Fermeture de camps de déplacés en Iraq : l’ONU prône un retour sûr, volontaire et durable

30 octobre 2020

Alors que gouvernement iraquien a annoncé son intention de fermer plusieurs camps de personnes déplacées d’ici la fin de cette année, l’ONU affirme qu’elle n’est « pas impliquée » dans ce processus.

« Ces décisions sont prises indépendamment des Nations Unies, qui ne sont pas impliquées dans les décisions gouvernementales concernant le statut des camps de personnes déplacées », a déclaré dans un communiqué Irena Vojáčková-Sollorano, Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Iraq.

Selon la Coordonnatrice humanitaire onusienne dans ce pays, « la responsabilité première de la protection et du bien-être des personnes déplacées incombe aux gouvernements nationaux et aux autorités locales ».

Plusieurs fermetures et regroupements de camps ont eu lieu ces derniers jours, et Bagdad a indiqué qu’il fallait s’attendre à d’autres fermetures.

Pour la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq, ces retours de déplacés doivent être « sûrs, dignes, volontaires et durables ».

En attendant, la Mission onusienne indique conserver son mandat de coordination avec le gouvernement sur les questions d’aide humanitaire.

Elle s’efforce aussi de garantir que les personnes déplacées qui ont quitté les camps et rentrent chez elles, ont « accès à l’aide nécessaire en cours de route et à leur arrivée ».

Plus largement, les Nations Unies suivent de près l’évolution de la situation et sont en communication constante avec le gouvernement iraquien. L’objectif est « de planifier des solutions durables à long terme pour toutes les personnes déplacées vulnérables en Iraq ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Des milliers de Yézidis toujours en captivité : Nadia Murad, Prix Nobel, exhorte la communauté internationale à agir

La lauréate du prix Nobel de la paix et victime d’esclavage sexuel aux mains de l’Etat islamique en Iraq et au Levant (EIIL/Daech), Nadia Murad, a lancé un poignant appel à la communauté internationale lundi pour qu’elle agisse immédiatement afin de retrouver et libérer les plus de 2.800 femmes et enfants yézidis qui se trouvent toujours entre les mains de Daech.