Au Bhoutan, agriculteurs et tigres apprennent à coexister 

30 juillet 2020

Tôt un samedi matin de juin, les habitants du village de Semji, au Bhoutan, ont signalé la mort d'une de leurs vaches qui paissaient à la lisière du village. Des marques de griffes sur le cou de la vache et de larges empreintes de pattes dans la boue, portaient à croire qu’un tigre en était responsable. 

Semji, comme plusieurs autres villages du district de Trongsa, au centre du ce pays d’Asie du Sud, a un problème de tigre. Depuis 2016, les tigres y ont tué plus de 600 bovins, dont 137 dans le courant de 2020. 

« Au Bhoutan, les humains et les tigres ont historiquement coexisté, mais c'est un équilibre délicat qui doit être surveillé de près », explique Tshering Tempa, Directeur du Centre du tigre du Bhoutan.

« Ces derniers temps, et probablement en raison du changement climatique, les tigres se sont rapprochés des villages pour utiliser les mêmes points d'eau que les habitants », précise M. Tempa.

 

Bhutan Tiger Center / DOFPS
Les chercheurs ont installé 70 pièges à caméra dans les forêts et autres habitats des tigres au Bouthan afin de jeter un coup d'œil dans leur monde peu connu

Bhoutan, un pont essentiel pour les tigres de trois pays

Le programme 2020-2023 « Trésors en voie de disparition » a été lancé pour contribuer à maintenir cet équilibre et comprendre l'impact du changement climatique sur les tigres menacés au niveau mondial, les communautés locales et les conflits entre l'homme et la nature.

Il est financé par le gouvernement luxembourgeois et dirigé par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), en partenariat avec le gouvernement royal du Bhoutan et son Tiger Center.

« « Trésors en voie de disparition » cherche des solutions pour atténuer ces conflits et met en œuvre diverses solutions pilotes sur le terrain, par exemple pour faire face aux impacts immédiats des conflits entre l'homme et la faune sauvage, en créant des mécanismes de compensation durables pour les villages touchés par la prédation des tigres », explique Matthias Jurek, expert des écosystèmes de montagne du PNUE.

Le Bhoutan compte environ 103 tigres du Bengale répartis à travers le pays, des plaines subtropicales aux forêts tempérées, en passant par les prairies alpines de haute altitude.

Le pays constitue un pont essentiel entre les populations de tigres du Népal et du nord-est de l'Inde, ce qui contribue à maintenir les liens entre les populations et à renforcer la diversité génétique.

Plus de 50% du territoire du Bhoutan est constitué de parcs nationaux et de corridors biologiques, tandis que la constitution du pays exige que le gouvernement maintienne une couverture forestière minimale de 60 % « pour l'éternité ». Ces protections, qualifiées d'inégalées par les experts, ont entraîné une augmentation des populations d'animaux sauvages.

Le changement climatique fait de la conservation un véritable défi 

Comme d'autres pays himalayens, le Bhoutan a connu une hausse des températures et la formation de grands lacs suite à la fonte des glaciers. Parallèlement, les niveaux de précipitations sont plus imprévisibles, ce qui rend l'agriculture délicate.  Tous ces changements exercent une pression sur les hommes et la faune, modifiant ainsi leur mode d'interaction.

Les pièges à caméra facilitent la recherche sur les mouvements des tigres, les effets du changement climatique.

Dans le cadre du programme « Trésors en voie de disparition », les chercheurs ont installé 70 pièges à caméra dans les forêts et autres habitats, permettant ainsi aux gestionnaires des parcs de jeter un coup d'œil dans le monde peu connu des tigres du Bhoutan.  Cela les aidera à répertorier les endroits où vivent les tigres, ce qu'ils chassent, à estimer leur nombre et à les suivre individuellement.

« Trésors en voie de disparition » mène des enquêtes auprès de la communauté pour mieux comprendre comment les populations locales génèrent de l'argent. 

Des clôtures électriques pour protéger le bétail, des efforts pour améliorer les prairies et l'introduction de races de bovins à haut rendement - qui devraient tous commencer cette année - sont conçus pour profiter aux moyens de subsistance locaux. L'objectif du projet est d'améliorer les moyens de subsistance et de travailler avec les communautés locales pour protéger les tigres.

 

Wikimedia Commons/Steve Wilson
Entre 1910 et 2010, la population mondiale de tigres a chuté de 97 %, passant de 100.000 à environ 3.500.

Journée internationale du tigre 2020

Le Bhoutan a une relation particulière avec le tigre du Bengale (Panthera tigris tigris). Dès le VIIIe siècle, ce félin majestueux était associé à des divinités. 

Entre 1910 et 2010, la population mondiale de tigres a chuté de 97 %, passant de 100.000 à environ 3.500 individus

Pour célébrer la Journée internationale du tigre de cette année, le 29 juillet, le district de Trongsa, soutenu par le programme « Trésors en voie de disparition »,  a organisé des célébrations auxquelles participeront le gouverneur du district et des représentants du ministère de l'agriculture et des forêts et du département des services des forêts et des parcs.

L'événement verra le lancement de « Qui suis-je ? », un livre sur les tigres destiné aux écoliers, ainsi la distribution d'affiches sur les tigres et un programme culturel.

Des indemnités symboliques allant de 25 à 65 dollars par tête de bétail seront versées aux agriculteurs qui ont perdu des bestiaux au profit des tigres en 2020. Le PNUE et ses partenaires travaillent depuis 2018 à la conservation des tigres au Bhoutan dans le cadre du programme « Trésors en voie de disparition ».

À l’occasion de la Journée internationale du tigre le 29 juillet, l’agence onusienne signale qu’entre 1910 et 2010, la population mondiale de tigres a chuté de 97 %, passant de 100.000 à environ 3.500 individus et appelle à protéger la plus grande espèces de félins, qui est également l'une des plus menacées. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

35 finalistes régionaux en lice pour remporter le prix « Jeunes Champions de la Terre »

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a annoncé lundi la liste des finalistes régionaux sélectionné pour le prix « Jeunes Champions de la Terre ».