Rougeole et polio : l'ONU a besoin de 655 millions de dollars pour éviter de nouvelles épidémies

6 novembre 2020

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont appelé vendredi à agir d’urgence pour éviter de grandes épidémies de rougeole et de polio.

Alors que la pandémie de Covid-19 perturbe les campagnes de vaccination, une action urgente est nécessaire pour éviter des épidémies majeures de rougeole et de polio et protéger les enfants les plus vulnérables de ces maladies mortelles et débilitantes.

L’UNICEF et l’OMS estiment que cet appel est d’autant plus urgent car l’absence ou le manque de vaccination dans le monde entier expose des millions d’enfants à un risque accru de maladies infantiles qui sont pourtant évitables.

« La Covid-19 a eu un effet dévastateur sur les services de santé et en particulier les campagnes de vaccination, dans le monde entier », a rappelé le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Mais contrairement au coronavirus, nous disposons des outils et des connaissances nécessaires pour stopper des maladies telles que la polio et la rougeole », a-t-il rappelé.

Face à ces maladies évitables, l’OMS et l’UNICEF ont besoin de ressources et d’engagements financiers nécessaires pour mettre ces outils et ces connaissances en pratique. « Si nous faisons cela, des vies d’enfants seront sauvées », a insisté le Dr Tedros.

Les agences onusiennes estiment que 655 millions de dollars (400 millions de dollars pour la polio et 255 millions de dollars pour la rougeole) sont nécessaires pour combler les lacunes dangereuses en matière d’immunité dans les pays non éligibles au programme de l’Alliance Gavi pour les vaccins et cibler les groupes d’âge vulnérables.

L’UNICEF insiste, de son côté, sur le fait que le monde ne peut pas se permettre de voir la lutte contre le nouveau coronavirus mortel « faire perdre du terrain » dans le combat contre d’autres maladies. « Il est essentiel de s’attaquer à la pandémie mondiale de Covid-19. Cependant, d’autres maladies mortelles menacent également la vie de millions d’enfants dans certaines des régions les plus pauvres du monde », a affirmé Henrietta Fore, la Directrice exécutive de l’UNICEF.

Résurgence mondiale de la rougeole et hausse de la polio au Pakistan et en Afghanistan

Le monde a connu ces dernières années une résurgence de la rougeole, avec des épidémies en cours dans toutes les régions de la planète. Les lacunes en matière de couverture vaccinale ont été davantage aggravées cette année par le nouveau coronavirus.

L’année dernière, la rougeole a atteint le plus grand nombre de nouvelles infections depuis plus de deux décennies. Les données annuelles sur la mortalité due à la rougeole pour 2019, qui seront publiées la semaine prochaine, montreront que « les épidémies persistantes continuent de faire des ravages dans de nombreux pays du monde ».

Dans le même temps, l’UNICEF et l’OMS s’attendent à une hausse de la transmission du poliovirus au Pakistan et en Afghanistan et dans de nombreuses régions sous-immunisées d’Afrique. « Si la polio n’est pas éradiquée maintenant, la maladie connaîtra une résurgence mondiale, ce qui entraînera jusqu’à 200.000 nouveaux cas par an dans les 10 ans à venir », ont mis en garde les deux agences onusiennes.

Face à la résurgence des deux maladies, l’UNICEF et l’OMS rappellent que de nouveaux outils devraient être déployés au cours des prochains mois. Il s’agit notamment d’un nouveau vaccin oral contre la polio de nouvelle génération et d’un plan d’intervention stratégique pour prévenir, détecter et réagir rapidement et efficacement aux épidémies de rougeole. Ces dispositif pourrait aider « à faire face à ces menaces croissantes de manière plus efficace et plus durable, et finalement sauver des vies », soulignent les deux agences onusiennes.

Les dirigeants des pays, les donateurs et les partenaires sont donc sollicités pour répondre à l’appel urgent de l’ONU en faveur d’une action mondiale contre la rougeole et la polio.

« Nous avons besoin de ressources financières supplémentaires pour reprendre en toute sécurité les campagnes de vaccination et donner la priorité aux systèmes de vaccination qui sont essentiels pour protéger les enfants et éviter d’autres épidémies que la Covid-19 », a fait valoir Mme Fore.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La pandémie de Covid-19 compromet des services de santé essentiels en Afrique, selon l’OMS

La pandémie de Covid-19 a porté un coup sévère à des services de santé essentiels en Afrique, faisant craindre que certains des principaux problèmes sanitaires du continent s’aggravent, a mis en garde jeudi le bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique.