Soyez solidaires des pauvres du monde, déclare le chef de l'ONU dans un message pour la Journée internationale

16 octobre 2020

Le Secrétaire général, António Guterres, a lancé cet appel dans un message vidéo pour marquer la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, célébrée chaque année le 17 octobre.

Le Secrétaire général, António Guterres, a lancé cet appel dans un message vidéo pour marquer la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, célébrée chaque année le 17 octobre.

Il a souligné que la pandémie représente « une double crise » pour les personnes les plus pauvres du monde.

« Tout d'abord, ce sont elles qui courent le plus grand risque d'être exposées au virus et qui ont le moins accès à des soins de santé de qualité », a déclaré M. Guterres.

« Deuxièmement, des estimations récentes montrent que la pandémie pourrait plonger jusqu'à 115 millions de personnes dans la pauvreté cette année - la première augmentation depuis des décennies. Les femmes sont les plus exposées car elles risquent davantage de perdre leur emploi et ont moins de chances de bénéficier d'une protection sociale ».

Des efforts extraordinaires sont nécessaires

Le chef des Nations Unies a souligné la nécessité de déployer des efforts extraordinaires pour lutter contre la pauvreté en ce moment.

Comme la pandémie exige une action collective forte, il a appelé les gouvernements à accélérer la transformation économique en investissant dans une reprise durable.

En outre, les pays ont besoin d'une « nouvelle génération de programmes de protection sociale », qui couvrent également les personnes qui travaillent dans l'économie informelle.

« Faire cause commune est le seul moyen de sortir de cette pandémie en toute sécurité », a déclaré le Secrétaire général.

« En cette Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, soyons solidaires avec les personnes vivant dans la pauvreté, tout au long de la pandémie de Covid-19 et au-delà », a-t-il déclaré.

Justice sociale et environnnementale pour tous

Cette année, le thème de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté met l’accent sur la justice sociale et environnementale pour tous.

La reconnaissance croissante de la multidimensionnalité de la pauvreté signifie que ces deux problèmes sont liées et que la justice sociale ne peut être pleinement réalisée sans corriger les injustices environnementales

Alors que des progrès ont été accomplis dans la lutte contre la pauvreté matérielle, les succès ont été plus lents dans la lutte contre les autres dimensions importantes, notamment les conséquences environnementales de plus en plus importantes. 

Les personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté sont souvent les plus touchées par les changements climatiques et environnementaux. Alors qu’elles agissent déjà pour résister à la pauvreté, aujourd’hui, elles font également face aux conséquences de ces nouveaux défis.

Cependant, leurs efforts et expériences passent souvent inaperçus ; leur capacité à poser des actes positifs est ignorée et leur voix n’est pas entendue, notamment dans les instances internationales.

Dans un monde caractérisé par un niveau sans précédent de développement économique, de moyens technologiques et de ressources financières, le fait que des millions de personnes vivent dans l’extrême pauvreté suscite une profonde indignation morale.

En outre, les personnes qui vivent dans la pauvreté doivent faire face à de nombreuses discriminations, notamment : des conditions de travail dangereuses; des conditions de logement insalubres; des carences en aliments nutritifs; un accès inégal à la justice; une absence de participation politique, et un manque d'accès aux soins de santé.

32èeme anniversaire de l'Appel du Père Wresinski

Cette année marque le 27e anniversaire de la résolution A/RES/47/196 de l’Assemblée générale des Nations Unies, instituant une Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté.

2020 marque également le 32e anniversaire de l'appel à l’action du Père Joseph Wresinski  (1917 – 1988), fondateur du Mouvement ATD Quart Monde, à la suite duquel le 17 octobre 1987, à Paris, plus de 100 000 personnes ont exprimé la nécessité de s’unir pour éliminer la pauvreté et faire respecter les droits de l’homme, en se rassemblant autour du parvis du Trocadéro à Paris, à l’endroit où fut signée en 1948 la Déclaration universelle des droits de l’homme

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Renforcer la résilience des femmes rurales dans le contexte de la Covid-19

Dans toutes les sphères, qu’il s’agisse de la santé, de l’économie, de la sécurité ou encore de la protection sociale, les ravages causés par la Covid-19 sont encore plus graves pour les femmes et les filles, en particulier dans les zones rurales.