Migrants et réfugiés : le HCR prône des solutions à long terme pour remédier à la surpopulation dans les îles grecques

15 septembre 2020

Des agences humanitaires de l’ONU ont plaidé mardi pour des solutions à long terme pour remédier à la surpopulation dans les îles grecques alors que plus de 11.000 migrants et réfugiés se sont retrouvés sans abri à la suite du tragique incendie sur l'île de Lesbos la semaine dernière.

Pour l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ces solutions à long terme passent par « un soutien européen continu et un partage des responsabilités ».

« Les centres d’accueil surpeuplés de Lesbos et d’autres îles de la mer Égée doivent être décongestionnés et leurs conditions améliorées », a déclaré Philippe Leclerc , Représentant du HCR en Grèce, lors d’un point de presse virtuel.

De son côté, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a appelé les États européens à adopter une double approche, en soutenant de toute urgence l’hébergement et les soins immédiats des migrants et des réfugiés déplacés tout en mettant en place des solutions à plus long terme ancrées dans la solidarité européenne.

« Si la priorité actuelle est de répondre aux besoins immédiats des migrants et des réfugiés à Lesbos, des solutions plus durables sont nécessaires », a déclaré le Directeur général de l’OIM, António Vitorino.

406 enfants non accompagnés en instance de réinstallation 

Pour l’OIM, cet appel à une plus grande solidarité des États européens « est nécessaire pour faire face à la situation à Lesbos, en Grèce ». Cela peut être réalisé grâce à un système de relocalisation plus solide et à une manifestation concrète de solidarité de la part des États européens.

« Nous avons besoin de plus d’engagements en matière de réinstallation en ces temps difficiles, tandis que l’UE met en place un système plus prévisible et plus efficace basé sur le partage des responsabilités », a ajouté le Directeur général de l’OIM.

Sur le terrain, 406 enfants non accompagnés ont été déplacés de l’île vers le continent dans les 24 heures suivant l’incendie, en prévision de leur réinstallation dans d’autres États européens. 

A noter que plus de 700 enfants non accompagnés et autres personnes vulnérables ont également été réinstallés dans six pays de l’UE ces quatre dernières années. 

« De nombreux autres enfants et familles ont besoin de cette bouée de sauvetage, et nous demandons instamment à d’autres États de se manifester et de soutenir les efforts en cours pour désengorger les îles et aider la Grèce », a ajouté M. Vitorino. 

De son côté, le Représentant du HCR en Grèce a annoncé qu’onze pays de l’Union européenne vont accueillir quelque 1.600 migrants mineurs non accompagnés et des personnes vulnérables, évacués de Lesbos après l’incendie du camp de Moria.

Mais pour le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), il ne faut pas « non plus perdre de vue le fait qu’il y a encore quelque 430 enfants non accompagnés sur d’autres îles grecques, dont Samos et Chios, qui devraient également être inclus dans tout plan de relocalisation immédiate ». 

Le pacte européen sur l’immigration et l’asile publié le 23 septembre

« Nous espérons et croyons que le prochain pacte européen sur les migrations fournira l’occasion de transformer ce besoin urgent en actions concrètes », a affirmé Luciano Calestini, Représentant de l’UNICEF en Grèce.

La Commission européenne a annoncé qu’elle avancerait au 23 septembre la publication de son nouveau pacte sur l’immigration et l’asile, en raison, notamment, des récents événements de Lesbos et de l’urgence qu’il représente pour une réponse collective en Europe.  Le HCR qualifie le prochain Pacte sur la migration et l’asile, de nouveau départ potentiel pour l’UE et ses Etats membres afin de mieux protéger les réfugiés.

Ce dispositif permettra aussi d’assurer un système d’asile européen commun plus gérable, basé sur des procédures d’asile équitables et efficaces, la solidarité et le partage des responsabilités entre les Etats. « Il est à espérer que cette occasion sera saisie », a fait remarquer M. Leclerc.

Sur le terrain, le HCR renforce son soutien pour répondre aux besoins critiques et immédiats de quelques 11.000 demandeurs d’asile sans abri adéquat sur l’île grecque de Lesbos après l’incendie du centre de réception de Moria la semaine dernière.

Les autorités grecques ont maintenant identifié un endroit sur Lesbos, près de la ville de Mytilène, dans la région de Kara Tepe, pour héberger temporairement les enfants, les hommes et les femmes les plus vulnérables. La planification du site et les travaux sont actuellement en cours, y compris le gravillonnage. Jusqu’à présent, le HCR a fourni 600 tentes familiales, qui en hébergent déjà 700 depuis lundi soir.  

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Incendie dans un camp de demandeurs d’asile en Grèce : l’ONU mobilise son aide pour les réfugiés et migrants

Les agences des Nations Unies mobilisent leur aide en faveur des réfugiés et migrants sur l’île grecque de Lesbos après l’incendie qui a ravagé leur camp et plaident pour des solutions à long terme au surpeuplement des sites accueillant les demandeurs d’asile.