Renforcer la résilience des femmes rurales dans le contexte de la Covid-19

15 octobre 2020

Dans toutes les sphères, qu’il s’agisse de la santé, de l’économie, de la sécurité ou encore de la protection sociale, les ravages causés par la Covid-19 sont encore plus graves pour les femmes et les filles, en particulier dans les zones rurales. 

« Les femmes rurales jouent un rôle essentiel dans l’agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition, le renforcement de la résilience face aux changements climatiques et la gestion des ressources foncières et naturelles », a indiqué le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans son message pour la Journée internationale des femmes rurales (15 octobre). « Cependant, nombre d’entre elles sont victimes de la discrimination, du racisme systémique et de la pauvreté structurelle».

En effet, les femmes rurales sont touchées de manière disproportionnée par les crises sanitaires et économiques sur plusieurs plans, y compris la sécurité alimentaire et la nutrition, le manque de temps, l’accès aux établissements de santé, aux services et aux débouchés économiques, et la violence sexiste. 

En outre, la Covid-19 accroît la charge qui pèse sur les femmes en raison des fermetures d’écoles et des soins supplémentaires à apporter aux membres de la famille qui sont malades. De nombreuses femmes rurales souffrent d'isolement et d'un manque d'accès aux technologies essentielles pour améliorer leur travail et leur vie personnelle. En effet seulement un quart  des utilisateurs de solutions agricoles numériques sont des femmes. 

« La pandémie de Covid-19 touche à présent plus de la moitié des agricultrices dans le monde du fait des restrictions de déplacement, de la fermeture des magasins et des marchés et de la désorganisation des chaînes d’approvisionnement »,  a déclaré le Secrétaire général de l’ONU. 

Il est donc crucial de prendre des mesures spéciales pour soutenir la participation des femmes rurales, pour mesurer les effets sexospécifiques de la Covid-19 et adopter des politiques générales équitables en matière d’agriculture, de sécurité alimentaire et de nutrition, a souligné un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Pour António Guterres, « le numérique peut constituer une bouée de sauvetage dans les zones rurales en renseignant sur l’accès aux soins de santé et en tenant les personnes au fait de l’actualité agricole ».

PAM/Ana Buitron
Cette jeune leader autotchtone dans une ferme de la province d'Imbabura, en Équateur, est bénéficiaire du soutien du PAM aux associations de petits agriculteurs, dont 64 % sont des femmes, en tant que fournisseurs de produits frais.

 

Investir en faveur des femmes rurales 

Pour aider les femmes rurales à faire face à la pandémie et renforcer leur résilience pour l’avenir, la solidarité et le soutien de tous sont nécessaires, António Guterres, Secrétaire général de l'ONU. 

« Nous devons ensemble investir en faveur des femmes rurales afin qu’elles aient accès aux soins de santé, à la protection sociale et aux services d’information agricole dont elles ont besoin », a insisté le chef de l'ONU. « Nous devons combler la fracture numérique et assurer des services essentiels pour faire face à la pandémie de violence à l’égard des femmes. Et nous devons nous attaquer aux lois et pratiques discriminatoires en matière de propriété foncière et de succession qui exposent les femmes rurales au risque de perte de sources de revenu ».

En cette Journée internationale des femmes rurales, António Guterres a appelé à ce que « nous renouvelons notre engagement en faveur des femmes rurales dans toute leur diversité, redoublons d’efforts pour les aider à surmonter la pandémie de Covid-19 et employons-nous, en collaboration avec elles, à les rendre résilientes face à des crises futures ». 

FIDA
Buthaina Ahmed Ibrahim, 28 ans, récolte du sésame. La pandémie de COVID-19 touche à présent plus de la moitié des femmes rurales dans le monde

 

La contribution inestimable des femmes rurales au développement 

Les femmes et les filles jouent un rôle majeur et de plus en plus reconnu dans la pérennité des foyers et des communautés en zone rurale. Elles constituent une large part de la main d’œuvre agricole, formelle et informelle, et effectuent la grande majorité des tâches domestiques et des soins - activités non rémunérées - au sein des familles et foyers en zones rurales. 

Elles contribuent aussi de manière significative à la production agricole, à la sécurité alimentaire et à la nutrition, à la gestion des terres et des ressources naturelles et au renforcement des capacités d'adaptation face aux changements climatiques.

Les femmes et les filles issues des milieux ruraux sont les premières concernées lorsque les ressources naturelles et l’agriculture sont menacées. Une femme sur trois dans le monde est employée dans le secteur agricole. Les femmes s’occupent également du ramassage de biocarburants, de la transformation manuelle des produits alimentaires et du pompage de l’eau. 80% des foyers sans eau courante dépendent des femmes et des filles pour aller chercher de l’eau.

Alors que le nombre d’individus vivant dans l’extrême pauvreté a reculé à l’échelle mondiale, un milliard de personnes continuent de vivre dans des conditions inacceptables, la majorité en zone rurale. Les taux de pauvreté en milieu rural sont plus élevés que ceux des zones urbaines, et ce dans toutes les régions du monde.

Des barrières structurelles et des standards sociaux discriminatoires continuent de restreindre le pouvoir de décision et la participation des femmes au sein des foyers et communautés en zone rurale. Le travail féminin est souvent invisible et non rémunéré et la charge de travail augmente régulièrement.

Pour combler ces lacunes et faire face à la pandémie de la Covid-19, des millions de femmes rurales dans le monde entier ont organisé leur protection, leur soutien et leurs secours. Ainsi, au Liberia, l'Association nationale des femmes rurales, avec le soutien d'ONU Femmes, communique des informations sur la Covid-19 essentielles dans les communautés rurales. Grâce au programme conjoint d'autonomisation économique des femmes rurales, géré par la FAO, le FIDA, ONU Femmes et le PAM, les femmes rurales et indigènes du Guatemala, du Népal et du Kirghizstan fabriquent des masques pour rendre service à la communauté et gagner un revenu, et diffusent des informations sur la santé, les mesures préventives et les biens essentiels.

« En cette Journée internationale des femmes rurales , notre engagement à ne laisser personne derrière nous n'a jamais été aussi urgent », a indiqué Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes. « Nous devons profiter de cette crise pour attirer l'attention et mobiliser des ressources afin d'autonomiser les femmes rurales et d'éliminer les obstacles de longue date à leur progrès, de manière à ce que nous puissions sortir de la Covid-19 comme une société plus forte, mieux équilibrée, plus résistante et plus solidaire ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La FAO lance l’initiative Villes vertes en vue de contribuer à transformer les systèmes agroalimentaires

La FAO a dévoilé vendredi sa nouvelle initiative Villes vertes et son plan d'action visant à contribuer à la transformation des systèmes agroalimentaires, à l'élimination de la faim et à l'amélioration de la nutrition au sein des villes et autour de celles‐ci, lors  de la période suivant la pandémie de COVID‐19.