Beyrouth : l'UNESCO se mobilise pour préserver la vie et le patrimoine culturels

13 août 2020

Après les deux explosions dévastatrices survenues le 4 août à Beyrouth, au Liban, l'UNESCO a mobilisé des organisations culturelles et des experts de premier plan au Liban et à l'étranger. 

« L'UNESCO s'engage à diriger l’ensemble des interventions dans le domaine de la culture, qui doit constituer une partie essentielle des efforts plus larges de reconstruction et de redressement », a déclaré le Sous-directeur général de l'UNESCO pour la culture, Ernesto Ottone Ramirez.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), les explosions du port de Beyrouth ont non seulement fait des centaines morts et des milliers de blessés, mais elles ont également infligé de graves dommages à certains des quartiers les plus anciens de Beyrouth, ainsi qu’à d’importants musées, galeries et sites religieux. 

Elles sont survenues à un moment où le Liban était déjà sous le coup d'une série d'autres crises, dont la pandémie de Covid-19.

© UNOCHA
L'explosion du port de Beyrouth a causé d'importants dégâts dans les zones résidentielles voisines

De graves dégâts qui risquent de s’aggraver

Le Dr Sarkis Khoury, Directeur général des antiquités au ministère de la culture du Liban, a partagé une première évaluation des dommages causés aux institutions culturelles et aux sites du patrimoine de la ville. 

Il a noté qu'au moins 8.000 bâtiments ont été touchés, dont beaucoup sont concentrés dans les vieux quartiers de Gemayzé et Mar-Mikhaël. Environ 640 sont des bâtiments historiques, dont une soixantaine risquent de s'effondrer. 

Le Directeur a également évoqué l'impact de l'explosion sur les grands musées, tels que le Musée national de Beyrouth, le Musée Sursock et le Musée archéologique de l'Université américaine de Beyrouth, ainsi que sur les espaces culturels, les galeries et les sites religieux.

Le Dr Sarkis Khoury a souligné la nécessité d’effectuer de toute urgence des travaux de consolidation structurelle et d'imperméabilisation afin d’éviter que les dégâts ne s'aggravent à l'approche des pluies d'automne. 

Des mesures d'urgence ont également été invoquées pour préserver la vie culturelle de Beyrouth à travers la mobilisation des artistes, des professionnels de la culture, des artisans et des gardiens du savoir traditionnel. 

Mobiliser les acteurs en faveur de la culture

Suite à l'appel de soutien émis par la Direction générale des antiquités du Liban, l'UNESCO mènera la mobilisation internationale pour la récupération et la reconstruction de la culture et du patrimoine de Beyrouth. Elle reposera sur l'évaluation des besoins techniques de la Direction générale et du Plan d'action international pour la culture de Beyrouth, que l'UNESCO développe actuellement avec tous ses partenaires au Liban et à l'étranger. 

Une première réunion en ligne a eu lieu Le 10 août afin de coordonner les mesures à prendre d'urgence et à plus long terme pour préserver le patrimoine culturel de la ville gravement endommagé et réhabiliter sa vie culturelle. 

Parmi les principaux partenaires présents à la réunion figuraient l'Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit, (ALIPH), le Centre régional arabe pour le patrimoine mondial (ARC-WH), Blue Shield, le Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), le Conseil international des musées (ICOM) et le Conseil international des musées et des sites (ICOMOS). L'Ambassadrice Sahar Baassiri, Déléguée permanente du Liban auprès de l'UNESCO, a également pris part à la réunion.

Pour l’UNESCO cette réunion de coordination a constitué la première étape pour assurer que la vie culturelle et le patrimoine, très riches, de Beyrouth puissent continuer à être une source de force et de résilience pour le peuple libanais.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Programme alimentaire mondial va envoyer 50.000 tonnes de farine de blé au Liban

Le Programme alimentaire mondial (PAM) va envoyer 50.000 tonnes de farine de blé au Liban après que l’explosion de la semaine dernière dans le port de Beyrouth a détruit son seul silo à grains, avec tous les stocks privés qui s’y trouvaient, a indiqué mardi un rapport du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).