Guinée : l’ONU appelle à régler tout contentieux électoral sans violence

24 octobre 2020

Le Secrétaire général des Nations Unies a pris note samedi de la proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle en Guinée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).  

Dans une déclaration publiée par son porte-parole, António Guterres a réitéré son appel à tous les acteurs pour qu’ils règlent tout contentieux électoral « en empruntant les mécanismes juridiques établis et à s’abstenir de toute violence ».

M. Guterres a lancé un appel particulier au Président de la République de Guinée et au chef de l’opposition leur demandant de « persuader leurs sympathisants de mettre immédiatement fin à la violence et d’entamer un dialogue constructif pour trouver une solution pacifique à la crise post-électorale ».   

« Le Secrétaire général exhorte également les leaders d’opinion et la presse à mettre un terme à tous discours incendiaires et appels à la dissension d’inspiration ethniciste », précise la déclaration. 

Le chef de l’ONU a fermement condamné les violences survenues au lendemain de l’élection présidentielle du 18 octobre.

Selon les médias, ces violences qui ont éclaté à la suite du scrutin de dimanche dernier ont fait au moins 10 morts. Outre le Président sortant, Alpha Condé, qui se représentait, et son principal adversaire, Cellou Dalein Diallo, qui s’est déclaré vainqueur, dix candidats se disputaient les votes des Guinéens.

L’Organisation des Nations Unies se tient prête à accompagner un processus de dialogue visant à un règlement rapide et pacifique de la crise post-électorale en Guinée, souligne enfin la déclaration du porte-parole du Secrétaire général. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Guinée : António Guterres condamne les violences qui ont suivi la présidentielle du 18 octobre

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné les violences survenues au lendemain de l'élection présidentielle du 18 octobre en Guinée, qui auraient fait une dizaine de morts.