Mali : l’ONU condamne une attaque qui a tué deux Casques bleus de la MINUSMA

14 juin 2020

Le Secrétaire général a condamné fermement dimanche l’attaque perpétrée la veille contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) qui a coûté la vie à deux Casques bleus.

« Le Secrétaire général condamne fermement l’attaque perpétrée samedi contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) qui a coûté la vie à deux Casques bleus égyptiens », a indiqué son porte-parole, dans une déclaration.

Stéphane Dujarric a précisé que le convoi de soldats de la paix se rendait de Tessalit à Gao.

António Guterres a rappelé que les attaques visant des soldats de la paix des Nations Unies peuvent constituer des crimes de guerre au regard du droit international. Il appelle les autorités maliennes à ne ménager aucun effort pour identifier les auteurs de ce crime odieux et à les traduire en justice.

« Le Secrétaire général réaffirme que de tels actes lâches ne dissuaderont pas l'ONU de sa détermination à continuer de soutenir le peuple et le gouvernement du Mali dans leur quête de paix et de stabilité », peut-on lire dans la déclaration.

Enfin, António Guterres a exprimé ses sincères condoléances aux familles des victimes ainsi qu’au Gouvernement et au peuple égyptiens. 

Le 11 mai dernier, lors d’une attaque contre la MINUSMA, près d'Aguelhok, dans la région de Kidal, trois Casques bleus du Tchad avaient été tués et quatre autres gravement blessés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Mali doit mettre fin aux exécutions extrajudiciaires et à l'impunité (expert de l’ONU)

Un expert de l'ONU a exhorté, vendredi, le Mali à intensifier de toute urgence ses efforts pour mettre fin aux graves violations des droits de l'homme perpétrées par les militaires du pays, y compris une série d'exécutions extrajudiciaires qui aurait fait plusieurs dizaines de morts parmi les civils ce mois-ci.