Covid-19 : premières victimes de la pandémie, les femmes devraient participer aux efforts de rétablissement

22 juillet 2020

Les quarantaines, les fermetures d'écoles et d'autres restrictions de mouvement pour freiner la propagation de la Covid-19 ont contribué à la forte augmentation de la violence sexiste, en particulier la violence domestique et entre partenaires, ont déclaré des expertes au Conseil des droits de l'homme.

« Les femmes et les filles sont plus à risque, non pas en raison d'une vulnérabilité inhérente, mais plutôt en raison de la discrimination et des inégalités préexistantes. Beaucoup ont qualifié cela de pandémie au sein de la pandémie », a déclaré Peggy Hicks, Directrice de la Division de l'engagement thématique, des procédures spéciales et des droits au développement au Haut-Commissariat aux droits de l’homme. Elle a cité des projections du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) qui prévoient que si des mesures restrictives durent six mois, il y aura 31 millions de cas supplémentaires de violence sexiste dans le monde.

« Heureusement, nous avons déjà des stratégies efficaces pour reconstruire en mieux tout en faisant progresser l'égalité des sexes », a-t-elle ajouté.

« Il s'agit du Programme de développement durable à l'horizon 2030, du Programme d'action de Beijing et de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Ce dont nous avons besoin maintenant, c'est d'accélérer leur mise en œuvre de manière vraiment globale », a-t-elle fait valoir.

Selon des expertes, la recrudescence des violences sexistes est due des niveaux accrus de tension dans une coexistence inévitable plus étroite, à un stress économique et à la perturbation des réseaux sociaux et de protection.

En outre, les systèmes de santé surchargés, la réaffectation des ressources, les pénuries de fournitures médicales et les perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales ont sapé la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, y compris leur accès aux soins maternels, à la contraception et aux traitements contre le VIH/sida et autres infections sexuellement transmissibles.

Plus d'inégalités signifie plus de risques pour les femmes et les filles

Les femmes ont été en première ligne pour répondre à la crise de la Covid-19. À l'échelle mondiale, elles représentent 70% des agents de santé. Elles ont également joué un rôle clé dans les services essentiels, tels que la production alimentaire et la chaîne d'approvisionnement, le ménage et les travaux d'entretien.

Pourtant, de nombreuses femmes ont travaillé dans des conditions de bas salaires, un emploi irrégulier et dans le secteur informel où elles n'ont pas ou un accès limité à la protection sociale. Les femmes sont également surreprésentées dans les industries qui ont été parmi les plus durement touchées par la réponse à la Covid-19 : les entreprises d'accueil, de fabrication, de vente au détail et de loisirs.

En outre, les inégalités préexistantes entre les sexes, telles que l'écart de rémunération entre les sexes et les déséquilibres flagrants dans la répartition par sexe des soins non rémunérés et du travail domestique, sont susceptibles de conduire les femmes à renoncer à participer au marché du travail pendant la pandémie et au-delà.

PAM/Glory Ndaka
Des femmes font la queue pour obtenir des rations alimentaires au Cameroun en pratiquant la distanciation sociale pour lutter contre la propagation de COVID-19.

Inclusivité pour « reconstruire mieux »

Arancha González Laya, Ministre des affaires étrangères, de l'Union européenne et de la coopération de l'Espagne, a déclaré que l'un des objectifs de son pays depuis le début de la pandémie était de garantir une reprise durable et transformatrice qui place les droits de l'homme au centre de la « reconstruction en mieux » des plans et des politiques.

« La réponse économique et les politiques de relèvement après la pandémie doivent spécifiquement aborder l'impact sur les femmes », a-t-elle déclaré. Selon elle, « la reconnaissance du travail de soins non rémunéré, la réduction de l'écart salarial et les politiques de protection fiscale et sociale devraient aboutir à une véritable autonomisation économique des femmes et éviter une féminisation accrue de la pauvreté ».

Les expertes ont également souligné que les organisations de femmes et les femmes défenseures des droits humains ont été à l'avant-garde du suivi de l'impact de la Covid-19 sur les femmes et les filles.

Une de ces défenseures est Editar Adhiambo Ochieng, fondatrice du Feminist for Peace Rights and Justice Center. La militante des droits des femmes de la colonie informelle de Kibera à Nairobi, au Kenya, a déclaré que si la pandémie a frappé le monde entier, elle a également eu des répercussions sur les femmes et les filles des quartiers informels, y compris des cas quotidiens de viol de jeunes filles et adolescentes par leurs parents et voisins.

