RDC : le chef de l’ONU appelle les acteurs politiques à résoudre leurs différends pacifiquement

9 décembre 2020

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné mercredi les incidents violents qui ont eu lieu ces deux derniers jours à l'intérieur et à l'extérieur du Palais du Peuple, le siège de l'Assemblée nationale et du Sénat de la République démocratique du Congo (RDC) dans la capitale Kinshasa.

Dans une déclaration publiée par son porte-parole, le Secrétaire général « appelle tous les acteurs politiques à résoudre leurs différends pacifiquement, à travers le dialogue, conformément à la constitution et dans l’intérêt du peuple congolais ».

M. Guterres a réaffirmé que les Nations Unies « continueront à soutenir le gouvernement et le peuple congolais dans leurs efforts visant à construire des institutions stables et fonctionnelles pour relever les défis sécuritaires, sanitaires et socio-économiques »

Dimanche, le Président de la RDC, Félix Tshisekedi, a annoncé la fin de la coalition, unissant le Cap pour le changement (CASH) qui appuie l’actuel chef d’Etat congolais, et le Front commun pour le Congo (FCC) qui regroupe les soutiens de son prédécesseur Joseph Kabila. Cette coalition avait permis de former une majorité parlementaire.

M. Tshisekedi a indiqué qu’il allait nommer un informateur mandaté pour identifier une nouvelle majorité. Si cette dernière n’est pas atteinte, le Président congolais procèderait alors à une dissolution de l’Assemblée nationale.

L’annonce de la fin de coalition a provoqué des heurts des le lendemain. Selon les informations rapportées par la presse au moins trois personnes ont été blessées à des degrés divers mardi matin dans des affrontements entre les partisans du président Félix Tshisekedi et ceux de la majorité parlementaire fidèle à Joseph Kabila, à l’intérieur même du « Palais du Peuple », où la police s’est déployée pour rétablir l’ordre.

La Représentante spéciale de l’ONU en République démocratique du Congo (RDC) a appelé, lundi, le Conseil de sécurité à encourager une « résolution négociée » des tensions politiques actuelles, déplorant les échauffourées entre militants des deux forces politiques autour et dans le Parlement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : la MONUSCO déplore des tensions politiques accrues et une crise persistante de protection des civils dans l’est du pays

L’envoyée de l’ONU en République démocratique du Congo (RDC) a appelé, lundi, le Conseil de sécurité à encourager une « résolution négociée » des tensions politiques actuelles et rappelé que la protection des civils demeure la « priorité centrale » de la Mission des Nations Unies dans le pays (MONUSCO), dont le mandat doit être bientôt renouvelé.