du Sud

« Nous sommes extrêmement préoccupés par le nombre croissant d'enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère. Ces enfants ont besoin d'un traitement d'urgence pour éviter qu'ils ne meurent », a déclaré de son côté, Mohamed Ayoya, Représentant de l'UNICEF au Soudan du Sud.

« Les données ne laissent aucun doute sur l'urgence pour le gouvernement, la communauté des donateurs et les acteurs humanitaires de se donner la main et de veiller à ce que tous ces enfants reçoivent le traitement dont ils ont besoin », a-t-il ajouté.

Selon lui, dans le même temps, les partenaires doivent investir davantage dans des actions visant à empêcher que les enfants ne souffrent de malnutrition.

« Le PAM est extrêmement préoccupé par le nombre croissant de personnes qui souffrent du manque de nourriture et de nutrition en quantité suffisante, de l'intensification des conflits, des inondations sans précédent et de la hausse des prix des denrées alimentaires », a déclaré Makena Walker, Directeur adjoint du Programme alimentaire mondial dans le pays.

« L'année à venir sera extrêmement difficile, mais nous sommes déterminés à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour atteindre davantage de personnes sur de plus longues périodes », a-t-il ajouté.

La faim extrême dans certaines parties du comté de Pibor

Selon les chiffres du rapport publié aujourd'hui, entre octobre et novembre, 6,5 millions de personnes au Soudan du Sud sont confrontées à une grave insécurité alimentaire et ont besoin d'une aide d'urgence. Ce nombre devrait passer à 7,24 millions entre avril et juillet 2021.

Le document publié aujourd'hui fait suite à deux rapports indépendants publiés la semaine dernière par l'unité de soutien mondial de l'IPC, qui indiquaient que des dizaines de milliers de personnes sont susceptibles d'être confrontées à des conditions de famine dans le comté de Pibor.

Dans cette situation, de nombreuses familles connaissent des niveaux élevés de malnutrition aiguë et même de mortalité. Dans cinq autres comtés (Akobo, Aweil Sud, Tonj Est, Tonj Nord et Tonj Sud), certaines communautés sont confrontées à des conditions catastrophiques, selon l'analyse indépendante.

Environ 1,4 million d'enfants âgés de 6 mois à 5 ans devraient souffrir de malnutrition aiguë en 2021 et auront besoin de traitements vitaux, selon le rapport d'aujourd'hui. Cela inclut 313.000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère et plus d'un million d'enfants souffrant de malnutrition aiguë modérée. Dans le même temps, 483 000 femmes enceintes ou allaitantes souffrent de malnutrition aiguë et ont besoin d'un traitement.

Un marché à Pibor, au Soudan du Sud.
Photo ONU/Isaac Billy
Un marché à Pibor, au Soudan du Sud.

Intervention d'urgence

Le PAM a déjà commencé à étendre son aide alimentaire et nutritionnelle vitale aux zones d'insécurité alimentaire critique du comté de Pibor ainsi qu'à d'autres zones préoccupantes, étendant sa réponse humanitaire au-delà de la période de soudure habituelle et augmentant le nombre de personnes vulnérables qui ont besoin d'aide.

Au cours des deux derniers mois, le PAM a étendu son aide alimentaire à près de 80.000 personnes dans le comté de Pibor. Entre-temps, dans l'est d'Akobo, plus de 40.000 personnes reçoivent actuellement une aide alimentaire.

Le PAM continuera à intensifier sa réponse alimentaire d'urgence en travaillant avec ses partenaires pour renforcer la résilience et le développement des communautés. Au total, le PAM a fourni une aide alimentaire à cinq millions de personnes dans le besoin au Soudan du Sud en 2020.

Pour sa part, l'UNICEF intensifiera encore ses interventions en soutenant les centres de traitement thérapeutique et de stabilisation dans les comtés les plus touchés afin de protéger et de sauver la vie des enfants.

Cette année, l'UNICEF a déjà traité 170.000 enfants atteints de malnutrition aiguë sévère, avec un taux de guérison de 94%. Il est maintenant urgent d'étendre les services de traitement de la malnutrition aiguë sévère, y compris dans les zones peu sûres.

De plus, l'UNICEF continuera à s'attaquer aux causes sous-jacentes de la malnutrition, telles que le paludisme et les maladies diarrhéiques dues au manque d'eau potable, d'assainissement et d'hygiène, et à investir dans la prévention de la malnutrition par la promotion de l'allaitement maternel et de bonnes pratiques alimentaires pour le jeune enfant.

Enfin de son côté, la FAO entend aider en priorité les communautés agricoles et agro-pastorales à augmenter leur production et à préserver leurs moyens de subsistance.

À ce jour, en 2020, plus de 100.000 familles d'agriculteurs ont reçu une aide pour cultiver leur propre nourriture à partir de semences, et plus de 5 millions d'animaux ont été vaccinés et traités pour aider 164.000 ménages. La FAO a également distribué 800 tonnes d'aliments d'urgence pour les stocks d'animaux essentiels, en particulier dans les régions touchées par les inondations.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.