Les criquets menacent la sécurité alimentaire de millions de personnes en Afrique australe

4 septembre 2020

Même si des mesures ont déjà été prises pour lutter contre eux, les criquets migrateurs africains menacent la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de millions de personnes au Botswana, en Namibie, en Zambie et au Zimbabwe, a averti vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Environ 7 millions de personnes dans les quatre pays touchés, qui se remettent toujours de l'impact de la sécheresse de 2019 et sont aux prises avec les effets économiques de la pandémie de Covid-19, pourraient connaître une insécurité alimentaire et nutritionnelle accrue.

La FAO collabore avec la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) et l'Organisation internationale de lutte antiacridienne pour l'Afrique centrale et australe (IRLCO-CSA) pour aider les gouvernements des pays touchés à lutter contre les criquets.

« Même avec les mesures de lutte déjà prises, les criquets sont toujours une menace. Certaines des zones les plus touchées sont très difficiles à atteindre. Nous devons soutenir les quatre gouvernements, la SADC et les organisations partenaires comme IRLCO-CSA pour lutter contre ce ravageur et protéger les moyens de subsistance des populations », a déclaré Patrice Talla, Coordonnateur sous-régional de la FAO pour l'Afrique australe.

Les flambées de criquets en Afrique australe sont distinctes de l'urgence acridienne en Afrique de l'Est. Les criquets font partie des ravageurs les plus destructeurs au monde. Un essaim peut contenir des dizaines de millions d'insectes - il existe actuellement plusieurs essaims dans la région australe. Un seul essaim peut manger autant en une journée que 2.500 personnes, démolissant les cultures et les pâturages du bétail en quelques heures.

Des exploitants agricoles ont perdu toute leur récolte

Au Botswana, des petits exploitants agricoles ont perdu toute leur récolte au début de l'épidémie de criquets migrateurs africains. À l’approche de la prochaine saison de plantation, le ravageur menace la région de Pandamatenga, où la majeure partie du sorgho du pays est cultivée, à moins que les efforts de lutte ne soient intensifiés d’urgence.

En Namibie, les flambées initiales ont commencé dans les plaines du Zambèze et des essaims se sont maintenant propagés aux principales régions agricoles. De même, en Zambie, le criquet s'est propagé rapidement et affecte à la fois les terres cultivées et les pâturages.

Au Zimbabwe, des essaims et des larves ont initialement infesté deux sites dans le district de Chiredzi et se sont maintenant déplacés dans la province de Manicaland. Les dommages causés par les criquets aux cultures aggraveront l'insécurité alimentaire existante dans les communautés déjà touchées par les inondations, la sécheresse et les effets de la Covid-19.

La FAO a lancé vendredi le Projet d’intervention et de préparation aux urgences acridiennes en Afrique australe, financé par le Programme de coopération technique de la FAO. Le projet augmentera la capacité d'urgence de la SADC et de l'IRLCO-CSA pour soutenir les quatre États membres touchés dans leur tentative d'empêcher le ravageur de causer davantage de dégâts.

Le projet de 0,5 million de dollars se concentrera sur les interventions d'urgence dans les points chauds et renforcera la coordination et l'échange d'informations entre les pays touchés. Il permettra également des activités de surveillance aérienne et de cartographie dans les zones difficiles d'accès et fournira un appui technique pour la création d'unités nationales de surveillance et de lutte antiacridienne.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La FAO progresse dans sa lutte contre les criquets pèlerins en Afrique de l’Est et au Yémen

Des progrès importants ont été réalisés dans la lutte contre la recrudescence de criquets pèlerins en Afrique de l'Est et au Yémen, a déclaré lundi Qu Dongyu, Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Mais il a prévenu que davantage devrait être fait pour prévenir une crise alimentaire.