Coronavirus : hausse des cas en Russie et en Europe orientale (OMS)

3 juin 2020

Alors que les nouveaux cas de Covid-19 signalés quotidiennement diminuent en Europe occidentale, une tendance inverse est constatée en Russie et en Europe orientale où la situation continue de s’aggraver, a déclaré mardi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« En Europe occidentale, nous constatons en ce moment un déclin constant. Ce n’est pas rapide, mais il y a une diminution constante des nouveaux cas signalés quotidiennement », a déclaré la porte-parole de l’OMS, la Dr. Margaret Harris, au cours d’un point de presse virtuel depuis Genève. Continent le plus touché, l’Europe totalisait mardi 182.473 décès pour 2.179.253 cas.

Par ailleurs, la Dr. Harris a ajouté que bien que le niveau des nouveaux cas reste « significatif », de façon générale, le nombre diminue, « à l’exception de Russie et de l’Europe orientale », où l’agence onusienne constate toujours « une augmentation ». « Il s’agit donc plutôt d’un tableau est-ouest en Europe », a-t-elle fait remarquer.

Selon l’OMS, la Russie comptabilise 414.878 cas confirmés de Covid-19 dont 4.855 décès. En nombre de cas (sans les décès), c’est le troisième pays le plus touché au monde en nombre de cas, derrières les Etats-Unis (1.757.522 cas) et le Brésil (514.849).

Au total, 6.140.934 cas confirmés ont été recensés dans le monde dont 373.548 morts, selon le bilan de l’OMS établi mardi. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec 1.757.522 cas dont 103.554 morts. Suivent le Royaume-Uni avec 38.489 morts, l’Italie (33.415), le Brésil (29.314) et la France (28.746).

 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Covid-19 : l'OMS appelle à ne pas sacrifier la santé sur l’autel du redressement économique

Alors que l’Europe est encore durement touchée par la pandémie de Covid-19, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) est inquiète à l’idée que les mesures économiques décidées pour faire face à la crise soient prises au détriment des systèmes de santé.