Des experts de l'ONU demandent à la Thaïlande d'autoriser les manifestations pacifiques

22 octobre 2020

Des experts des droits de l'homme des Nations Unies ont exhorté jeudi le gouvernement thaïlandais à garantir les droits fondamentaux de réunion pacifique et de liberté d'expression et ont appelé à la fin de la répression des manifestations pacifiques.

« L'imposition de l'état d'urgence est la dernière d'une série de mesures draconiennes visant à étouffer les manifestations pacifiques et à criminaliser les voix dissidentes », ont déclaré les experts.

« Nous demandons instamment au gouvernement thaïlandais de permettre aux étudiants, aux défenseurs des droits de l'homme et à d'autres personnes de protester de manière pacifique. Le peuple thaïlandais devrait être autorisé à s'exprimer librement et à partager ses opinions politiques, en ligne et hors ligne, sans poursuites », ont-ils ajouté. 

Des milliers de personnes ont rejoint les manifestations pro-démocratiques à Bangkok, appelant à des réformes du gouvernement et de la monarchie. Depuis le 13 octobre 2020, au moins 80 personnes ont été arrêtées, dont 27 sont toujours en détention. Certaines ont été inculpées en vertu du code pénal thaïlandais pour sédition et « rassemblement illégal ».

Certaines ont également été accusées en vertu de la loi sur les crimes informatiques pour avoir utilisé leurs comptes de médias sociaux pour appeler le public à participer aux rassemblements. Deux d'entre elles risquent une peine de prison à vie pour avoir prétendument utilisé la violence contre la monarchie.

Nous sommes sérieusement préoccupés par le fait que les personnes qui participent à des manifestations pacifiques ont été inculpées en vertu de lois, au sujet desquelles nous avons exprimé des inquiétudes par le passé

Les experts ont appelé les autorités à libérer immédiatement et sans condition toute personne détenue pour le seul exercice de ses libertés fondamentales.

Le 15 octobre, des « mesures d'urgence sévères », ont été imposées dans la province de Bangkok, interdisant les rassemblements de plus de quatre personnes. La police a ensuite fait usage de la force, y compris de canons à eau, pour disperser les manifestants qui manifestaient pacifiquement.

« Les autorités de sécurité font un usage inutile de la force contre les manifestants pacifiques », ont déclaré les experts.  « Une telle violence ne fait qu'aggraver la situation. Au lieu d'essayer de faire taire les manifestants pacifiques, nous demandons instamment au gouvernement thaïlandais de chercher rapidement à établir un dialogue ouvert et authentique avec eux ».

Les experts sont : Clément Nyaletsossi Voule, Rapporteur spécial sur les droits de réunion et d'association pacifiques;  Irene Khan, Rapporteure spéciale sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'expression; Mary Lawlor, Rapporteure spéciale sur la situation de l'homme défenseurs des droits de l’homme.

NOTE : 

Les rapporteurs spéciaux, les experts indépendants et les groupes de travail font partie de ce que l'on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Les procédures spéciales, le plus grand organe d'experts indépendants du système des droits de l'homme des Nations unies, est le nom général des mécanismes indépendants d'enquête et de suivi du Conseil qui traitent soit de situations spécifiques à des pays, soit de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire ; ils ne font pas partie du personnel des Nations unies et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et travaillent à titre individuel.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'utilisation abusive des lois antiterroristes pendant un conflit crée une « calamité totale »

L'utilisation abusive des lois antiterroristes dans les situations de conflit conduit souvent à une « calamité totale » sur le terrain, a averti un expert indépendant des Nations Unies.