Covid-19 et fêtes de fin d’année : l’OMS appelle à ne pas baisser la garde

11 décembre 2020

A l’approche des fêtes de fin d’année, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle à faire preuve de prudence alors que la Covid-19 continue de tuer.

« La saison des fêtes est un moment de détente et de célébration - mais nous ne devons pas relâcher notre garde », a déclaré le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’un point de presse vendredi.

« Les célébrations peuvent très vite se transformer en deuil si nous ne prenons pas les bonnes précautions », a prévenu le Dr Tedros.

Plus de 66 millions de cas de Covid-19 et 1,5 million de décès lié au virus ont maintenant été signalés à l'OMS. Au cours des six dernières semaines, le nombre de morts hebdomadaires lié au nouveau coronavirus a augmenté d'environ 60%, a indiqué l’agence onusienne, précisant que la plupart des cas et des décès surviennent en Europe et dans les Amériques.

Dans ce contexte, le chef de l’OMS appelle la population à considérer attentivement ses plans de célébrations au cours des prochaines semaines. « Si vous vivez dans une zone à forte transmission, veuillez prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer votre sécurité et celle des autres », a-t-il dit. « Cela pourrait être le meilleur cadeau que vous puissiez offrir - le cadeau de la santé, de l'amour de la vie, de la joie et de l'espoir ».

Les promesses d’accès équitable aux vaccins doivent être traduites en action

Cette semaine, le vaccin contre la Covid-19 des laboratoires Pfizer et BioNTech ont commencé à être déployés au Royaume-Uni, et d'autres pays sont sur le point de suivre.

« Avoir des vaccins sûrs et efficaces contre un virus qui nous était totalement inconnu il y a à peine un an est une réalisation scientifique stupéfiante », a reconnu le Dr Tedros. « Mais une réalisation encore plus grande serait de faire en sorte que tous les pays bénéficient équitablement des avantages de la science », a-t-il ajouté.

L'OMS et ses partenaires se concentrent sur trois priorités : financer l’achat de vaccins pour les pays qui ont le plus besoin car il manque aujourd’hui 4,3 milliards de dollars à cet effet, garantir l’engagement politique en faveur d'un accès équitable aux vaccins et évaluer les lacunes dans les infrastructures qui pourraient ralentir la distribution efficace des vaccins.

Déjà, près d'un milliard de doses de trois vaccins candidats ont été sécurisées dans le cadre du mécanisme COVAX, et 189 pays et économies y participent désormais. L'OMS travaille avec l’Alliance pour les vaccins (Gavi) et le Fond des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) pour évaluer la première série de demandes reçues de pays éligibles à une assistance par le biais du COVAX.

« Combler le déficit de financement est une priorité urgente », a souligné le Dr Tedros.

Lundi, l'OMS et la Commission européenne convoqueront à nouveau le Conseil de facilitation de l'accélérateur ACT, le dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19. Le Conseil examinera les priorités stratégiques et un projet de cadre de financement pour combler le déficit financier de l’accélérateur ACT pour 2021.

« Ceci est essentiel pour garantir la protection de toutes les personnes partout dans le monde », a rappelé le Dr. Tedros. « Nous avons tous vu des images de personnes vaccinées contre le COVID-19. Nous voulons voir ces mêmes images partout dans le monde, et ce sera un vrai signe de solidarité ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Covid-19 : l’OMS encourage les pays africains à ne pas être complaisants en ce moment critique de la pandémie

« Tous les pays doivent rester vigilants et il n’y a pas de place pour la complaisance » dans la lutte contre le coronavirus, a mis en garde jeudi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), saluant toutefois « les nouvelles encourageantes » concernant les vaccins.