Covid-19 : les Palestiniens dans une situation sanitaire et économique critique (ONU)

18 novembre 2020

Après des semaines de baisse, les cas de Covid-19 sont à nouveau à la hausse au sein de la population palestinienne, a alerté mercredi l’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient lors d’une réunion du Conseil de sécurité.

« Gaza reste la préoccupation la plus immédiate et la plus pressante », a déclaré Nickolay Mladenov, le Coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient. « Son infrastructure en ruine, ses mauvaises conditions de vie et la fragilité du système de santé font qu’elle est mal équipée pour faire face à un pic majeur de cas ».

Déjà touchés par des restrictions sévères à leurs mouvements, des cycles d'escalade de la violence et des années de calamité humanitaire et socio-économique, les deux millions de Gazaouis subiraient les conséquences catastrophiques d’une épidémie majeure, a prévenu le Coordinateur spécial.

Pour ces raisons, M. Mladenov a salué la décision de l’Autorité palestinienne de redémarrer la coordination civile et sécuritaire avec Israël. Il a remercié Israël pour avoir confirmé que les accords bilatéraux israélo-palestiniens continuent de régir leurs relations, en particulier dans le contexte de la coordination économique, sécuritaire et civile.

L’envoyé de l’ONU avait précédemment exprimé l'espoir que la reconnaissance de l'interdépendance des Israéliens et des Palestiniens puisse, avec une volonté politique et un leadership, se traduire par des progrès tangibles vers une résolution du conflit.

« Les deux parties doivent comprendre l'importance de respecter la validité et la force continue du cadre qu'ils ont accepté pour régir leurs relations », a dit M. Mladenov. « Bien que les accords existants ne répondent pas aux aspirations de paix, de sécurité et de statut d'État du peuple palestinien, ils fournissent la fondation de base sans laquelle même les débuts d'un retour à des négociations constructives ne sera pas possible », a-t-il prévenu.

121.000 Palestiniens ont perdu leur emploi

Huit mois après le début de la pandémie de Covid-19, le taux de chômage palestinien est alarmant. 121.000 Palestiniens ont perdu leur emploi à la suite du premier confinement et l’emploi a diminué de 17% dans la bande de Gaza.

Quelque 40% des ménages palestiniens ont perdu plus de la moitié de leurs revenus durant cette période et les taux d'insécurité alimentaire ont grimpé en flèche.

Si les rapports les plus récents suggèrent une reprise lente et partielle, les femmes et les enfants continuent de supporter le poids de l'effet combiné de
la pandémie et de la crise socio-économique dans le territoire palestinien occupé, avec un risque accru de violence dans les familles et un accès limité aux services de soutien.

Pour faire face à la situation d'urgence, l'ONU et ses partenaires ont continué de fournir une aide humanitaire et au développement. Depuis le début de la pandémie, près de 85.000 tests et des composants d’équipements de laboratoire avancés ont été livrés, ainsi que plus de 5,5 millions d'articles pour le contrôle et la protection contre les infections.

Les agences des Nations Unies et leurs partenaires ont également livré des dizaines de ventilateurs, moniteurs, lits et autres équipements hospitaliers cruciaux. En outre, l'ONU a soutenu plusieurs installations de quarantaine à Gaza avec des articles non alimentaires, renforcé les efforts de communication publique et formé des professionnels de la santé.

« Des arrangements temporaires négociés par l'ONU et mis en œuvre par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) continuent de faciliter à la fois le transfert des patients médicaux hors de Gaza et l'importation de produits humanitaires pour le peuple palestinien », a expliqué M. Mladenov, espérant qu'avec le redémarrage de la coordination israélo-palestinienne, ces mesures supplémentaires ne seront plus nécessaires.

Changer la dynamique pour préparer un retour au dialogue

Sur le plan politique, l’envoyé de l’ONU a souligné que les dirigeants israéliens et palestiniens ont la responsabilité d’explorer toute ouverture qui peut redonner espoir dans une solution à deux États.

« Avec la volonté politique nécessaire, des mesures pratiques peuvent être prises par tous. Des mesures qui peuvent commencer à changer fondamentalement la dynamique entre les deux parties et préparer un éventuel retour au dialogue », a-t-il dit. « Ce travail doit commencer sérieusement et s'accompagner d'actions concrètes pour créer une horizon politique ».

Selon M. Mladenov, il est impératif que le Quartet pour le Moyen-Orient (ONU, Union européenne, Etats-Unis et Russie), les principaux partenaires arabes et les dirigeants israéliens et palestiniens s'appuient sur les développements récents dans la région et se réengagent d'urgence vers un retour à des négociations significatives. Il a souligné la détermination de l’ONU à soutenir les Israéliens et les Palestiniens dans leurs efforts pour revenir à un « processus politique légitime » vers la paix.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient encourage le recours à la diplomatie pour éviter une escalade à Gaza

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen Orient, Nickolay Mladenov, a expliqué lundi au Conseil de sécurité de l’ONU que la pandémie de Covid-19 déstabilisait la société palestinienne et a rappelé les appels du Secrétaire général à un cessez-le-feu mondial pendant cette période particulièrement difficile.