L’Assemblée générale des Nations Unies élit cinq juges à la Cour internationale de Justice

12 novembre 2020

Après un premier tour de scrutin la veille pour départager les huit candidats aux cinq postes à la Cour internationale de Justice (CIJ), l’Assemblée générale des Nations Unies a élu, jeudi, à l’issue du deuxième tour, les cinq juges de la CIJ, pour un mandat de neuf ans qui prendra effet le 6 février 2021.

L’Assemblée générale, qui procède à ces élections simultanément et indépendamment du Conseil de sécurité, est parvenue aujourd’hui aux mêmes résultats que ce dernier tenait secrets depuis mercredi.

Avec 193 votants et une majorité requise de 97 voix, l’Assemblée a reconduit dans leurs fonctions Yuji Iwasawa, du Japon, avec 169 voix ; Xua Hanqin, de la Chine, avec 155 voix ; Peter Tomka, de la Slovaquie, avec 150 voix ; et Julia Sebutinde, de l’Ouganda, avec 139 voix.

Les juges réélus seront rejoints par Georg Nolte, de l’Allemagne, qui a obtenu 160 voix.

Emmanuel Ugirashebuja, du Rwanda, n’a récolté ce matin que 87 voix contre 97 au premier tour de scrutin mercredi ; Maja Seršić, de la Croatie, 42 voix contre 71 voix; et Taoheed Olufemi Elias, du Nigéria, 31 voix contre 56.

La Cour internationale de Justice est le seul des six principaux organes des Nations Unies à ne pas avoir son siège à New York.  Ses 15 juges travaillent au Palais de la paix, à La Haye, aux Pays-Bas, avec un mandat de neuf ans.  La CIJ dont les juges sont rééligibles est renouvelable par tiers tous les trois ans.

Instituée en juin 1945 par la Charte des Nations Unies, la CIJ a une double compétence contentieuse et consultative. Elle règle les différends de nature juridique qui lui sont soumis par les États et donne des avis consultatifs sur les questions juridiques que peuvent lui poser les organes et les institutions spécialisées de l’ONU autorisés à le faire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Gabon et la Guinée équatoriale vont régler leur différend frontalier devant la CIJ

A l’issue d’un processus de médiation des Nations Unies, les gouvernements du Gabon et de la Guinée équatoriale ont conclu mardi un accord pour soumettre leur différend frontalier à la Cour internationale de Justice (CIJ).