Covid-19 en Europe : l’OMS appelle à se préparer à la vaccination mais aussi à une prochaine vague

A Annecy, en France, une esthéticienne employée dans un salon de manucure et une cliente portent un masque
OIT/Marcel Crozet
A Annecy, en France, une esthéticienne employée dans un salon de manucure et une cliente portent un masque

Covid-19 en Europe : l’OMS appelle à se préparer à la vaccination mais aussi à une prochaine vague

Santé

Les vaccins contre la Covid-19 ne pourront changer la donne que si les pays sont bien préparés et que personne n’est laissé de côté, a indiqué jeudi le docteur Hans Kluge, directeur du bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe, qui demande également aux pays de renforcer leur système de santé pour faire face à une éventuelle nouvelle vague.

A ce jour, la pandémie de Covid-19 a fait 427.000 morts dans la région Europe de l’OMS, avec plus de 19 millions de cas détectés dont 4 millions pour le seul mois de novembre. Si la pandémie marque le pas en Europe occidentale, moins d’une personne sur 10 a été touchée par le virus, ce qui signifie que « la vaste majorité d’entre nous reste vulnérable au virus » a indiqué le Dr Kluge lors d’une conférence de presse.

« C'est le moment d'adopter un leadership responsable. Pour les pays qui voient la transmission diminuer, utilisez ce temps à bon escient. Envisagez de renforcer l'infrastructure de santé publique et de vous préparer à la prochaine vague, demandez ce qui peut être amélioré pour nous aider à mieux gérer à l'avenir », a insisté le Dr Kluge.

Le virus peut encore faire d’énormes dégâts

Même si une partie de la solution sera la vaccination, le virus peut encore faire d'énormes dégâts si nous ne faisons pas tout ce qui est en notre pouvoir pour arrêter sa propagation, a prévenu le Dr Kluge.

Dans le cas, probable, que les vaccins soient disponibles dans un premier temps, en nombre limité, l’OMS préconise de vacciner en priorité le personnel soignant et les travailleurs sociaux, les personnes de plus de 60 ans et les résidents des maisons de retraite. Le Dr Kluge a ajouté à cette liste les personnes présentant des comorbidités.

« Pour tirer le plus de bénéfice de la vaccination, nous devons mettre en place des plans », a déclaré le Dr Kluge. Il a conseillé aux gouvernements de se préparer notamment en s’assurant des capacités de chaîne du froid, en surveillant la sécurité vaccinale et en renforçant la communication et l’engagement des communautés.

La vaccination sauve, la peur met des vies en danger

Il a en effet noté que dans de nombreux pays de la région, la méfiance était grande envers les vaccins contre la Covid-19 et dans certains pays, près de la moitié de la population est réticente. Cette réticence n’est pas « inhabituelle », et « elle est compréhensible », a estimé le Dr Kluge.

« On peut s'y attendre dans les circonstances actuelles où l'on ignore encore beaucoup de choses sur le ou les vaccins qui seront finalement homologués, sur leur date de disponibilité et sur leurs éventuels effets secondaires », a indiqué le chef de l’OMS en Europe.

« Je vous invite à rechercher des informations fiables auprès de sources dignes de confiance. Ne prenez pas part à une infodémie de désinformation. La vaccination sauve ; la peur met des vies en danger » a-t-il ajouté.

Les vaccins pour autant ne mettrons pas fin à la pandémie et l’OMS insiste sur la nécessité de continuer notamment à isoler les malades, porter le masque, limiter les interactions, éviter les larges rassemblements, maintenir les gestes barrières et le lavage des mains.