Covid-19 :  l’hémisphère nord est à un moment critique et doit agir rapidement, avertit l'OMS

23 octobre 2020

Le monde se trouve à un moment critique de la pandémie de Covid-19, en particulier dans l'hémisphère nord, a averti vendredi le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors de sa conférence de presse bi-hebdomadaire.  

 

« Trop de pays connaissent une augmentation exponentielle du nombre de cas, les hôpitaux et les unités de soins intensifs sont proches de leur capacité ou la dépassent, et nous ne sommes encore qu'en octobre », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. 

Selon le chef de l’OMS, les prochains mois vont être  « très difficiles » et certains pays sont « sur une voie dangereuse ». 

5 actions clés à mener rapidement

L’OMS demande aux dirigeants de prendre des mesures immédiates, afin d'éviter d'autres décès inutiles, l'effondrement des services de santé essentiels et la fermeture des écoles. 

« Ce n'est pas un exercice » a souligné le Dr Tedros. « Nous demandons aux gouvernements de mener cinq actions clés aujourd'hui ». 

Premièrement, a dit le chef de l’OMS :  Evaluez la situation actuelle de l'épidémie dans votre pays en vous basant sur les dernières données dont vous disposez. 

« Effectuez une analyse honnête et examinez les bons, les mauvais et les mauvais côtés », a souligné le Dr Tedros.  

Aussi, selon l’OMS, pour les pays qui ont réussi à maîtriser la transmission de Covid-19, il est important de « ne pas laisser le virus s'implanter à nouveau ».

« Il est temps de doubler les efforts pour maintenir la transmission à un faible niveau, d'être vigilant, d'être prêt à identifier et à regrouper les cas et les "clusters" et d'agir rapidement », a précisé le Directeur général de l'agence onusienne. 

Deuxièmement, l’OMS conseille fortement aux pays où les cas, les hospitalisations et les taux de soins intensifs sont en augmentation, de faire les ajustements nécessaires et de corriger la trajectoire le plus rapidement possible. 

« Apporter des changements lorsque c'est nécessaire, c'est faire preuve de leadership et de force », a rappelé le Dr Tedros.  

En troisième lieu, l’OMS souligne l’importance d'être « clair et honnête » avec le public sur l'état de la pandémie dans le pays et sur ce que chaque citoyen doit faire pour traverser ensemble cette pandémie. 

Quatrièmement, il faut mettre en place des systèmes permettant aux citoyens de se conformer plus facilement aux mesures qui leur sont conseillées. 

« Cela signifie que si l'on dit aux gens de s'isoler ou de se mettre en quarantaine, ou si des entreprises doivent fermer temporairement, les gouvernements doivent faire tout ce qu'ils peuvent pour aider les individus, les familles et les entreprises ».

Cinquièmement, l’OMS exhorte à diffuser largement les « histoires incroyables d'espoir et de résilience de personnes et d'entreprises qui ont réagi de manière créative à l'épidémie » afin de mieux affronter les prochains mois qui « seront difficiles pour de nombreuses personnes ».

Identifier les contacts pour éviter de fermer

« Les gouvernements doivent prendre les mesures de base consistant à parler aux personnes infectées par le virus et à leurs contacts et à leur donner des instructions précises sur la marche à suivre », a expliqué le Dr Tedros. 

Selon lui, si les gouvernements sont capables de perfectionner leurs systèmes de recherche des contacts et de se concentrer sur l'isolement de tous les cas et la mise en quarantaine des contacts, il sera possible d'éviter les ordres de rester chez soi pour tout le monde.

« Nous avons constaté à maintes reprises dans le monde entier qu'il n'est jamais trop tard pour que les dirigeants agissent et inversent la situation », a dit le chef de l’OMS.  

Samuel Ramos on Unsplash
un réservoir d'oxygène médical dans un hôpital. De nombreux pays éprouvent actuellement des difficultés à obtenir des concentrateurs d'oxygène pour les patients atteints de Covid-19

Un partage équitable des ressources, dont l’oxygène 

L’OMS a signalé que « la clé » d'un front uni contre le virus est le partage équitable des ressources, 

L’agence onusienne a mis en exergue ses efforts pour combler le manque d’oxygène dans certains pays, l'un des médicaments les plus essentiels pour sauver les patients atteints de Covid-19, et de nombreuses autres affections.      

