Le nouveau président de l'ECOSOC met l'accent sur la pandémie, les ODD et l'action climatique

23 juillet 2020

Le temps est venu de mettre en œuvre des politiques et des engagements pour se remettre de la pandémie de Covid-19, atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) et mettre en œuvre l'Accord de Paris sur le changement climatique, a déclaré jeudi le nouveau président de l'un des principaux organes de l'ONU.

L'ambassadeur du Pakistan, Munir Akram, a présenté ses priorités pour le Conseil économique et social (ECOSOC) alors que l'ONU fête son 75ème anniversaire dans un contexte de crise économique et sanitaire mondiale.

Le mandat principal de l'ECOSOC est de promouvoir« de meilleures conditions de vie dans des libertés plus larges » par le biais de la coopération économique internationale. « Jamais auparavant l'accomplissement de ce mandat n'a été aussi difficile, ni aussi impératif, qu'aujourd'hui », a-t-il déclaré lors d'une cérémonie virtuelle.

M. Akram a déclaré que la pandémie et la récession mondiale qui l'accompagne rendront difficile la réalisation des ODD. Les 17 Objectifs constituent une feuille de route vers un meilleur avenir pour tous, d'ici 2030.

Pendant ce temps, le réchauffement climatique s'accélère. Le diplomate pakistanais a averti que si les pays n'atteignent pas les objectifs convenus en matière de changement climatique, la planète pourrait devenir inhabitable pour tous les êtres vivants.

Une réponse simultanée est nécessaire

« Les grandes décisions politiques visant à relever chacun de ces trois défis simultanés ont été prises. Des engagements ont été pris. Ce qu'il faut maintenant, c'est la mise en œuvre », a déclaré M. Akram.

« Cela devrait être le point central de nos délibérations. Et, puisque nous devons réagir simultanément, il doit y avoir une synergie entre nos réponses aux défis de la santé, du développement et du climat », a-t-il fait valoir.

Le nouveau président de l'ECOSOC souhaite également que les pays s'attaquent aux inégalités croissantes, tant au sein des nations qu'entre elles.

« L'héritage du colonialisme, du racisme et de l'occupation étrangère est une cause systémique majeure d'inégalité », a-t-il déclaré.

« Je proposerai au Conseil de convoquer une réunion spéciale en 2021 - le 20ème anniversaire de la Conférence de Durban contre le racisme - pour s'attaquer aux causes profondes de l'inégalité mondiale. De même, le 10ème Forum de la jeunesse de l'ECOSOC devrait être consacré à la promotion d'une vision d'un ordre mondial plus égalitaire, pacifique, uni et dynamique », a-t-il ajouté.

Soutenir les pays en développement

M. Akram a également proposé que le Conseil promeuve une action sur le financement de la Covid-19, les ODD et les objectifs de l'action climatique.

Toutefois, si le monde doit « reconstruire en mieux » après la pandémie, il a souligné la nécessité pour les pays en développement d'avoir un meilleur accès aux énergies renouvelables et autres infrastructures durables, ainsi qu'aux technologies de pointe.

« L'ECOSOC devrait aider à mettre en place une approche coordonnée pour assurer les flux de capitaux nécessaires aux pays en développement pour se remettre de la récession actuelle et pour relancer les perspectives de réalisation des ODD », a-t-il indiqué.

« En préparation du Forum annuel sur le financement du développement en avril prochain, j'ai l'intention de convoquer quelques réunions et consultations informelles pour faire avancer ces objectifs », a-t-il souligné.

C'est la deuxième fois que M. Akram assume la présidence de l'ECOSOC, après en avoir pris la direction en 2005.

Des vice-présidents ont également été élus pour servir à ses côtés au sein du Bureau de l'ECOSOC, qui propose l'ordre du jour du Conseil et élabore un programme de travail, entre autres fonctions.

Il s'agit de l'ambassadeur Collen Vixen Kelapile du Botswana, de l'ambassadeur Pascale Baeriswyl de la Suisse et de l'ambassadeur Sergiy Kyslytsya de l'Ukraine.

Soyez prêts à accepter le changement !

Photo ONU/Loey Felipe
Présidente du Conseil économique et social (ECOSOC), Mona Juul, lors de l'annonce de l’établissement d’un groupe d’experts de haut niveau sur la responsabilité, la transparence et l’intégrité financières.

 

M. Akram a fait l'éloge de son prédécesseur, la Norvégienne Mona Juul, pour sa direction de l'ECOSOC durant ce qu'il a décrit comme «ces temps extraordinaires ».

Mme Juul a à son tour donné quelques conseils, ayant dirigé le Conseil économique et social pendant les phases initiales de la pandémie, et à un moment où le monde entier était en proie à l'injustice raciale, à la crise climatique et à la montée des inégalités.

« Soyez prêts à accepter le changement », a-t-elle déclaré à M. Akram et au nouveau Bureau. « Changeons pour le mieux et faisons en sorte que notre rétablissement soit basé sur des valeurs, et non sur des valeurs. Sur la compassion, le courage et la coopération », a-t-elle martelé.

Bien que la pandémie change le monde, Mme Juul a souligné qu'elle n'a pas modifié l'engagement mondial à réaliser un meilleur avenir pour tous.

Elle a déclaré qu'il était temps de « réparer les fragilités du monde », qu'il s'agisse de l'accès à une couverture médicale universelle et à une éducation de qualité, de l'inversion de la dégradation de l'environnement ou des déséquilibres de pouvoir qui touchent de manière disproportionnée les femmes et les filles.

« Pour mieux se redresser, nous devons aller de l'avant. Pour un avenir plus vert, plus juste, plus inclusif et plus résistant », a-t-elle déclaré. « Si nous ne changeons pas maintenant, alors quand ? », a-t-elle ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Multilatéralisme : l’ONU appelle à repenser la coopération internationale

Lors du Forum politique de haut-niveau sur le développement durable, plusieurs responsables de l’ONU ont appelé à renforcer le multilatéralisme, quitte à changer sa façon de fonctionner dans un souci d’efficacité.