L’OMS récompense cinq films dans le cadre de son festival « Santé pour tous »

12 mai 2020

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a récompensé mardi cinq films et accordé une mention spéciale à trois autres dans le cadre de son festival du film « Santé pour tous ».

Pour la première édition de ce festival, l’OMS a reçu 1.265 candidatures provenant de 119 pays.

Les films traitent d’un large éventail de sujets, comme les enjeux des soins de santé dans les régions isolées et les pays en conflit, ce que signifie vivre avec le cancer et le combattre, ou encore le courage et la résilience du personnel infirmier et des sages-femmes face aux circonstances les plus difficiles.

« Les films en compétition au Festival "Santé pour tous" ont, par leur quantité, leur qualité et leur diversité, dépassé toutes nos attentes, et de loin », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, le Directeur général de l’OMS, lors d’une conférence de presse virtuelle annonçant les lauréats.

Trois films ont remporté le Grand Prix du festival dans trois catégories distinctes.

Le court-métrage « War and Grace » de l’Américaine Sonia Lowman et de l’ONG International Medical Corps a été récompensé par le Grand prix dans la catégorie consacrée aux infirmières et aux sages-femmes. Le film célèbre les courageuses sages-femmes qui se battent pour les mères et les enfants du Soudan du Sud déchiré par la guerre. Le pays d’Afrique de l’Est détient l'un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde.

 

Dans la catégorie des reportages du Grand prix, le lauréat est « A Doctor's Dream » réalisé par l’ONG Drugs for Neglected Diseases Initative et la société de production sud-africaine Scholars and Gentlemen. Le court-métrage traite de la redécouverte d'une molécule abandonnée qui mène à la fabrication d’un médicament révolutionnaire. Il suit les histoires des patients atteints de la maladie du sommeil, des médecins qui les soignent et des chercheurs qui oeuvrent à trouver un médicament pour y remédier.

Dans la catégorie des films d’animation, le lauréat est « Limbo », une production de Saw Eh Doh Poe, Nann Win May Aye et Nwaye Zar Che Soe, trois étudiants en cinéma de l’Ecole du film de Rangoon, au Myanmar. Le film raconte l’histoire d’une jeune femme du Myanmar tombée enceinte à la suite d’un viol par un membre de sa famille.

Deux autres prix ont été remis. Le film « Living without limits » a remporté le prix de la catégorie des maladies non transmissibles. Il traite des enfants vivant avec le diabète de type 1 (non soignable à ce jour) au Mexique et est produit par la BBC et la fondation Helmsley Charitable Trust.

Le film « Résistance antibiotique » de l’Israélien Nitai Steinberg a remporté le prix de la catégorie étudiante. Le court-métrage, réalisé alors qu’il était encore étudiant en biologie, traite de la menace croissance de la résistance aux antibiotiques.

Le Festival du film « Santé pour tous » entend permettre aux cinéastes de se saisir du pouvoir de la narration et montrer le rôle des personnes et des communautés dans la promotion de la santé et du bien-être.

« Un film a cette capacité unique de nous faire ressentir les choses, rire, pleurer et réfléchir. Il peut aussi influencer notre comportement et les décisions que nous prenons », rappelle l’OMS, soulignant que « les cinéastes peuvent avoir une influence sur la santé et être des moteurs du changement ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’UNICEF se félicite de la criminalisation des mutilations génitales féminines au Soudan

L'UNICEF a salué la décision historique du gouvernement de transition au Soudan de criminaliser les mutilations génitales féminines et l’excision.