En Centrafrique, la MINUSCA poursuit son appui au processus électoral

23 juillet 2020

La Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) continue d’apporter un appui multidimensionnel au processus électoral dans le pays malgré les menaces sécuritaires que constituent certains groupes armés tels que les 3R.

La République centrafricaine (RCA) doit organiser des élections présidentielle, législatives le 27 décembre 2020. Au cas où le scrutin présidentiel requiert un second tour, ce dernier devrait se tenir le 14 février 2021.

Dans le cadre de la résolution 2499 adoptée le 15 novembre dernier par le Conseil de sécurité des Nations Unies, la MINUSCA a notamment pour mandat d’aider les autorités centrafricaines à préparer et à organiser ces élections pacifiques en leur offrant ses bons offices, en leur fournissant un appui en matière de sécurité et un soutien opérationnel, logistique et, le cas échéant, technique, en particulier de manière à faciliter l’accès aux zones reculées, et en coordonnant l’assistance électorale internationale.

MINUSCA
Denise Brown, cheffe adjointe de la MINUSCA s'adressant aux journalistes suite à l'arrivée du troisième lot de matériel électoral en RCA

 

Par la voix de son porte-parole, la mission onusienne a indiqué disposer d’un plan de sécurisation des élections qui a été validé par les autorités centrafricaines et qui est en train d’être mis en œuvre. « Ce plan de sécurisation concerne non seulement Bangui la capitale, mais aussi l’ensemble des régions de la Centrafrique. Les FACA (Forces armées centrafricaines) et les FSI (Forces de sécurité intérieure) sont parties prenantes dans la sécurisation de ces élections », a précisé Charles Bambara, le directeur de la Communication et porte-parole intérimaire de la MINUSCA, lors d’un point de presse mercredi.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en RCA, Mankeur Ndiaye a demandé à son adjointe, Denise Brown, de présider chaque semaine un groupe de travail électoral auquel participe la Force de la MINUSCA et toutes les sections de ma mission onusienne impliquées dans cet effort de soutien. Une réunion hebdomadaire qui a pour objectif de revoir dans les détails les besoins autour du processus électoral. « Ce groupe de travail n’est pas uniquement un groupe de travail de la MINUSCA, mais il inclut les agences du système des Nations Unies impliquées dans l’organisation ou le soutien au processus électoral », a tenu à préciser M. Bambara.

Selon le directeur de la communication de la mission onusienne, l’Autorité nationale des élections (ANE) en RCA, avec l’appui du gouvernement, de la MINUSCA et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a continué les efforts pour étendre graduellement l’enregistrement des électeurs à l’ensemble du pays. « Ces efforts incluent le déploiement du personnel d’enregistrement des électeurs, le déploiement du matériel électoral, y compris les kits de lutte contre la pandémie de Covid-19 au niveau de chaque centre d’inscription, et la sécurisation des opérations électorales », a précisé M. Bambara.

En plus de la capitale de Bangui, l’enregistrement des électeurs a commencé dans les préfectures de la Lobaye, de l’Ombella-Mpoko, de la Kemo, de la Sangha-Mbaéré, de la Nana-Mambéré, de l’Ouham et du Haut-Mbomou, a annoncé la MINUSCA.

La MINUSCA poursuit ses opérations contre le groupe armé 3R

La préparation et l’organisation des élections prévues à la fin de l’année en RCA ont lieu sur fond de tensions sécuritaires. Dans le nord-ouest du pays, la Force de la MINUSCA poursuit les opérations militaires contre le groupe armé 3R afin de le contraindre à quitter les zones qu'il a occupées après la signature de l'accord de paix du 6 février 2019, et de permettre la liberté de mouvements et la protection des civils dans la région.

Le 15 juillet, des Casques bleus du bataillon tanzanien ont affronté, le 15 juillet, des éléments du 3R à Gbambia, dans la préfecture de Mambéré-Kadéï, les forçant à fuir leur campement et à abandonner des munitions derrière eux. Le 18 juillet, les Casques bleus rwandais ont repoussé une attaque à Gedze, dans la préfecture de Nana-Mambéré, et ont neutralisé trois éléments du mouvement 3R, récupérant des munitions et des armes. Le 13 juillet, un Casque bleu rwandais avait été tué par des éléments présumés 3R dans cette même localité.

Dans le cadre de l’opération « Ala Londo » menée dans le nord-ouest de la RCA, les troupes de la MNUSCA ont repris mercredi le contrôle de la localité de Niem, dans la préfecture de Nana-Mambéré, en chassant les éléments 3R qui ont évité le combat. « L’avancée des troupes FACA-MINUSCA se poursuit dans les zones antérieurement sous contrôle 3R », a indiqué hier la mission onusienne.

Parallèlement à ces actions de la Force, « la MINUSCA continue d’échanger avec les garants de l'accord de paix en vue de faciliter le dialogue entre les dirigeants du mouvement 3R et le gouvernement », a déclaré M. Bambara.

Lors de la réunion du Conseil de sécurité sur la RCA organisée le 22 juin, le chef des opérations de paix de l’ONU avait décrit une situation politique toujours fragile et une insécurité persistante dans le pays, 16 mois après la signature de l’accord de paix. « La mise en œuvre de l'accord politique (pour la paix et la réconciliation) est devenue plus difficile dans le contexte actuel », avait alors déclaré M. Lacroix.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RCA : l’ONU condamne une attaque contre la MINUSCA qui a coûté la vie à un Casque bleu

Les Nations Unies ont fermement condamné lundi une attaque menée contre son opération de paix en République centrafricaine (RCA) et qui a tué un de ses Casques bleus.