« Nous avons contribué à créer des espaces sûrs pour les femmes, car la plupart des femmes de Kibera sont des employées de maison et certaines d'entre elles ont perdu leur emploi. Rester à la maison a été difficile car ils ont connu des niveaux croissants de violence domestique et, en tant que soutien de famille, ils sont maintenant incapables de subvenir aux besoins de leur famille », a-t-elle souligné.

Natalia Kanem, Directrice exécutive de l'UNFPA, a souligné que l’inégalité entre les sexes imprègne le système de santé et que les besoins spécifiques des femmes, y compris celles en première ligne de la  Covid-19, ne sont pas suffisamment satisfaits. Elle a également exhorté les États à « défendre vigoureusement la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes pendant la Covid-19 ».

« La Covid-19 affecte tout le monde, mais pas tout le monde de la même manière. Le FNUAP prévoit que la pandémie pourrait entraîner des millions de cas supplémentaires de violence sexiste et avec des perturbations dans la planification familiale, des millions de grossesses non désirées », a déclaré Natalia Kanem.

En raison de la pandémie, des systèmes de santé surchargés, de la réaffectation des ressources, des pénuries de fournitures médicales et des perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales ont sapé la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, y compris leur accès aux soins maternels, à la contraception et aux traitements contre le VIH / SIDA et autres infections sexuellement transmissibles. En outre, les filles sont confrontées à des risques accrus d'exposition à des pratiques néfastes, telles que le mariage des enfants, en raison de la perturbation des systèmes de soutien aux enfants.

« Nous constatons déjà des reculs dans les efforts visant à prévenir le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines, car les filles ne sont plus scolarisées et donc plus vulnérables à être mariées ou mutilées, contre leur volonté. Nous ne devons pas laisser cela se produire », a dit Natalia Kanem.

@FNUAP Yémen
Les systèmes de santé surchargés, la réaffectation des ressources, les pénuries de fournitures médicales et les perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales ont sapé la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles.

Rééquilibrer la puissance structurelle

Selon Jayati Ghosh, professeure d'économie à l'Université Jawaharlal Nehru, en Inde, la crise de la  Covid-19 a eu un impact sur les femmes de multiples façons. Elle a affecté les femmes en tant que travailleuses rémunérées et non rémunérées au sein des foyers et des communautés ; les femmes citoyennes et les femmes migrantes ; et pour les femmes des pays en développement, elle a également affecté leur accès à la nourriture et l'accès aux soins de santé, y compris la santé reproductive.

Elle a ajouté que la pandémie a « renforcé les inégalités relationnelles et les structures de pouvoir qui permettent l'oppression patriarcale au sein des ménages et des communautés ».

« Dans la plupart des pays, les travailleuses ont été plus susceptibles de perdre leur emploi ou de subir des réductions de revenus que les hommes pendant la période de verrouillage. De plus en plus de femmes ont également abandonné la population active en raison de la garde des enfants et d'autres tâches domestiques, les écoles étant fermées », a déclaré Jayati Ghosh. « Cette baisse de l’emploi rémunéré des femmes est susceptible d’avoir un impact à plus long terme, car les pertes d’emplois en période de récession conduisent généralement à une baisse des salaires et à un emploi moins sûr à l’avenir ».

Elle a appelé à un « New Deal mondial » qui se concentrerait sur l'économie des soins et sur le traitement et la réduction des inégalités.

Une poignée de femmes chefs d’État et de gouvernement montrent au monde comment trouver des solutions durables à la pandémie. Nous devons suivre leur exemple »,  Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d'ONU Femmes

De son côté, Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d'ONU Femmes, a déclaré que bien que les femmes dirigeantes aient été louées pour leurs réponses à la pandémie, dans le monde entier, les femmes continuaient de se heurter à des obstacles au leadership politique.

« Elles ont « aplati la courbe » et établi de nouvelles normes de leadership avec transparence, engagement du public et prise de décision fondée sur la science. Elles ont reconnu leurs craintes et ont pris des décisions difficiles. Ce sont maintenant des modèles de réaction aux crises, qui inspireront des générations de femmes à venir », a-t-elle ajouté.

Phumzile Mlambo-Ngcuka a en outre souligné l’importance du leadership des femmes dans la riposte à la Covid-19, étant donné la façon dont la pandémie a aggravé l’inégalité entre les sexes.

« La participation des femmes est cruciale à toutes les étapes des processus de décision législative, politique et budgétaire. Cela peut nécessiter des mesures temporaires spéciales, telles que celles fréquemment recommandées par le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes et dans le Programme d'action de Beijing », a-t-elle déclaré.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Lutte contre les mutilations génitales féminines : l'ONU s'inquiète des répercussions de la Covid-19

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a alerté vendredi sur les répercussions de la pandémie de Covid-19 qui pourrait compromettre les progrès réalisés contre les mutilations génitales féminines (MGF).