RDC : face aux violences et épidémies, le financement humanitaire manque cruellement (HCR)

9 juin 2020

Alors que la pandémie de Covid-19 et le conflit s’intensifient en République démocratique du Congo (RDC), les personnes déplacées internes sont confrontées « aux conséquences mortelles d’un sous-financement chronique », a mis en garde mardi l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Des déficits de financement massifs menacent des centaines de milliers de vies en RDC, où la montée de la violence et la Covid-19 exacerbent les conditions déjà désastreuses de millions de personnes déplacées de force », a dit aux médias Babar Baloch, porte-parole du HCR lors d’un point de presse depuis Genève. « Sans une injection urgente de fonds, le sous-financement aura un impact dévastateur sur les programmes humanitaires essentiels qui sauvent des vies », a-t-il ajouté.

Les activités du HCR visant à aider et à protéger les réfugiés et les personnes déplacées ne sont financées qu’à hauteur de 20 % des 168 millions de dollars nécessaires. Un sous-financement qui compromet sérieusement la réponse aux multiples urgences humanitaires. Une situation qui pourrait laisser de nombreuses personnes vulnérables sans nourriture, eau, abri, installations sanitaires et d’hygiène dans un contexte de propagation rapide de l Covid-19 à travers le pays. « Nous venons de recevoir 400.000 dollars pour les mesures de prévention de Covid-19 en RDC », a toutefois précisé M. Baloch.

En attendant, alors que la situation humanitaire mondiale reste alarmante, le HCR est obligé de faire des choix difficiles qui font que beaucoup de ceux qui sont dans le besoin ne reçoivent pas l’aide nécessaire. « Nous nous efforçons d’aider les plus vulnérables dans la mesure du possible, les normes minimales en matière de santé, d’eau et d’assainissement, d’éducation et d’autres besoins de base sont souvent difficiles à satisfaire avec les ressources limitées disponibles pour toutes les populations », a relevé le porte-parole du HCR.

4.015 cas confirmés de Covid-19 dont 84 décès

A la date du 9 juin, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recensé 4.015 cas confirmés de Covid-19 en RDC dont 84 décès. Selon le HCR, Kinshasa dénombre le deuxième plus grand nombre de cas dans la région de l’Afrique australe (derrière l’Afrique du Sud avec 48.285 cas confirmés de Covid-19 dont 998 décès). « Dans le même temps, la montée de la violence a provoqué le déracinement de centaines de milliers de personnes supplémentaires dans l’est de la RDC », a précisé M. Baloch.

Sur le terrain, les personnes déracinées en RDC par des cycles répétés de conflits, représentent la plus grande situation de déplacement interne en Afrique. Près de 10 % du nombre total de personnes déplacées internes du continent se trouvent dans ce pays. Au cours des derniers mois, des centaines de milliers de personnes supplémentaires ont été déplacées dans l’est et le nord de la RDC à la suite « d’attaques brutales de divers groupes armés, de violences intercommunautaires et de catastrophes naturelles ». Le pays accueille également plus d’un demi-million de réfugiés, principalement du Rwanda, du Burundi, de la République centrafricaine (RCA) et du Soudan du sud.

Parmi les personnes touchées figurent les réfugiés rwandais, qui vivaient dans des communautés aujourd’hui déplacées par les vagues successives de violence au Nord-Kivu et au Sud-Kivu. Le manque de financement entrave également les efforts visant à trouver des solutions durables pour ces réfugiés, pour lesquels le gouvernement congolais s’est montré ouvert à faciliter les permis de long séjour et l’intégration locale.

Des réfugiés ont besoin d’eau potable pour se protéger de la Covid-19 et du choléra

Dans le camp de réfugiés de Mole, dans le sud de l’Oubangui, des ressources supplémentaires sont aussi nécessaires pour garantir que 15.000 réfugiés de la centrafricains aient accès au minimum requis, notamment les 20 litres d’eau par personne et par jour. Ceci est particulièrement important à un moment où en plus de la pandémie de Covid-19, les réfugiés et leurs communautés d’accueil ont besoin d’eau potable pour les protéger contre le choléra et ce qui est maintenant « la plus longue crise de rougeole au monde ».

Le déficit d’éducation pour 6.000 réfugiés sud-soudanais en âge de fréquenter l’école secondaire se creuse également. « Le chiffre stupéfiant de 92 % d’entre eux ne vont toujours pas à l’école », a détaillé le porte-parole du HCR. En outre, plus de 47.000 réfugiés burundais pourraient ne pas avoir accès aux services de santé de base au Sud-Kivu, sans oublier le soutien aux activités agricoles afin de réduire leur dépendance aux rations alimentaires fournies par le Programme alimentaire mondial (PAM).

Plus largement, un soutien plus important est nécessaire pour fournir des solutions de logement durables qui contribueront à réduire les risques de propagation du coronavirus surtout pour les déplacés internes qui ne peuvent pas rentrer chez elles en raison de la violence permanente et qui vivent souvent dans des sites de déplacement surpeuplés ou dans des familles d’accueil appauvries. « Leur situation ne leur permet pas de s’éloigner, tandis que l’accès à l’eau, aux systèmes d’assainissement et aux installations sanitaires est également limité », a conclu le porte-parole du HCR.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Riposte à Ebola en RDC : l’ONU octroie un financement d’urgence de 40 millions de dollars

Le chef de l’humanitaire de l’ONU a octroyé dimanche 40 millions de dollars du Fonds central d'intervention d'urgence des Nations Unies (CERF) pour aider à faire face aux urgences sanitaires en République démocratique du Congo (RDC).