Le monde vient de connaitre son mois de mai le plus chaud jamais enregistré, l'ONU appelle à agir

5 juin 2020

Alors que la communauté mondiale se réunit pour célébrer la Journée mondiale de l'environnement, de nouvelles données importantes montrent que les causes et les indicateurs du changement climatique ont atteint de nouveaux sommets. 

« Mai 2020 a été le mois de mai le plus chaud jamais enregistré, selon un ensemble de données reconnues au niveau international. Les niveaux de dioxyde de carbone dans une station d'observation de référence ont également établi un nouveau record », a signalé dans un communiqué l’Organisation météorologique mondiale (OMM)  vendredi.

L’OMM avertit que cela aura un impact majeur sur la biodiversité et les écosystèmes - le thème de la Journée mondiale de l'environnement - ainsi que sur le développement socio-économique et le bien-être humain. 
 

Photo PNUD/Clotilde Goeman
Des jardins maraîchers ont été créés dans les zones côtières de la République démocratique du Congo, fournissant emplois, nourriture et aidant à protéger l'environnement.

Faire repousser plus vert et mieux reconstruire

Cette année la Journée souligne que c’est le temps de la nature et appelle à « faire repousser plus vert » et à reconstruire en mieux pour les hommes et la planète.

« Les gouvernements vont investir dans la relance, et il est possible de s'attaquer au climat dans le cadre du programme de relance. Il est possible de commencer à infléchir la courbe au cours des cinq prochaines années », a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas.

M. Taalas a souligné à plusieurs reprises que le ralentissement industriel et économique provoqué par la Covid-19 ne saurait se substituer à une action climatique soutenue et coordonnée visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.  En raison de la très longue durée de vie du CO2 dans l'atmosphère, l'impact d'une baisse des émissions ne devrait pas entraîner une réduction des concentrations de CO2 dans l'atmosphère.

« La nature nous envoie un message clair », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres. « Nous nuisons à la nature - à notre propre détriment. La dégradation des habitats et la perte de biodiversité s'accélèrent », a-t-il déclaré.

« Le dérèglement climatique s'aggrave. Les incendies, les inondations, les sécheresses et les grandes tempêtes sont plus fréquents et plus dommageables. Les océans se réchauffent et s'acidifient, détruisant les écosystèmes coralliens. Et maintenant, un nouveau coronavirus fait rage, sapant la santé et les moyens de subsistance. Pour prendre soin de l'humanité, nous DEVONS prendre soin de la nature », a-t-il exhorté.
 

Photo : OMM/Gonzalo Javier Bertolotto Quintana
Glace flottant sur les eaux du canal Prince Gustav en Antarctique, où existait autrefois une plate-forme de glace (Prince Gustav Ice Shelf) de plus de 28 km. Depuis, la plate-forme de glace s'est retirée et s'est effondrée.

Le mois de mai le plus chaud jamais enregistré

Mai 2020 a été le mois de mai le plus chaud jamais enregistré, selon le service Copernicus sur le changement climatique (C3S), mis en œuvre par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme au nom de la Commission européenne.  Il a fait 0,63°C de plus que la moyenne des mois de mai de 1981 à 2010.

Les températures les plus élevées ont été enregistrées dans certaines parties de la Sibérie, où elles ont dépassé de 10 °C la moyenne. Elles ont également été nettement supérieures à la moyenne dans l'ouest de l'Alaska, le long des Andes qui bordent le Chili et l'Argentine, et dans les régions de l'Antarctique occidental et oriental. 

Il a également fait beaucoup plus chaud que la moyenne dans l'ouest de l'Amérique du Nord, dans l'extrême nord et le sud de l'Amérique du Sud, dans le nord-ouest, le centre et le sud-ouest de l'Afrique et dans le sud-est de l'Asie. 

Selon les données du C3S, les régions où la température est inférieure à la moyenne comprennent la plupart du centre et de l'est du Canada, l'est des États-Unis, le sud du Brésil, certaines parties de l'Asie du Sud et l'Australie.

Le printemps boréal a été marqué par des températures très anormales en Sibérie, qui ont atteint près de 10°C au-dessus de la moyenne de 1981-2010 sur le cours inférieur des rivières Ob et Yenisei, dans le nord-ouest de la région, selon le rapport, où une débâcle précoce record de la glace de rivière a été signalée.

Toutes les conclusions du rapport sont basées sur des analyses informatiques utilisant des milliards de mesures provenant de satellites, de navires, d'avions et de stations météorologiques du monde entier.

Les données Copernicus sont utilisées par l'OMM, ainsi que les données de la NOAA, de la NASA, du Met Office du Royaume-Uni et de l'Agence météorologique japonaise, pour établir des statistiques sur la température mondiale.

