Des milliers de Yézidis toujours en captivité : Nadia Murad, Prix Nobel, exhorte la communauté internationale à agir

28 septembre 2020

La lauréate du prix Nobel de la paix et victime d’esclavage sexuel aux mains de l’Etat islamique en Iraq et au Levant (EIIL/Daech), Nadia Murad, a lancé un poignant appel à la communauté internationale lundi pour qu’elle agisse immédiatement afin de retrouver et libérer les plus de 2.800 femmes et enfants yézidis qui se trouvent toujours entre les mains de Daech.

« Des milliers de Yézidis subissent encore des violences sexuelles chaque jour aux mains de l'EIIL -- plus de 2.800 femmes et enfants sont toujours en captivité », a déploré la défenseure des victimes de violences sexuelles lors d’une réunion virtuelle de haut niveau sur la question, tenue en marge du débat annuel de l’Assemblée générale des Nations Unies qui se déroule actuellement. 

Plus de 2.800 femmes et enfants sont encore soumis à des violences sexuelles et à l'esclavage au mains de Daech

« Il est décourageant de constater qu'aucun effort collectif de secours et de recherche n'a été fait par le gouvernement iraquien, ni l’ONU.  Ces femmes et enfants sont soumis à des violences sexuelles et à l'esclavage depuis plus de 6 ans », a-t-elle regretté.

La responsabilité de la communauté internationale

« Détrompez-vous, la communauté internationale a abandonné plus de 2.800 êtres humains.  Il est de la responsabilité du gouvernement iraquien, de l’ONU et de la communauté internationale de prendre des mesures immédiates pour sauver ces femmes. Rien de moins n'est pas acceptable », a dit Mme Murad. Elle a expliqué que les familles yézidies « ne peuvent pas reconstruire leurs vies sans savoir le sort de leurs êtres aimés ».

La défenseure des droits humains n’accepte « aucunement » que « la vaste communauté mondiale ne puisse pas aider la communauté yézidie et d’autres communautés, qui souffrent plus que l’on ne puisse comprendre ».

Il est de la responsabilité du gouvernement iraquien, de l’ONU et de la communauté internationale de prendre des mesures immédiates pour sauver ces femmes

Nadia Murad a appelé à une collaboration renforcée pour apporter un appui financier aux communautés vulnérables ayant besoin d’aide.

« C’est un impératif moral que de répondre aux vastes besoins des autres êtres humains et nous devons agir ensemble », a affirmé la jeune femme, Prix Nobel de la paix. 

Selon elle, les organisations internationales, les gouvernement et les ONG devaient œuvrer ensemble pour développer des approches spécifiques à leur contexte tout en impliquant et écoutant les communautés.

« Le développement ne peut être durable que si les communautés sont impliquées dans toutes les décisions qui les impactent », a précisé la défenseure des droits humains, soulignant également que la société civile et les ONG « à elles seules » ne peuvent pas reconstruire les sociétés en sortie de crise.

Prenant la région de Sinjar en exemple, elle a également expliqué la responsabilité des gouvernements d’apporter des réparations aux survivants, de stabiliser les gouvernements locaux et assurer la sécurité, afin que les communautés puissent se reconstruire.

Les victimes méritent la justice 

L’activiste s’est félicitée des avancées en matière de justice pour les Yézidis, précisant que la collecte des preuves et des témoignages avait commencé mais que justice n’avait toujours pas été rendue. 

« Il revient au gouvernement iraquien et à la communauté internationale de juger les auteurs de Daech pour leurs crimes contre l’humanité, crimes de guerre et génocide », a déclaré Nadia Murad.

Les Yézidis et les autres communautés détruites par la violence méritent l’appui de la communauté internationale. «Si nous en avons la volonté, nous pouvons changer le cours de tant de vies et reconstruire des communautés détruites par la violence et profondément impactées par les violences sexuelles basées sur le genre », a conclu la lauréate du Prix Nobel.

Nadia Murad est intervenue dans le cadre de la réunion « Renforcer les engagements en matière de prévention, de réaction et de protection contre la violence sexuelle et sexiste dans les crises humanitaires » organisée en marge de l’Assemblée générale par les Émirats arabes unis, l'Iraq (invité), la Norvège et la Somalie (invité), en coopération avec le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et l'Aide de l'Église norvégienne (NCA), afin de faire le point sur les progrès réalisés dans le cadre des engagements pris en matière de violences sexuelles basées sur le genre au cours de l'année écoulée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Crimes de Daech en Iraq : l’équipe d’enquêteurs de l’ONU a commencé à réunir des preuves incontestables

Devant le Conseil de sécurité, l’équipe d’enquêteurs de l’ONU chargée d’amener Daech à répondre de ses crimes en Iraq a affirmé mardi avoir commencé à réunir des « preuves incontestables » contre le groupe terroriste.