Haïti : à cause du coronavirus, les enfants sont moins vaccinés

Le nouveau coronavirus a un impact sur les soins de santé à Haïti, notamment sur le suivi de certains programmes de vaccination contre des maladies telles que la polio et la rougeole.
OMS
Le nouveau coronavirus a un impact sur les soins de santé à Haïti, notamment sur le suivi de certains programmes de vaccination contre des maladies telles que la polio et la rougeole.

Haïti : à cause du coronavirus, les enfants sont moins vaccinés

Santé

Le nouveau coronavirus a un impact sur les soins de santé en Haïti, avec notamment le suivi de certains programmes de vaccination contre des maladies telles que la polio et la rougeole, a alerté jeudi le Bureau de Coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA). 

« Bien que des efforts importants soient faits pour répondre à la Covid-19, la crise continue d’exacerber les difficultés actuelles en matière de soins de santé », affirme l'OCHA dans son dernier bulletin humanitaire daté du 31 août.

Selon les données du Système d’information sanitaire nationale unique (SISNU), entre janvier et mai 2020, 16% d’enfants en moins ont reçu la troisième dose du vaccin pentavalent par rapport à la même période en 2019. 

Ces perturbations actuelles du système sanitaire se traduisent également cette année par des réductions significatives du nombre d’enfants ayant reçu le vaccin inactivé contre la polio. Selon le document, moins de 14% ont reçu le sérum et même moins de 8% pour la première dose du vaccin contre la rougeole et la rubéole. 

Pour l'OCHA, ces statistiques sont « inquiétantes car elles laissent entrevoir une augmentation potentielle du nombre d’individus susceptibles de contracter des maladies à tendance épidémique ». Une résurgence des maladies évitables par la vaccination (telles que la diphtérie, la rougeole, la polio) ajouterait une charge supplémentaire à un système de santé déjà mis à rude épreuve par la pandémie de Covid-19.

Une situation qui pourrait entraîner « inévitablement une morbidité et une mortalité accrues, en particulier chez les enfants et les autres groupes vulnérables ». De plus, au cours du deuxième trimestre de 2020, le nombre d’enfants admis dans les centres de gestion de la malnutrition a diminué dans tout le pays, avec 9.536 enfants au premier trimestre contre 6.460 au deuxième trimestre.

8.224 cas confirmés de Covid-19 dont 201décès 

L’inquiétude demeure également concernant l’impact socio-économique du nouveau coronavirus. « La flambée des prix des denrées alimentaires, et par conséquent, de la sécurité alimentaire, reste une préoccupation majeure en Haïti », fait valoir l'OCHA. Selon le dernier « Food Basket Bulletin », la valeur du panier alimentaire a augmenté de 29% sur une base annuelle.

Selon l’ONU, cette augmentation des prix des denrées alimentaires est directement liée à la période de pic de la pandémie de Covid-19, au ralentissement de l’activité économique et à la fermeture des frontières. Elle s’explique également par la forte dépréciation de la gourde par rapport au dollar américain (-12% entre avril et juin 2020) dans un contexte de forte dépendance aux importations alimentaires.

La pandémie de Covid-19 a également eu un impact socio-économique, particulièrement dans les zones rurales du pays. La demande de main-d’œuvre rurale a considérablement diminué en raison du ralentissement économique. Cette situation s’est intensifiée avec l’augmentation du flux de migrants haïtiens en provenance de la République dominicaine et la fermeture des écoles.

Selon un bilan établi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Haïti recense un total de 8.224 cas confirmés de Covid-19 en laboratoire, dont 201décès. Le bulletin humanitaire de l’ONU fait état d’une « tendance à la baisse de l’incidence des cas confirmés en laboratoire », qui persiste dans tout le pays. 

En Haïti, une équipe de l'UNICEF rend visite à une famille dans la petite ville de Dame-Marie, dans le département de Grand'Anse, pour sensibiliser à la Covid-19.
Photo UNICEF/Haiti
En Haïti, une équipe de l'UNICEF rend visite à une famille dans la petite ville de Dame-Marie, dans le département de Grand'Anse, pour sensibiliser à la Covid-19.

Prévenir la propagation du virus dans et aux portes d’Haïti

Le nombre quotidien de nouveaux cas confirmés est passé d’environ 280 à la fin du mois de mai à moins de 50 ces dernières semaines. 

Afin de mieux prévenir la propagation du virus dans tout le pays, l’engagement communautaire et les activités de sensibilisation du public sont renforcés par le gouvernement et les partenaires humanitaires. Depuis le début de la crise, près de 4 millions de personnes auraient reçu des messages de sensibilisation. Selon le bulletin humanitaire, plus de 10.000 leaders communautaires et religieux ont participé à la réponse face à la Covid-19. Et plus de 8.700 points de lavage des mains ont été installés grâce à des projets financés par l’UNICEF.

Ce combat contre le nouveau coronavirus se mène aussi aux portes d’Haïti d’autant que les retours volontaires en Haïti ont légèrement augmenté depuis l’apparition de la Covid-19. Les autorités haïtiennes ont constaté une hausse du flux de migrants haïtiens en provenance de la République dominicaine. Au total, près de 92.000 retours volontaires ont été observés à la frontière entre le 17 mars et le 13 août 2020.

Selon une déclaration de la Commission Multisectorielle du 17 août 2020, 16% des Haïtiens retournant en Haïti depuis la République dominicaine sont positifs à la Covid-19, et 95% de tous les cas importés proviennent de la République dominicaine. 

Un protocole a été ainsi mis en place pour détecter, orienter, soutenir et suivre les migrants potentiellement positifs à la Covid-19 aux points de passage frontaliers de Ouanaminthe, Belladère et Malpasse.