Les agences de l'ONU demandent le débarquement urgent des centaines de personnes sauvées en Méditerranée

Migrants secourus en Méditerranée au large de la Sicile, en Italie (archives).
IOM/Francesco Malavolta (archive)
Migrants secourus en Méditerranée au large de la Sicile, en Italie (archives).

Les agences de l'ONU demandent le débarquement urgent des centaines de personnes sauvées en Méditerranée

Aide humanitaire

Des centaines de migrants et de réfugiés sauvés, actuellement à bord de trois navires en Méditerranée centrale, dont certains sont bloqués en mer depuis des semaines, doivent être ramenés à terre immédiatement, ont déclaré samedi deux agences des Nations Unies.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, ont également souligné la nécessité d'un accord régional sur le débarquement en toute sécurité dans le cadre de la pandémie de Covid-19 et de la réduction des capacités de recherche et de sauvetage.

« L'impératif humanitaire de sauver des vies ne devrait pas être pénalisé ou stigmatisé, en particulier en l'absence d'efforts dédiés menés par les Etats », ont-ils déclaré dans une déclaration commune.

Craintes pour le surpeuplement du navire

Les agences ont signalé que quelque 200 réfugiés et migrants avaient un besoin urgent d'être transférés et débarqués du Louise Michel, un navire de recherche et de sauvetage exploité par une organisation non gouvernementale (ONG) allemande et financé par l'artiste britannique Banksy, qui a été reclus.

Le bateau avait participé à un sauvetage tôt samedi et était surchargé. « Tout retard pourrait compromettre la sécurité de toutes les personnes à bord, y compris les membres de l'équipage », ont averti les agences.

Suite aux appels à l'aide, 49 personnes ont été évacuées par les garde-côtes italiens, selon les médias.

Une situation « inacceptable »

Entre-temps, quelque 27 personnes qui avaient quitté la Libye se trouvent à bord d'un navire commercial depuis qu'elles ont été secourues il y a plus de trois semaines. Parmi les personnes à bord du Maersk Etienne, on compte une femme enceinte et des enfants.

Qualifiant la situation d' « inacceptable », les agences des Nations Unies ont souligné qu'un pétrolier commercial « ne peut être considéré comme un endroit approprié pour garder les personnes ayant besoin d'aide humanitaire ou celles qui pourraient avoir besoin de protection internationale », ajoutant que « des mesures de prévention de la Covid-19 appropriées peuvent être mises en œuvre une fois qu'elles ont atteint la terre ferme ».

200 autres migrants et réfugiés se trouvent à bord d'un autre navire de sauvetage des ONG, le Sea Watch 4.

Absence d'accord régional

L'OIM et le HCR ont tous deux appelé depuis longtemps à un accord régional sur un mécanisme de débarquement des personnes secourues en mer.

« L'absence d'accord... n'est pas une excuse pour refuser aux personnes vulnérables un port de sécurité et l'assistance dont elles ont besoin, comme l'exige le droit international », ont-ils déclaré, appelant à la reprise des négociations bloquées et à un renforcement du soutien des autres États de l'Union européenne (UE) aux pays méditerranéens en première ligne sur cette question.

Les agences des Nations unies ont également exprimé leur inquiétude face à ce qu'elles ont décrit comme l'absence continue de capacités de recherche et de sauvetage spécifiques dirigées par l'UE en Méditerranée centrale.

« Avec relativement moins de navires d'ONG par rapport aux années précédentes, le vide est de plus en plus comblé par des navires commerciaux », ont-ils déclaré.

« Il est vital qu'ils soient autorisés à débarquer rapidement les passagers secourus, car sans ces procédures rapides, les capitaines des navires commerciaux pourraient être dissuadés de répondre aux appels de détresse par crainte de rester bloqués en mer pendant des semaines », ont-ils ajouté.