Manifestations au Mali : l’ONU appelle au respect de l’Etat de droit et des droits fondamentaux

20 juin 2020

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé samedi tous les leaders politiques maliens et leurs soutiens à la retenue et au dialogue au lendemain de manifestations dans la capitale Bamako.

Selon les informations rapportées par la presse, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté vendredi à Bamako à l’appel de différents mouvements pour réclamer la démission du Président du Mali, Ibrahim Boubakar Keïta.

« Le Secrétaire général suit avec préoccupation l'évolution de la situation politique au Mali », a déclaré son porte-parole dans une déclaration de presse publiée samedi. M. Guterres a exprimé son plein soutien aux efforts en cours de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et en particulier à sa déclaration du 19 juin appelant à un dialogue inclusif.

Par la voix de son porte-parole, le Secrétaire général de l’ONU a appelé tous les dirigeants politiques à transmettre des messages à leurs partisans pour qu'ils fassent preuve de la plus grande retenue et s'abstiennent de toute action susceptible d'alimenter les tensions. M. Guterres a également souligné l'importance du dialogue et encouragé tous les acteurs maliens à travailler de manière inclusive et constructive pour préserver l'Etat de droit et respecter les droits fondamentaux. 

« Le Secrétaire général réaffirme que l'Organisation des Nations Unies, par l'intermédiaire de son Représentant spécial au Mali, continuera à accompagner les Maliens dans leurs efforts de consolidation de la paix, la démocratie et le développement durable », a souligné son porte-parole.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : les populations du centre, victimes du « cancer de l'impunité » (expert de l’ONU)

La situation se dégrade dans le centre du Mali sans réponse adéquate pour protéger les populations civiles. Le cumul des défaillances sécuritaires, judiciaires et administratives engendrent des violences massives et l’impunité, a affirmé mercredi un expert indépendant de l’ONU.