Covid-19 : un expert de l'ONU appelle à interdire les expulsions pendant la pandémie 

18 août 2020

L'expert des Nations Unies sur le droit au logement a averti mardi de l’imminence d’un « tsunami d’expulsions » et a appelé les gouvernements du monde entier à mettre un terme à toutes les expulsions jusqu'à la fin de la pandémie de Covid-19.

« Je suis alarmé par l'augmentation mondiale des expulsions forcées », a déclaré Balakrishnan Rajagopal, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit au logement. « Le droit au logement est au cœur de toute réponse à la pandémie, mais nous assistons aujourd'hui à une accélération des expulsions et des démolitions de maisons ».

« Perdre sa maison pendant cette pandémie pourrait signifier perdre la vie », a-t-il ajouté. « Les droits à la vie et à un logement adéquat sont intrinsèquement liés ».

Même si certains gouvernements ont mis en place des interdictions temporaires d'expulsions forcées, l’expert onusien signale que de nombreuses personnes continuent de perdre leur maison. 

Un danger mondial

Plus de 11.000 personnes ont été expulsées de leur logement au Brésil et au Kenya, et d'autres risquent de l'être. Les délocalisations forcées constituent une menace dans des pays comme Haïti et augmentent dans beaucoup d'autres.  M. Rajagopal a souligné que ce danger est mondial. 

« Les interdictions temporaires dans de nombreux pays ont pris fin ou sont sur le point de prendre fin, ce qui suscite de sérieuses inquiétudes quant au risque d'un tsunami d'expulsions », a-t-il averti. « Les gouvernements ne doivent pas permettre que des personnes se retrouvent sans abri pendant cette pandémie parce qu'elles perdent leur emploi et ne peuvent pas payer leur loyer ou leur hypothèque »

Lorsque les gens sont privés d'abri, ils deviennent plus vulnérables à COVID-19 et cela augmente le risque de contagion généralisée 

Un moratoire est également essentiel pour débarrasser les campements ou les villes de tentes des personnes sans abri, a-t-il déclaré.

« Les expulsions forcées sont une violation scandaleuse des droits de l'homme, y compris le droit à un logement adéquat », a déclaré M. Rajagopal. « Pendant une pandémie, quand on demande aux gens de rester chez eux pour se protéger et protéger les autres, les expulsions forcées sont encore plus odieuses et peuvent constituer de graves violations du droit humanitaire ». 

Le Rapporteur spécial a averti que lorsque les gens sont privés d'abri, ils deviennent plus vulnérables à la Covid-19 « et cela augmente le risque de contagion généralisée ».

« J'appelle tous les États à respecter leurs obligations en matière de droits de l'homme et à veiller à ce que personne ne soit laissé dans une position de vulnérabilité accrue à la Covid-19 », a-t-il déclaré.

Les personnes, les familles ou les communautés qui ont déjà été expulsées doivent se voir garantir l'accès à la justice, a dit M. Rajagopal, appelant les gouvernements à suivre la note d'orientation sur les expulsions forcées pendant la pandémie de Covid-19 qu'a publiée par son prédécesseur.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.