« Selon les estimations, certains des pays les plus pauvres ne disposent que de 5 à 20% de l'oxygène dont ils ont besoin pour les soins aux patients », a expliqué le Dr Tedros, ajoutant que la pandémie a entraîné une croissance exponentielle de la demande d'oxygène. 

En juin dernier, alors qu'il y avait environ 140.000 nouveaux cas de Covid-19 par jour, les besoins mondiaux en oxygène étaient estimés à environ 88.000 grandes bouteilles par jour dans le monde entier. 

Avec l'augmentation du nombre de cas quotidiens dans le monde à plus de 400.000, les besoins en oxygène sont passés à 1,2 million de bouteilles par jour, rien que pour les personnes à faibles et moyens revenus, soit 13 fois plus. 

Des approches innovantes

Au début de la pandémie, l'approche de l'OMS consistait à augmenter la quantité d'oxygène dans les pays les plus vulnérables en achetant et en distribuant des concentrateurs d'oxygène. 

Cela a permis de distribuer plus de 30.000 concentrateurs, 40.000 oxymètres de pouls et moniteurs de surveillance des patients dans 121 pays, dont 37 classés comme fragiles.

« Il s'agit notamment d'installer des installations d'adsorption à pression alternée - ou PSA - qui pourraient couvrir l'approvisionnement nécessaire à un grand hôpital et à des établissements de santé de district dans la région », a précisé le Directeur général de l’OMS. 

La Somalie, le Tchad et le Soudan du Sud ont dû se contenter de bouteilles d'oxygène provenant de vendeurs privés qui parcourent souvent de longues distances et dont le prix est élevé.  

L'OMS travaille avec les ministères de la santé de ces trois pays pour concevoir des usines à oxygène adaptées à leurs besoins locaux, ce qui permettra un approvisionnement durable et autosuffisant en oxygène.  

L'agence onusienne s'engage à travailler de manière solidaire avec tous les gouvernements, les partenaires et le secteur privé pour accroître l'approvisionnement durable en oxygène. 

L'un des principaux obstacles à l'oxygène médical est le coût élevé du transport des bouteilles vers les établissements de santé. 

Au Kenya, une entreprise du secteur privé a installé des usines d'oxygène à proximité de groupes d'établissements de santé et utilise un système de livraison de lait pour fournir de l'oxygène à plus de 140 cliniques. 

Non seulement les médecins et les infirmières ayant l'expérience des soins aux patients gravement malades, mais aussi les ingénieurs biomédicaux, les inhalothérapeutes et les personnels de maintenance doivent tous être prêts

« Inciter le secteur des entreprises à changer d'approche et de modèle est essentiel pour garantir un approvisionnement durable en oxygène dans les pays à faibles et moyens revenus », a également dit le Dr Tedros, ajoutant que « pour réussir, le personnel de santé doit être prêt ». 

« Non seulement les médecins et les infirmières ayant l'expérience des soins aux patients gravement malades, mais aussi les ingénieurs biomédicaux, les inhalothérapeutes et le personnel de maintenance », a-t-il précisé.  

« L'oxygène sauve la vie des patients atteints de Covid-19, mais il permettra également de sauver une partie des 800.000 enfants de moins de cinq ans qui meurent chaque année de pneumonie et d'améliorer la sécurité générale de la chirurgie », a estimé le Dr Tedros.  « Un monde meilleur signifie garantir la disponibilité de l'oxygène pour tous ». 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Covid-19 : un groupe d'experts créé par l'OMS va établir une chronologie faisant autorité sur la pandémie

Le Groupe indépendant sur la préparation et l'intervention en cas de pandémie s'efforce d'établir une chronologie faisant autorité sur l'émergence, les recommandations mondiales, la réponse nationale et les impacts du SRAS-CoV2, le virus qui provoque la Covid-19.