Covid-19 : le HCR a besoin de 455 millions de dollars supplémentaires pour aider les réfugiés en 2021

18 décembre 2020

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a mis à jour, ce vendredi à Genève, son appel pour la réponse à la pandémie de Covid-19 en 2021, en demandant 455 millions de dollars supplémentaires.

« L’appel complémentaire vise également à assurer la capacité du HCR à répondre aux nouvelles épidémies majeures de Covid-19 en 2021 et à fournir un soutien logistique si nécessaire pour la livraison de vaccins aux populations déplacées de force », a déclaré lors d’un point de presse à Genève, Babar Baloch, porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

Alors que la plupart des activités liées à la pandémie s’élevant à 477 millions de dollars ont déjà été intégrées et incluses dans l’appel mondial 2021 d’un montant total de 8,6 milliards de dollars, la réponse supplémentaire du coronavirus publiée aujourd’hui se concentre sur les impacts socio-économiques et de protection exceptionnels liés à la pandémie de Covid-19. Une mise à jour qui intervient « alors que des millions de réfugiés, de personnes déplacées et d’apatrides tombent dans des conditions extrêmement difficiles ».

Le suivi effectué par le HCR depuis le début de la pandémie dresse « un sombre tableau du bien-être et de la protection des réfugiés et des autres personnes relevant de sa compétence ».

Selon l’agence onusienne, plus de 70% d’entre eux ne pouvant désormais satisfaire que la moitié ou moins de leurs besoins fondamentaux. Et plus de 80% s’engagent dans un ou plusieurs mécanismes d’adaptation négatifs pour répondre à leurs besoins fondamentaux.

Photo : UNICEF/ IOM Bosnia & Herzegovina
De nombreuses classes pour enfants dans les centres d'accueil de migrants et de réfugiés en Bosnie - comme celle-ci à Sedra - ont été mises en ligne.

Un stock d’équipements de protection individuelle et la priorité de l’éducation

Parmi les priorités de cet appel, l’agence onusienne entend aider à répondre aux besoins fondamentaux des réfugiés et faciliter leur accès aux services. Outre la protection des revenus, il y a aussi la prévention et la réponse à la violence sexiste, la promotion de la santé mentale et du bien-être psychologique par la formation des intervenants en première ligne dans le combat contre le coronavirus.  

Les activités prioritaires comprennent également la communication et l’engagement avec les communautés. Le HCR rappelle aussi l’importance du rétablissement de l’éducation dont notamment la réouverture des écoles en toute sécurité conformément aux protocoles de santé, l’atténuation des pertes d’apprentissage en investissant dans l’enseignement à distance en ligne et hors ligne.  

En outre, un nombre limité d’activités essentielles en matière de santé, d’eau, d’assainissement et d’hébergement qui n’étaient pas intégrées dans la programmation régulière sont désormais incluses. 

Le HCR entend aussi investir dans un petit stock mondial d’articles clés pour répondre rapidement aux besoins et protéger les pénuries d’équipements de protection individuelle ou à l’instabilité des marchés mondiaux.

L’appel de 745 millions de dollars pour le coronavirus en 2020 a été financé à hauteur de 64%. Au total, les donateurs se sont jusqu’à présent engagés à fournir plus de 1,1 milliard de dollars pour les programmes du HCR en 2021 et au-delà, « démontrant ainsi leur forte solidarité avec les réfugiés et leur confiance dans le travail du HCR ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Plus de 3.000 migrants morts cette année malgré le confinement mondial lié à la Covid-19 (OIM)

Malgré plus de « 90.000 restrictions de voyage et de mobilité liées au coronavirus imposées dans le monde entier », des dizaines de milliers de personnes en situation désespérée continuent de se lancer dans des voyages dangereux à travers les déserts, les jungles et les mers, avec des milliers de morts en cours de route.