La Covid-19 montre qu’un logement adéquat est plus que jamais une question de vie ou de mort

5 octobre 2020

Avoir un logement adéquat est plus que jamais une question de vie ou de mort. La Covid-19 l’a bien montré. En effet, l’une des principales mesures nécessaires pour enrayer la propagation du virus a été le confinement. En même temps, la Covid-19 nous rappelle qu’une maison est bien plus qu’un simple toît. 

Dans un message à l’occasion de la Journée mondiale de l’habitat, célébrée le  premier lundi d’octobre et dont le thème cette année est Un logement pour tous : amélioration de l’environnement urbain,  le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, rappelle que la célébration est l’occasion « de se pencher sur l’état des villes dans le monde ».

« Cette année, l’accent est mis sur le rôle central du logement, comme moteur du développement urbain durable », a-t-il dit. 

« Aujourd’hui, un milliard de personnes vivent dans des endroits surpeuplés et dans des logements inadéquats. D’ici 2030, ce nombre passera à 1,6 milliard. Il faut agir dès maintenant pour fournir aux familles à faible revenu et aux populations vulnérables des logements abordables, en assurant la sécurité des droits fonciers et la facilité de l’accès à l’eau, à l’assainissement, aux transports et à d’autres services de base », a ajouté le chef de l’ONU. « Pour répondre à la demande mondiale, il faudra construire plus de 96.000 unités de logement, chaque jour, dans le cadre de la transition verte ».

Logement, moyen de défense de première ligne contre la Covid-19

De son côté, la Directrice exécutive d’ONU-Habitat, Maimunah Mohd Sharif, a indiqué que le logement a été largement reconnu comme un moyen de défense crucial contre la Covid-19, les habitants du monde entier ayant été appelés à rester chez eux et à se laver les mains. 

« Les villes et les communes ont agi rapidement pour fournir des solutions de logement d'urgence et des abris aux sans-abri, des espaces de quarantaine, pour reporter les expulsions », a-t-elle dit. Mais elle a mis en garde sur le fait que « nous ne devons pas laisser ces réalisations s'inverser une fois la pandémie terminée. Ces mesures temporaires doivent conduire à des changements de politique à long terme ».

Dans le cas contraire, « la pauvreté et les inégalités seront encore exacerbées et des millions de personnes risquent de perdre leur logement, une fois que les interdictions temporaires d'expulsion seront levées, ou lorsque l'absence de revenus stables entraînera des retards dans le paiement des loyers ou des hypothèques », a-t-elle expliqué. « Dans le même temps, nous devons reconnaître que la fourniture d'un logement adéquat est une responsabilité partagée, qui dépend de la collaboration entre les gouvernements nationaux et locaux, la société civile, les entreprises et les communautés locales ».

Il est urgent d’améliorer les conditions de vie dans les villes

« La Covid-19 a fait ressortir l’urgence d’améliorer les conditions de vie, après avoir dévasté la vie de millions de personnes dans les villes », a estimé le Secrétaire général de l’ONU.

« L’accès à l’eau potable et à l’assainissement ainsi que la distanciation physique sont des réponses essentielles à la pandémie. Pourtant, l’application de ces mesures dans les bidonvilles s’est avérée difficile. Cela signifie que les risques d’infection sont plus grands non seulement dans les bidonvilles, mais aussi dans des villes entières, qui comprennent souvent bon nombre de travailleurs à faible revenu de l’économie parallèle, vivant dans des établissements informels », a-t-il mis en garde. 

Le Secretaire général a lancé un appel pour « l’intensification des efforts, afin de promouvoir des partenariats et des politiques favorables aux pauvres et les réglementations nécessaires à l’amélioration du logement dans les villes ».

« Alors que nous nous efforçons de surmonter la pandémie, de remédier aux faiblesses et aux inégalités qu’elle a révélées et de combattre les changements climatiques, le moment est venu d’exploiter le pouvoir de transformation de l’urbanisation au profit des populations et de la planète », a-t-il conclu. 

© ONU-Habitat/Kirsten Milhahn
Melen, un bidonville au milieu de la capitale du Cameroun, Yaoundé.

Campagne « un logement pour tous ».

ONU-Habitat lance une campagne de cinq semaines sur le thème  « Un logement pour tous », afin de faire passer le message que le logement est plus qu'un simple toit.

ONU-Habitat rappelle qu’un logement adéquat est essentiel pour se protéger des risques en matière de sécurité, de santé mais aussi pour vivre dans la dignité. Un logement est la base de l'appartenance et du bien-être, et une clé pour accéder aux espaces publics, aux opportunités d'emploi, aux hôpitaux, aux écoles et à la nourriture.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Covid-19 : la crise présente une occasion de transformer nos villes, souligne l'ONU

Les zones urbaines sont l’épicentre de la pandémie de la Covid 19 et comptent 90% des cas signalés, a déclaré mardi le Secrétaire général de l’ONU, appelant à saisir l’occasion engendrée par la crise pour construire des villes plus « résilientes, inclusives et durables ».