Photo PNUE
Les concentrations de CO2 et d’autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère, à l’origine du réchauffement climatique, ont atteint un nouveau record en 2018.

Enregistrer les concentrations de dioxyde de carbone

Les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) mesurées à la station d'observation de Mauna Loa à Hawaii (Etats-Unis) ont atteint en mai un pic saisonnier de 417,1 parties par million pour 2020, le plus haut relevé mensuel jamais enregistré, selon les scientifiques de la NOAA et de la Scripps Institution of Oceanography de l'Université de Californie à San Diego.

La crise a ralenti les émissions, mais pas assez pour se manifester de manière perceptible au Mauna Loa. Ce qui comptera beaucoup plus, c'est la trajectoire que nous prendrons en sortant de cette situation. 

Mauna Loa est la station d'observation la plus ancienne et est considérée comme une référence dans le programme de la Veille de l'atmosphère globale de l'OMM, qui consiste en des stations d'observation dans plus de 50 pays et qui surveille les tendances mondiales.

Les concentrations de CO2 sont soumises à des fluctuations saisonnières et régionales. Le maximum saisonnier se produit généralement au début du printemps de l'hémisphère nord, avant que la croissance de la végétation n'absorbe le CO2 de l'atmsophère. Les niveaux de CO2 sont plus faibles pendant le reste de l'année. La moyenne mondiale annuelle ne sera donc pas aussi élevée que le chiffre mensuel du Mauna Loa.

Les valeurs mensuelles de CO2 à Mauna Loa ont dépassé pour la première fois le seuil de 400 ppm en 2014, et se situent maintenant à des niveaux que l'atmosphère n'avait pas connus depuis plusieurs millions d'années.

« Les progrès en matière de réduction des émissions ne sont pas visibles dans le registre du CO2 », a déclaré Pieter Tans, le scientifique principal du Laboratoire de surveillance mondiale de la NOAA. 

« Nous continuons à engager notre planète - pour des siècles ou plus - dans un réchauffement global, une augmentation du niveau de la mer et des événements météorologiques extrêmes chaque année », a averti M. Tans. 

Aussi, si les humains devaient soudainement cesser d'émettre du CO2, il faudrait des milliers d'années pour que nos émissions de CO2 jusqu'à présent soient absorbées dans les profondeurs de l'océan et que le CO2 atmosphérique revienne aux niveaux préindustriels.

« Les gens pourraient être surpris d'entendre que la réponse à l'épidémie de coronavirus n'a pas fait plus pour influencer les niveaux de CO2 », a déclaré le géochimiste Ralph Keeling, qui dirige le programme d'océanographie Scripps à Mauna Loa. « Mais l'accumulation de CO2 est un peu comme les déchets dans une décharge. Au fur et à mesure que nous continuons à émettre, il s'accumule.

« La crise a ralenti les émissions, mais pas assez pour se manifester de manière perceptible au Mauna Loa. Ce qui comptera beaucoup plus, c'est la trajectoire que nous prendrons en sortant de cette situation »,a-t-il précisé. 

PNUD Érythrée/Elizabeth Mwaniki
Un système de mini-réseau solaire en Érythrée alimente deux villes rurales et les villages environnants.

La course au taux zéro

La Journée mondiale de l'environnement voit le lancement de la « Course au taux zéro » [Race to Zero] qui se déroulera jusqu'à la COP26 - une campagne internationale pour une récupération saine et résistante de zéro carbone. 

Menée par les Champions de l'action pour le climat de la CCNUCC, elle rassemble une coalition sans précédent d'initiatives pour un taux d'émission zéro, couvrant 992 entreprises, 449 villes, 21 régions, 505 universités et 38 des plus grands investisseurs. 

Ces acteurs de l' « économie réelle » rejoignent 120 pays dans l'Alliance pour l'ambition climatique, créant ainsi la plus grande alliance jamais créée, qui s'est engagée à atteindre un niveau d'émissions nettes de carbone zéro d'ici 2050 au plus tard.

Ensemble, ces acteurs de l'économie réelle couvrent désormais un peu plus de la moitié du PIB, un quart des émissions mondiales de CO2 et plus de 2,6 milliards de personnes, selon les nouvelles données de l'Energy and Climate Intelligence Unit publiées vendredi, ce qui représente une augmentation de 66 % des engagements depuis la COP25.
 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Protection de l'environnement : changer nos modes de vie, repenser notre relation à la nature

A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement (5 juin), les Nations Unies ont appelé à des changements radicaux dans nos modes de vie et dans notre rapport à la nature pour protéger cette dernière.