L’OIM publie un guide sur le recrutement international et la protection des travailleurs migrants

8 juin 2020

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a publié lundi de nouvelles directives à l’intention des États membres sur la réglementation du recrutement international et de la protection des travailleurs migrants.

« Ces orientations sont destinées à aider les décideurs politiques à remplir leur rôle essentiel pour combler les lacunes dans la réglementation du recrutement qui rendent les travailleurs migrants vulnérables à l’exploitation » , a déclaré, dans un communiqué la Directrice générale adjointe de l’OIM, Laura Thompson.

Sans les travailleurs migrants les services de soins de santé, la production agroalimentaire, l’industrie manufacturière et les services de détail seraient paralysés.

« L’OIM est fière de publier ces conseils, à un moment où les travailleurs migrants du monde entier sont confrontés à une vulnérabilité et à des risques accrus », a-t-elle ajouté.

Les Recommandations de Montréal sur le recrutement (document en anglais) sont perçues comme une feuille de route pour une meilleure réglementation. Elles fournissent des orientations claires aux décideurs politiques sur la manière de protéger les travailleurs migrants lors du recrutement, de la migration et de l’emploi.

Ce guide est également conçu pour aider à développer des approches globales et multidimensionnelles afin de promouvoir un recrutement éthique. D’une manière générale, il s’agit de renforcer la transparence et la responsabilité, et d’améliorer les résultats en matière de migration et d’emploi pour toutes les parties prenantes.

Eviter les abus contre les migrants surtout en temps de Covid

De nombreuses industries de l’économie mondiale sont fortement dépendantes des travailleurs migrants.

« Sans eux, les services de soins de santé, la production agroalimentaire, l’industrie manufacturière et les services de détail seraient paralysés, menaçant une économie mondiale déjà fragile », souligne l’Agence onusienne pour les migrations.

Or, selon l’OIM, les travailleurs migrants peuvent être vulnérables aux abus et à l’exploitation pendant la migration et l’emploi en raison de facteurs tels que « le recrutement non éthique, le statut migratoire, la peur de l’expulsion ». Ils peuvent être aussi dans l’incapacité à trouver un autre emploi, en particulier pendant la crise actuelle de Covid-19.

« Ces orientations visent à aider les décideurs politiques à remplir leur rôle essentiel pour combler ces lacunes », a fait valoir Mme Thompson.

A noter que les Recommandations de Montréal sont le résultat d’une conférence mondiale qui s’est tenue l’année dernière à Québec, au Canada. Outre des décideurs politiques, elle avait rassemblé des experts de plus de 30 pays du monde entier, ainsi que des représentants des ministères du travail, des affaires étrangères et de l’immigration.

Les 55 recommandations qui en résultent établissent une feuille de route claire pour une meilleure réglementation et une meilleure protection des travailleurs migrants. Elles sont complétées par les récentes orientations publiées par l’OIM pour soutenir les employeurs et les recruteurs de main-d’œuvre dans leurs efforts visant à renforcer la protection des travailleurs migrants pendant la crise Covid-19.

 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.