En Iraq, l’ONU accroît son assistance à la préparation des élections législatives

24 novembre 2020

Les élections législatives prévues en Iraq en juin 2021 doivent être placées sous le contrôle et dirigées par les Iraquiens, a souligné mardi l’envoyée de l’ONU dans le pays devant le Conseil de sécurité.

Le Premier ministre iraquien, Moustafa al-Kazimi, avait annoncé le 31 juillet dernier la tenue d’élections législatives anticipées pour le 6 juin 2021.

« Le parlement a récemment finalisé la législation électorale nécessaire », a déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU en Iraq, Jeanine Hennis-Plasschaert, lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation dans ce pays du Moyen-Orient.

« Conformément au mandat de la MANUI (Mission des Nations Unies en Iraq), nous intensifions actuellement notre assistance technique », a-t-elle précisé.

Selon la Représentante spéciale, la capacité institutionnelle électorale de l’Iraq « peut et doit être renforcée ». « Nous demandons et attendons donc des autorités compétentes qu'elles se mobilisent et qu'elles réfléchissent en termes de solutions plutôt que d’obstacles », a-t-elle insisté.

À la fin de la semaine dernière, le gouvernement iraquien a envoyé une lettre au Conseil de sécurité pour solliciter « plus de soutien, d'assistance technique et d’observation électorale dans le cadre de l’appui de la MANUI à l’Iraq ». Lors d’une conférence de presse, le ministre iraquien des Affaires étrangères, Fouad Hussein, a expliqué la demande de son gouvernement, soulignant la nécessité de rétablir la confiance du public et de promouvoir la participation.

« Cela ayant été dit, je tiens à souligner - encore une fois - que sous toutes circonstances, les élections seront contrôlées et dirigées par les Iraquiens », a déclaré Mme Hennis-Plasschaert. « En effet, la responsabilité d'élections crédibles n'incombe pas seulement aux autorités électorales iraquiennes, mais à toutes les parties prenantes électorales iraquiennes, tous les acteurs et tous les citoyens iraquiens - qui sont appelés à jouer un rôle dans la sphère publique », a ajouté celle qui dirige la MANUI.

Animés par une volonté patriotique d'améliorer leur pays, les Iraquiens, en particulier les femmes et les jeunes, peuvent saisir l’opportunité de ces élections pour faire entendre leurs voix, en tant qu'électeurs ou en tant que candidats, estime l’envoyée de l’ONU.

La Représentante spéciale a tenu à réaffirmer dans les termes les plus clairs que les préparatifs électoraux doivent rester exempts d'ingérence politique, « à toutes les étapes ».

Les élections ne doivent pas servir d’excuses pour ignorer les réformes nécessaires

La situation financière et économique en Iraq reste préoccupante, rappelle l’ONU qui indique que l'économie du pays devrait se contracter de près de 10% cette année, avec une pandémie de Covid-19 qui a un lourd impact sur un secteur privé déjà faible.

Selon l’envoyée de l’ONU, des mesures sérieuses et résolues pour faire face à la crise financière et économique ne peuvent pas attendre. « Le gouvernement, le parlement, les partis politiques et d'autres devront se mettre au travail ensemble », a-t-elle dit.

« Maintenant, avec les élections imminentes, je ne peux qu'espérer que les réformes, y compris certaines très douloureuses, ne seront pas balayées sous le tapis », a déclaré Mme Hennis-Plasschaert. « Cela ne ferait qu’aggraver la situation de l’Iraq et alimenter ainsi les troubles sociaux - tôt ou tard. En d'autres termes : j'espère vivement que les dirigeants politiques résisteront à la tentation d'utiliser le calendrier électoral comme une raison de ne pas fournir de résultats ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iraq : l’UNESCO lance un concours d’architecture pour reconstruire la mosquée Al-Nouri de Mossoul

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a lancé un concours international d’architecture pour la reconstruction de la mosquée Al-Nouri, dans la ville iraquienne de Mossoul.