La cheffe des droits de l’homme de l’ONU rappelle le devoir de s’attaquer à la discrimination raciale

1 octobre 2020

La cheffe des droits de l’homme de l’ONU a jugé, jeudi à Genève, « inacceptable », l’absence de reddition des comptes pour les auteurs présumés de crimes à caractère racial.

« L’absence de reddition des comptes et de réparation pour les crimes à motivation raciale commis par les membres des forces de sécurité contre les personnes d’ascendance africaine est inacceptable », a déclaré Michelle Bachelet, Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme.

Devant les Etats membres du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Mme Bachelet a regretté que des enquêtes ne soient ouvertes très « souvent » que lorsque des images vidéo, diffusées sur les médias sociaux, créent « une vague d’indignation publique ».

Il est de notre devoir urgent et collectif de nous attaquer à ces problèmes - immédiatement et partout

Des développements qui exercent parfois « une forte pression sur les autorités pour qu’elles agissent ». « Pendant trop longtemps, les victimes du racisme systémique et de la discrimination raciale et leurs familles ont enduré tant de souffrances », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, les services de la Haut-Commissaire Bachelet continuent à recevoir « des rapports faisant état de brutalités policières et de racisme à l’encontre des personnes d’ascendance africaine ». Ce qui souligne, « la gravité de la crise », selon Mme Bachelet, qui ajoute que « la mesure dans laquelle ces violations des droits de l’homme restent impunies est une source de préoccupation ».

ONU Info/Antonio Lafuente
Des manifestants rassemblés à Union Square à New York pour demander justice et pour protester contre le racisme aux États-Unis après le meurtre de George Floyd

Un engagement absolu à mettre fin à l’impunité

Selon la cheffe des droits de l’homme, « le racisme touche tous les pays ».  De plus, le racisme et la discrimination raciale ont « un impact dévastateur sur les victimes ». Ils empiètent sur l’État de droit et l’espace démocratique et constituent « des violations inacceptables des droits de l’homme ».

« Il est de notre devoir urgent et collectif de nous attaquer à ces problèmes - immédiatement et partout », a plaidé Mme Bachelet.

Si la Haut-Commissaire reconnaît la difficulté de la tâche des agents chargés de faire respecter la loi, ces derniers ont pourtant « le devoir d’exercer leurs fonctions conformément à la législation sur les droits de l’homme, tout en respectant l’égalité et la dignité ».

« Dans chaque État où règne l’État de droit, il doit également y avoir des mécanismes de surveillance - et un engagement absolu à mettre fin à l’impunité », a-t-elle fait valoir.

Dans ce combat contre l’impunité, les voix des victimes d’ascendance africaine, de leurs familles et de leurs communautés seront au centre de ce travail.

Pour Mme Bachelet, il est essentiel d’écouter et d’apprendre de leurs expériences, au moment de formuler « des recommandations qui visent à apporter un changement véritable et transformateur ».

A ce sujet, les Etats membres du Conseil des droits de l’homme ont beaucoup à apporter à la lutte contre le racisme et la discrimination raciale.  

« Nous ne pouvons pas laisser s’estomper l’urgence ressentie lors de ce Conseil en juin dernier », a mis en garde Mme Bachelet, relevant le rôle que peut jouer le Conseil pour « contribuer à faire de ce moment un tournant décisif dans le respect et la protection des droits des personnes d’ascendance africaine ».       

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Racisme : la vie des femmes et des filles noires compte, affirme le Comité des droits de la femme de l’ONU

Le Comité des droits de la femme des Nations Unies a appelé à une nouvelle ère de justice et de droits humains pour les femmes, soulignant que la vie des femmes et des filles noires compte également, en référence au mouvement américain ‘Black lives matter’ (les vies noires comptent).