Covid-19 : l'Afrique franchit le seuil des 200.000 cas enregistrés (OMS)

11 juin 2020

Plus de 200.000 cas de Covid-19 ont été confirmés à ce jour en Afrique, avec plus de 5.600 décès depuis que le virus a été détecté pour la première fois sur le continent à la mi-février 2020, a annoncé jeudi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La pandémie s'accélère : il a fallu 98 jours pour atteindre 100.000 cas et seulement 18 jours pour passer à 200.000 cas.

« Pour l'instant, l'Afrique ne représente encore qu'une petite fraction des cas dans le monde, mais le rythme de la propagation s'accélère. L'action rapide et précoce des pays africains a contribué à maintenir les chiffres à un niveau bas, mais une vigilance constante est nécessaire pour empêcher que la Covid-19 ne submerge les établissements de santé », a alerté la Directrice du bureau régional de l'OMS pour l'Afrique, le Docteur Matshidiso Moeti.

Dix des 54 pays sont actuellement à l'origine de l'augmentation du nombre de cas, représentant près de 80 % de l'ensemble des cas. Plus de 70 % des décès ont lieu dans cinq pays seulement : l'Algérie, l'Égypte, le Nigéria, l'Afrique du Sud et le Soudan.

L'Afrique du Sud est le pays le plus touché, avec 25 % du nombre total de cas sur le continent, les provinces du Cap-Occidental et du Cap-Est enregistrant quotidiennement un nombre élevé de cas et de décès.

Plus de la moitié des pays du continent connaissent une transmission communautaire de la Covid-19. Dans de nombreux cas, cette transmission se concentre dans les capitales, mais les cas se propagent dans les provinces, précise l’OMS.

©FAO/Estevão Benedito
Des agriculteurs portent des masques lors d'une session sur la prévention du COVID-19 qui se déroule dans une ferme-école de la province de Malanje, dans la communauté de Lombe en Angola

Equilibrer les mesures sanitaires et leur impact économique

De nombreux pays ont rapidement pris des décisions difficiles et ont mis en place des mesures de verrouillage et de santé publique clés telles que la promotion de l'éloignement physique, une bonne hygiène des mains et des tests, la recherche des contacts des personnes atteintes de Covid-19 et l'isolement des cas. 

« Les consignes de confinement à domicile et la fermeture des marchés et des entreprises ont fait payer un lourd tribut, en particulier aux communautés les plus vulnérables et les plus marginalisées », a toutefois déclaré le Docteur Moeti, soulignant la « nécessité de trouver un équilibre entre le fait de sauver des vies et de protéger les moyens de subsistance est une considération essentielle dans cette réponse, en particulier en Afrique ».

Avec le soutien de l'OMS et d'autres partenaires, les gouvernements africains ont également rapidement commencé à renforcer les capacités du personnel de santé et des laboratoires, et à mettre en place un contrôle aux points d'entrée dans les aéroports et aux postes frontières. Ces mesures de santé publique et sociales ont permis de ralentir la propagation de la Covid-19 en Afrique. 

Ces dernières semaines, les pays africains ont commencé à assouplir les mesures de confinement pour reprendre certaines activités économiques et sociales. Ces fermetures ont eu un coût socio-économique considérable.

L'assouplissement des restrictions devrait être un processus contrôlé et doit être associé à la mise en place de capacités et de mécanismes de test à grande échelle. Ces mesures doivent être constamment adaptées en fonction des tendances des données et maintenues jusqu'à ce que la pandémie soit contenue ou qu'il existe un vaccin ou un traitement pour la Covid-19 qui soit accessible à tous.

À mesure que les pays assouplissent les restrictions, les autorités sanitaires devront assurer la continuité des services de soins de santé essentiels tout en reprenant toute la gamme des services de santé de routine. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le coronavirus infecte plus de jeunes adultes en Afrique – Bureau régional de l’OMS

Même si les personnes âgées ou les malades souffrant d’autres pathologies sont les plus à risque de décéder de complications liées au nouveau coronavirus, les jeunes adultes en bonne santé peuvent aussi souffrir de formes sévères de la maladie. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ils ne sont pas à l’abri, notamment sur le continent africain.