La résistance aux antimicrobiens est une réalité

18 novembre 2020

Dans le monde entier, des personnes, des végétaux et des animaux meurent des suites d’infections qui ne peuvent être soignées – même avec les traitements antimicrobiens les plus puissants qui sont disponibles. La résistance aux antimicrobiens gagne chaque jour du terrain et se propage à un rythme plus soutenu. 

La résistance aux antimicrobiens survient lorsque les bactéries, les virus, les champignons et les parasites résistent aux effets des médicaments, ce qui rend les infections courantes plus difficiles à traiter et augmente le risque de propagation des maladies, de forme grave des infections et de décès. 

Les antimicrobiens sont des armes essentielles pour lutter contre les maladies chez l'être humain, les animaux et les plantes, et ils comprennent les antibiotiques, les antiviraux, les antifongiques et les antiparasitaires. De multiples facteurs –parmi lesquels l’utilisation excessive des médicaments chez l’être humain, pour le bétail et l’agriculture, ainsi que le manque d’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène – ont amplifié la menace que représente la résistance aux antimicrobiens dans le monde entier.

D’après les estimations, 700 000 personnes meurent chaque année d’infections résistantes aux antimicrobiens (RAM) et un nombre incalculable d’animaux malades ne répondent pas aux traitements. La résistance aux antimicrobiens est une importante menace mondiale pour la santé publique, la sécurité alimentaire et la salubrité des aliments, ainsi que pour les moyens d’existence, la production animale et le développement économique et agricole. 

Selon les prévisions, au cours des 10 prochaines années, l’usage d’antimicrobiens dans le seul secteur de l’élevage devra quasiment doubler pour faire face aux besoins croissants d’une population humaine en plein essor. 

D’ici à seulement 10 ans, 24 millions de personnes supplémentaires – soit l’équivalent de la population de l’Australie – pourraient basculer dans la pauvreté extrême en raison de la résistance aux antimicrobiens. 

 L’alimentation et l’agriculture ont un rôle essentiel à jouer dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens. Des mesures doivent être prises à toutes les étapes de la chaîne alimentaire afin de ralentir la propagation de la résistance et de faire en sorte qu’un usage plus responsable soit fait des antimicrobiens.

 

Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens

La Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens a pour but de mieux faire connaître le phénomène mondial de la résistance aux antimicrobiens et d’encourager le grand public, les personnels de santé et les décideurs à adopter les meilleures pratiques afin d’éviter que n’apparaissent des résistances aux antimicrobiens et que les résistances actuelles ne gagnent du terrain.

La FAO met en œuvre des projets dans plus de 40 pays en Afrique, en Asie et en Amérique latine, afin de mieux comprendre comment aider les secteurs de l’alimentation et de l’agriculture à faire un usage plus responsable des antimicrobiens.

La Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens se tient du 18 au 24 novembre et a pour thème pour 2020 : « Antimicrobiens : à utiliser avec prudence ».

En mai 2015, la 68e Assemblée mondiale de la Santé a approuvé un plan d’action mondial pour s’attaquer au problème croissant de la résistance aux antibiotiques et autres médicaments antimicrobiens. L'un des principaux objectifs du plan est de faire mieux connaître et mieux comprendre le problème de la résistance aux antimicrobiens grâce à une communication, un enseignement et une formation efficaces.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Sensibilisation aux antibiotiques : la FAO appelle les agriculteurs à améliorer l’hygiène de leurs fermes

Les agriculteurs sont essentiels si l'on veut endiguer la propagation de la résistance aux antimicrobiens et notamment celle des pathogènes à l'origine des maladies estime la FAO. Ils peuvent contribuer de manière décisive en adoptant de bonnes pratiques alimentaires dans leurs  activités agricoles souligne l'Agence alors que la communauté internationale célèbre la semaine mondiale de sensibilisation aux antibiotiques.