En Haïti, le chef de « l'escadron de la mort » doit faire face à la justice (ONU) 

29 juillet 2020

La Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a affirmé mercredi que l'ancien chef paramilitaire haïtien Emmanuel « Toto » Constant qui a été expulsé des États-Unis le mois dernier, devait répondre devant la justice pour les horribles violations des droits humains commises au cours des années 1990.

Dans un jugement historique pour la justice en Haïti rendu le 16 novembre 2000, M. Constant a été reconnu coupable par contumace et condamné à la réclusion à perpétuité pour son implication dans le massacre de Raboteau en 1994 au cours duquel des forces militaires et paramilitaires ont attaqué le quartier de Raboteau aux Gonaïves. Le nombre total de victimes reste inconnu à ce jour, de nombreux corps ayant été jetés dans des égouts à ciel ouvert. Les victimes avaient entre 10 et 80 ans. 

M. Constant, qui avait fui aux États-Unis en 1994 après le retour au pouvoir du président Aristide, a été expulsé par les autorités américaines le 23 juin 2020 vers Haïti et arrêté à son arrivée à la capitale Port-au-Prince.

Le 10 juillet, la justice haïtienne a annoncé qu'elle n’arrivait pas à localiser le dossier judiciaire lié à sa détention, ce qui suscite des inquiétudes quant au fondement juridique de sa détention, et de sa possible libération, ce qui aurait pour conséquence qu’il échappe à la justice.

Le Front pour l'avancement et le progrès haïtien (FRAPH), commandé par M. Constant, a travaillé comme escadron de la mort ciblant la population en appui aux Forces armées haïtiennes pour conserver leur emprise sur le pouvoir. Ils ont procédé à des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées, des détentions arbitraires, des viols et d’autres innombrables actes de torture et de violence. Des soldats et des paramilitaires auraient fréquemment violé des femmes devant les membres de leur famille, et les survivants ont rapporté que des fils avaient été forcés de violer leur propre mère. 

« On ne peut permettre aux auteurs d'actes aussi graves d’échapper à la justice », a déclaré Mme Bachelet, prévenant que « l’impunité détruit le tissu social et entretient la méfiance au sein des communautés et à l'égard de l'État ». 

Pour la cheffe des droits de l’homme de l’ONU, seule la lutte contre l’impunité permet d'écarter les sentiments de frustration, d'amertume et le désir éventuel de vengeance qui pourraient conduire à de nouvelles violences et atrocités. 

« Il est fondamental que les victimes obtiennent justice, vérité et réparations, et que leur dignité soit restaurée », a souligné la Haute-Commissaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Haïti : des experts estiment que l’inaction des Nations Unies prive de justice les victimes du choléra

Un groupe d’experts indépendants des droits de l’homme des Nations Unies a appelé jeudi le Secrétaire général António Guterres à intensifier de toute d’urgence les efforts entrepris pour tenir la promesse de l’ONU d’aider les victimes de l’épidémie de choléra en Haïti qui a fait plus de 10.000 morts.