Ouzbékistan : dans la vallée de Fergana, l’ONU aide à améliorer les revenus de la population rurale 

4 août 2020

Le Fonds international de développement agricole des Nations Unies (FIDA) et l’Ouzbékistan ont conclu mardi un accord de financement visant à améliorer les revenus et moyens de subsistance de la population rurale de l’est de ce pays d’Asie centrale.

L’accord, qui permet un financement complémentaire à hauteur de près de 47 millions de dollars, a été signé par le Président du FIDA, Gilbert F. Houngbo, et le Vice-Premier Ministre et Ministre de l'investissement et du commerce extérieur de l’Ouzbékistan, Sardor Uktamovich Umurzakov, lors d’une réunion virtuelle. Il permettra d’améliorer la vie de 375.000 habitants ruraux de la vallée de Fergana.

L'Ouzbékistan est l'un des cinq pays les plus dépendants de l'agriculture au monde. Le secteur agricole représente 35% de son PIB et environ 40% des emplois. 75% des personnes à faible revenu du pays vivent dans des zones rurales et, bien que la pauvreté rurale ait diminué ces dernières années, plusieurs défis subsistent.

Grâce au nouvel accord conclu entre le FIDA et le gouvernement ouzbek, les habitants de la vallée de Fergana bénéficieront de nouveaux financements visant à accroître leurs revenus grâce à l’introduction de techniques agricoles modernes. Les nouveaux financements leur permettront également d’avoir accès à un financement à long terme pour l’agriculture et à créer des emplois dans les zones rurales.

Des chaînes de valeur inclusives et rentables, des marchés accessibles et des infrastructures rurales modernes et résilientes au climat permettront aux agriculteurs dehkan (cultivant de petites parcelles familiales) de diversifier leur production agricole afin qu’ils puissent passer à des cultures de plus grande valeur, augmenter la productivité des terres et relever les défis de la sécheresse dus au changement climatique.

L'économie ouzbèke a été l'une des plus performantes au monde ces dernières années, avec une croissance économique de 8% en moyenne au cours la dernière décennie. Mais depuis mars 2020, les perspectives économiques se sont détériorées en raison de l'épidémie de Covid-19. « La crise a créé des défis qui ont un impact significatif sur les niveaux de pauvreté dans les zones rurales », explique Vrej Jijyan, le Directeur du FIDA pour l'Ouzbékistan. « Le FIDA travaille en partenariat étroit avec le gouvernement ouzbek pour aider à compenser les implications économiques et sociales de la pandémie », assure-t-il.

Aider les petites entreprises agroalimentaires et rurales

L'investissement de 47 millions de dollars fournit un financement supplémentaire au projet de diversification et de modernisation de l'agriculture (ADMP) en cours. Ce projet a une valeur totale de 356,9 millions de dollars, dont 93,5 millions de dollars proviennent du FIDA (prêt complémentaire de 46,2 millions de dollars, prêt initial de 46,2 millions de dollars, don initial de 300.000 dollars et don complémentaire de 800.000 dollars).

La Banque mondiale a cofinancé le projet avec un prêt de 200 millions de dollars. De plus, 63,4 millions de dollars sont fournis par le biais de cofinancements nationaux, dont 24,5 millions de dollars du gouvernement, 19,4 millions de dollars de contributions des bénéficiaires et 19,5 millions de dollars d’institutions financières.

L'objectif primordial du projet ADMP, actuellement dans la deuxième année de sa mise en œuvre, est de créer un environnement commercial qui permet une productivité accrue et un accès au marché pour les petites entreprises agroalimentaires et les entreprises rurales dans les systèmes de chaîne de valeur. Le projet fera le lien entre les entreprises agroalimentaires aux ménages ruraux des exploitations dehkan et aux petits producteurs engagés dans l'horticulture et l'élevage. Le projet accordera une attention particulière à la participation des ménages dirigés par des femmes, ainsi qu’à la sensibilisation des jeunes femmes.

L'Ouzbékistan a rejoint le FIDA en 2011. Depuis 2014, cette agence onusienne spécialisée dans le développement agricole a soutenu trois projets d'investissement, totalisant plus de 435,3 millions de dollars (128,7 millions de dollars en provenance du FIDA) et visant à aider directement environ 105.000 familles rurales.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'aide humanitaire ne suffit pas pour lutter contre la faim, estime le nouveau Vice-Président du FIDA

Nous échouons dans notre réponse à l'augmentation des niveaux de faim en nous concentrant principalement sur l'aide humanitaire, a déclaré Dominik Ziller, le nouveau Vice-président du Fonds international de développement agricole (FIDA) qui a pris ses fonctions ce lundi.