Les droits humains doivent être au premier plan de la réponse à la Covid-19

10 décembre 2020

A l’occasion de la Journée des droits de l’homme célébrée chaque année le 10 décembre, les Nations Unies ont appelé à agir ensemble pour mettre ces droits au premier plan dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 et pour reconstruire le monde en mieux.

« La pandémie de Covid-19 est venue confirmer deux vérités fondamentales au sujet des droits humains », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, dans un message pour la Journée. « Premièrement, les violations de ces droits nuisent à tous égards. Deuxièmement, les droits humains sont universels et nous protègent tous », a-t-il dit.

La pandémie a des conséquences disproportionnées pour les groupes vulnérables, dont les personnes travaillant en première ligne, les personnes handicapées, les personnes âgées, les femmes et les filles, et les minorités.

La pauvreté, les inégalités, la discrimination, la destruction du milieu naturel et d’autres manquements aux droits humains fragilisent profondément les sociétés, ce qui explique la propagation de la maladie.

« La pandémie nuit également aux droits humains, car elle sert de prétexte à des politiques sécuritaires musclées et à des mesures répressives qui restreignent l’espace civique et la liberté des médias », a alerté M. Guterres.

Pour être efficace, la riposte à la pandémie doit être fondée sur la solidarité et la coopération, estime-t-il. « Les démarches clivantes, l’autoritarisme et le nationalisme n’ont pas lieu d’être, face à une menace mondiale ».

Tirer les leçons de la crise de Covid-19

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a appelé à tirer les leçons de la crise engendrée par la Covid-19, à savoir mettre fin à toute forme de discrimination, réduire les inégalités, encourager la participation, surtout des jeunes, et renforcer notre volonté et nos efforts pour atteindre les objectifs de développement durable.

« Ces objectifs sont non seulement appropriés, mais aussi judicieux. Et ils ne peuvent être atteints que d’une seule façon : en défendant les droits de l’homme », a affirmé Mme Bachelet. 

La Haut-Commissaire a rappelé que les droits de l’homme permettent de créer des sociétés justes et résilientes. « Ils sont la réponse à cette crise humaine ». 

De son côté, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a rappelé qu'elle travaillait sans relâche, depuis le début de la pandémie, dans tous ses domaines de compétences, pour lutter contre les manifestations de racisme et de xénophobie qui ont pu augmenter avec la Covid-19.

« Souvenons-nous ainsi que les droits de l’homme ne sont pas un acquis de toujours, mais une conquête de tous les jours, pour laquelle il faut, aujourd’hui et demain, nous mobiliser », a rappelé la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Michelle Bachelet : « la Covid-19 a montré nos échecs à investir dans des sociétés justes et équitables »

« 2020 est une année qu’aucun d’entre nous n’oubliera. Une année terrible et dévastatrice qui nous a marqué, à bien des égards », a affirmé mercredi la cheffe des droits de l’homme de l’ONU, relevant que la pandémie de Covid-19 a mis à nu « les fissures et les fragilités de nos sociétés, exposant tous nos échecs à investir dans la construction de sociétés justes et équitables ».