Covid-19 : mesures ciblées mais pas de confinement général en Europe (OMS)

15 octobre 2020

Face à la poussée exponentielle de la pandémie, l’OMS Europe prône « des mesures proportionnées et ciblées » mais pas de confinement général comme au printemps dernier.

« L’évolution de la situation épidémiologique en Europe est très préoccupante : le nombre de cas quotidiens augmente, les admissions à l’hôpital sont en hausse et la barre des 1 000 décès par jour a été atteinte  », a indiqué jeudi Hans Kluge, Directeur de l’OMS Europe lors d’une conférence de presse.

Un décès sur 5 dans la région Europe est aujourd’hui causé par la Covid-19. La région a enregistré 700 000 cas de contamination en une semaine, l’incidence hebdomadaire la plus élevée depuis le début de la pandémie.

Pour autant, a insisté le Dr Kluge, nous ne sommes pas dans la même situation qu’au mois de mars 2020. Les pays de la zone font beaucoup plus de tests et le nombre de contamination étant plus élevé chez les jeunes, mieux résistants à la maladie, le nombre d’hospitalisation et la mortalité n’augmentent pas aussi vite qu’au printemps dernier. Il y a aussi des progrès dans la prise en charge des cas graves.

Un virus toujours aussi dangereux

Cependant « le virus n’a pas changé, il n’est devenu ni plus ni moins dangereux », a averti le Dr Kluge.

« La situation pourrait s’aggraver considérablement », a-t-il ajouté si la maladie se propage parmi les populations plus âgées notamment lors de « contacts sociaux à l’intérieur des habitations entre les générations ».

Si rien n’est fait, la mortalité quotidienne pourrait atteindre des niveaux 4 à 5 fois supérieurs à ceux que nous avons enregistrés en avril, prévient l’OMS.

Des mesures simples comme le port du masque peuvent prévenir cette flambée. Actuellement, le taux de port du masque est en moyenne de 60% en Europe, il faudrait qu’il soit de 95%. L’OMS préconise également « un contrôle strict des rassemblements sociaux, que ce soit dans les espaces publics ou privés ».

Cela pourrait permettre de sauver jusqu’à 281 000 vies d’ici le 1er février dans notre région de 53 États membres.

« Les mesures se durcissent dans de nombreux pays d’Europe et c’est une bonne chose car elles sont absolument nécessaires ; ce sont des réponses appropriées et nécessaires à ce que les données nous disent : la transmission et les sources de contamination se produisent dans les maisons et les lieux publics intérieurs, et au sein des communautés qui respectent mal les mesures d’autoprotection », a poursuivi le chef de l’OMS pour l’Europe.

Ces mesures « sont là pour sauver des vies de la Covid-19 sans risquer des vies dues à d’autres maladies et au désespoir économique », a dit le Dr Kluge.

Couvre-feu en France

Le président français, Emmanuel Macron, a ainsi annoncé mercredi un couvre-feu de 21h à 6h du matin dans l’Ile de France et dans huit grandes villes pour limiter les sorties et les rassemblements même dans la sphère privée.

Le confinement adopté au printemps dans plusieurs pays d’Europe a conduit à un arrêt de toutes les activités. C’était, rappelle l’OMS, « l’option par défaut parce que nous avons été pris au dépourvu ».

Aujourd’hui il s’agit de prendre des « mesures proportionnées, ciblées et limitées dans le temps ». Les risques d’un confinement total sont en effet énormes pour la santé mentale, la stigmatisation, les violences domestiques, l’économie etc.

Le Dr Kluge a aussi rappelé qu’il fallait « prendre soin du personnel de santé épuisé » et des autres « travailleurs de première ligne ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Covid-19 : l’OMS doute de l’efficacité de l’immunité collective

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde, lundi, sur la faisabilité de l’immunité collective comme moyen de lutte contre la pandémie de coronavirus.